Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Une palme d'or d'honneur pour Bernardo Bertolucci en ouverture du Festival de Cannes 2011

    berto.jpgEncore une nouvelle qui confirme le caractère exceptionnel que devrait revêtir cette édition 2011 du Festival de Cannes avec une nouveauté: une palme d'or d'honneur remise lors de l'ouverture, désormais chaque année. Je vous laisse découvrir le communiqué de presse ci-dessous.

    Cette reconnaissance sera attribuée à un réalisateur important, dont l’œuvre fait autorité mais qui n’a jamais obtenu de Palme d’or. Dans un passé récent, Woody Allen, en 2002, ou Clint Eastwood, en 2009, se sont vu remettre cette distinction par le Président Gilles Jacob, au nom du Conseil d’Administration du Festival de Cannes. Désormais, l’acte devient tradition, sera annuel et aura lieu à l’ouverture de la manifestation.

    Pour 2011, c’est l’italien Bernardo Bertolucci qui a été désigné.

    Le cinéaste, fils du poète Attilio Bertolucci, a marqué le cinéma italien de chefs d’œuvres intimistes comme de fresques monumentales ; de Prima della Revoluzione (1964) à Novecento (1976), du Conformiste (1970) au Dernier Empereur (1987), son implication politique et sociale, portée par un profond lyrisme et une mise en scène précise autant qu’élégante, donne à ses films une place singulière dans l’histoire du cinéma mondial.

    « La qualité de son œuvre, qui se révèle aujourd’hui dans toute sa singularité et dont l’ampleur nous parvient chaque jour plus intacte, la force de son engagement en faveur du cinéma et des liens qui l’unissent à Cannes font de lui un premier récipiendaire légitime. » déclarent le Président Gilles Jacob et le Délégué général Thierry Frémaux.

    Je vous rappelle que, comme chaque année, vous pourrez suivre le 64ème Festival de Cannes en direct sur ce blog mais aussi sur deux de mes autres blogs, http://wwwinthemoodforcinema.com et http://www.inthemoodforluxe.com . Suivez-moi également sur mon compte twitter spécial Cannes  (http://twitter.com/moodforcannes ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodforcannes (http://facebook.com/inthemoodforcannes )
    La Palme d’or d’honneur lui sera donc remise mercredi 11 mai, lors de la cérémonie d’Ouverture de la 64e édition du Festival, en présence du Jury présidé par Robert De Niro, qui fut l’un des acteurs de Novecento (1900).

  • Tous les conseils pour trouver un logement pendant le Festival de Cannes : adresses...

    affichecannes20115.jpgJ'avais déjà consacré un article à ce sujet, l'an passé. J'ai décidé de le réactualiser. Dans la même rubrique "Bons plans", je vous rappelle que vous pouvez retrouver mon article consacré aux accréditations et invitations. Pendant le festival, je vous ferai découvrir d'autres adresses cannoises sur http://www.inthemoodforluxe.com . En attendant voci de nombreux conseils et adresses si vous cherchez un logement à Cannes, pendant le festival...

    cannes56.jpg

    C'est sans doute curieusement la question qui revient le plus quand vous dîtes que vous partez au Festival de Cannes : tu loges où? Question à résoudre très simplement en temps normal et à laquelle il est compliqué de trouver une solution en période de festival. Tout d'abord, sachez que les hôtels et la plupart des résidences sont complets d'une année sur l'autre, réservés par les sociétés (production, distribution etc) et certains directement par le festival. Je devine déjà votre air catastrophé, vous qui rêviez de deux journées impromptues sur la Croisette, en période de festival. Sachez que certain(e)s inconscient(e)s trouvent une chambre 4 jours avant (et que la même inconsciente n'en a pas encore, pour cette année, mais a son accréditation en poche, ce qui est finalement le principal). A ma décharge, j'essaie de trouver depuis que ma demande d'accréditation a été acceptée, à savoir en début mars! Depuis 11 ans, je pratique la même méthode: compter sur les désistements pour avoir une chambre à la dernière minute.  Ce qui me permet aujourd'hui de faire un petit tour d'horizon des logements proposés (en ayant expérimenté 10) et de tirer un bilan des prix pratiqués à Cannes pendant le festival.

    Etonnamment ce sujet n'est jamais abordé par les médias. Or, la liberté des prix donne lieu à des tarifs et à des méthodes qui frôlent l'escroquerie (c'est un euphémisme). D'abord, les prix en période de Festival de Cannes sont rarement affichés mais "sur demande". Une fois le tarif ( prohibitif, le plus souvent ) annoncé (en général multiplié par 4 voire jusqu'à 10 par rapport à la basse saison et plus élevé qu'en haute saison, sachant qu'on vous oblige la plupart du temps à réserver pour tout le festival -même si, à l'approche du festival s'il reste des nuits disponibles, on acceptera peut-être de vous les louer pour une période plus courte-) on vous demande généralement le prépaiement intégral à la réservation! (ou des arrhes, en général la moitié du séjour, et le règlement intégral avant le début du festival). Inutile également d'espérer des tarifs préférentiels, que vous réserviez un an à l'avance ou à la dernière minute: ce sont des forfaits fixes, et que vous soyez détenteurs d'une carte (Accor, Lucien Barrière ou autre) n'y changera rien. En 11 ans, j'ai expérimenté toutes sortes de logement et presque aucun (sauf exceptions mentionnées ci-dessous) n'était réellement à la hauteur des tarifs pratiqués. Vous trouverez même des 2 étoiles plus chers que des 5 étoiles!

    Si vous aimez la vie en communauté, le meilleur conseil que je pourrais vous donner est de choisir une location à plusieurs pour partager les frais. Vous pourrez ainsi en trouver sur Amivac ou sur Homelidays, notamment.  Plus vous vous éloignez de la Croisette et plus les tarifs diminuent (ainsi si tous les hôtels du centre sont complets, passé le Boulevard Carnot, il reste des disponibilités avec des tarifs plus attractifs, reste à savoir si vous souhaitez traverser le Boulevard et faire 2 kms en noeud papillon ou robe longue sachant que la circulation est bloquée aux abords du palais aux heures de montées des marches transformant vos déambulations diurnes et nocturnes en parcours du combattant). Vous pourrez aussi trouver des colocations parfois à partir de 300 ou 400 euros par personne. (Twitter et Facebook sont d'excellents moyens de passer une petite annonce en vous suivant les comptes de personnes allant au festival).

    Je garde néanmoins  un très bon souvenir de ma première année de festival où, invitée par le Prix de la Jeunesse, je logeais à la Résidence Pierre et Vacances à Cannes La Bocca (vous pouvez y aller en bus ou bien à pied en longeant le front de mer).

    Concernant les hôtels, vous pourrez trouver de tout: des hôtels 2 étoiles plus chers que des 4 étoiles, donc, qui pratiquent les mêmes conditions que celles précédemment évoquées (prépaiement intégral à la réservation ) et le plus grand palace de Cannes avec des chambres moins chers que certaines d'un 3 étoiles médiocre.

    stephanie.jpg

    Petit tour d'horizon donc des différents hôtels:

    -Si vous avez la chance d'en avoir la possibilité pécuniaire choisissez le Gray d'Abion (plus de 500 euros par nuit avec réservation de 12 nuits obligatoires même s'il arrive que des chambres se libèrent vers la fin du festival à des tarifs plus "avantageux", je suis une adepte de son restaurant de plage, je vous en reparlerai bientôt, à mon avis, le meilleur de Cannes rapport qualité/prix/amabilité), un peu en retrait de la Croisette, entièrement modernisé et refait à neuf, très cher certes mais finalement moins que d'autres 4 étoiles qui n'en ont pas le standing (comme l'hôtel Cristal par exemple qui, l'an passé, proposait sa dernière chambre à 4700 euros pour 12 nuits)ou évidemment le Majestic Barrière qui, avec ses nouveaux aménagements, est devenu le plus beau palace de la Croisette et surtout le plus proche du palais des festivals (Cliquez ici pour tout savoir sur le Majestic et sa rénovation).

      Le Palais Stéphanie devient également la nouvelle adresse incontournable de la Croisette, devenu depuis le 1er Avril le JW Marriott Cannes auquel j'ai récemment consacré un article. 

    Parmi les nouveautés, également le Radisson Blu 1835 Hotel et Thalasso (dont je vous reparle très bientôt sur inthemoodforluxe.com ), ancien White Palm, véritable havre de paix et de luxe sur le port de Cannes (mais là, un peu plus loin, et sans doute pas assez pour qu'un taxi accepte de vous y emmener depuis le palais des festivals).

    radisson.jpg

    Si vous voulez encore quelques exemples de prix, sachez ainsi encore que l'hôtel Victoria, petit 4 étoiles, propose des chambres à 450 euros la nuit, sans compter le petit-déjeuner à 18 euros.

     

     majesticc.jpg

    Ci-dessus l'hôtel Majestic
    gray.jpg
    Ci-dessus, l'hôtel Gray d'Albion
    sofitel.jpg
    Ci-dessus, l'hôtel  Palais Stéphanie
    cristal.jpg
    Ci-dessus l'hôtel Cristal
     

    -Je peux aussi vous parler du Martinez puisque j'y étais en 2009 invitée par L'Oréal en tant que gagnante du concours de blogs du Festival de Cannes 2008. Le service est attentionné (mais bousculé en période de festival et parfois dépassé par les événements), mais étant donné la grandeur de l'établissement toutes les chambres n'ont pu être rénovées et certaines mériteraient un petit rafraichissement. L'endroit n'en demeure pas moins exceptionnel (spa, belle plage...).

    Martinez.jpg

    -L'hôtel le plus proche du palais des festivals (juste en face) est l'hôtel Splendid, un trois étoiles dont la propreté et l'amabilité laissent à désirer (sans compter que si vous avez une chambre ou même une suite au premier étage, on vous demandera de laisser les volets fermés "à cause des vols"). A noter que certaines chambres ont des kitchenettes (même si j'ignore si cela correspond aux normes actuelles), ce qui peut s'avérer pratique et économique en période de festival... même si l'hôtel, lui, ne l'est pas et propose en tout cas des prix bien au-dessus de ses prestations. Même constatation à l'Ibis qui, par ailleurs, est plus loin de la Croisette.

    splendid.jpg

    -Pour le rapport qualité prix, je vous recommanderais l'hôtel Mondial (sans restaurant mais moderne et propre, dans la rue d'Antibes), un trois étoiles dont certaines suites (moins chers que des chambres d'autres hôtels de même catégorie) donnent sur la mer (à noter: le wifi est gratuit).

    mondial.jpg

    -Parmi les hôtels "abordables", j'aime beaucoup aussi l'hôtel Canberra. Même si le service est parfois aléatoire en période de festival, pour cause de personnel insuffisant, la nourriture y est bonne et la décoration (glamour et style années 50 avec de magnifiques salles de bain)  des chambres leur donne un aspect cocooning particulièrement agréable et relaxant en période de festival.

    canberra1.jpg
    canberra2.jpg

    - L'hôtel Mercure Croisette Beach, dont certaines chambres mériteraient là aussi d'être rénovées fait aussi partie des bonnes adresses (amabilité au rendez-vous, bonne situation, petite piscine, plage) même si le prix dépasse largement celui d'un Mercure "classique" même en haute saison (minimum 4500 euros pour tout le festival).

    mercure.jpg
    eden.jpg
    Ci-dessus: l'hôtel Eden
    trois.jpg
    Ci-dessus, l'hôtel 3:14

    Si vous voulez les adresses précises et des renseignements, je vous conseille la page "Hôtel Réservation" de l'office de tourisme qui vous informera de tous les appartements et chambres disponibles et sur laquelle vous trouverez toutes les informations pratiques nécessaires. Vous y trouverez encore des chambres à la Résidence Excelsuites (mais sur le Boulevard Carnot, dont je vous parlais tout à l'heure), à partir de 81 euros par jour, à l'Azurene Royal Hôtel, un  2 étoiles rue du Commandant André (en plein centre) à partir de 100 euros par chambre, par nuit, à l'Hôtel Amarante Cannes (toujours sur le Boulevard Carnot), un 4 étoiles à partir de 110 euros par nuit, à l'Albert 1er, Avenue de Grasse, un deux étoiles, à partir de 116 euros, au Novotel Cannes Montfleury, avenue de Beauséjour (également loin de la Croisette), à partir de 119 euros par nuit...ou au 3.14, certes en plein centre (mais très bruyant, d'un hôtel plusieurs rues plus loin, j'en "subissais" la musique l'an passé) avec ses étages aux noms et à la décoration (plus ou moins heureuse) de continents  mais à 805 euros par nuit.

    Je vous laisse découvrir les autres offres, sur la page précitée. Si vous voulez des hôtels (de qualité) aux tarifs plus attractifs, il vous faudra vous éloigner de la Croisette, voire de Cannes, direction La Bocca ou même Mandelieu, voire plus loin... (mais certains, même en dehors de Cannes, en profitent aussi pour augmenter leurs tarifs).

    office.jpg

    Evidemment, reste encore la solution locations auprès des particuliers. Là, je vous conseille de demander des photographies au préalable (j'en connais pas mal qui ont eu des déconvenues) et surtout l'emplacement exact (on vous dira souvent "à deux pas de la Croisette" ou "proche du palais des festivals", comme pour les hôtels d'ailleurs, ce qui, en période de festival où il est difficile de circuler ou de déambuler, peut représenter beaucoup de temps perdu). L'emplacement idéal est pour moi entre la Croisette et le Boulevard Carnot et entre le palais des festivals et l'hôtel Martinez.

    N'hésitez pas à me faire part dans les commentaires ou par email (inthemoodforcinema@gmail.com ) de vos bons plans (si vous avez un bon plan hôtelier auquel je n'ai pas pensé, je suis preneuse!) ou de vos propres déconvenues...

    Je ferai, de nouveau, un article plus détaillé sur certains hôtels pendant et au retour du festival que sur mes adresses de prédilection, à la fois sur http://www.inthemoodforcannes.com et sur http://www.inthemoodforluxe.com .

    Je vous rappelle que, comme chaque année, vous pourrez suivre le 64ème Festival de Cannes en direct sur ce blog mais aussi sur deux de mes autres blogs, http://wwwinthemoodforcinema.com et http://www.inthemoodforluxe.com . Suivez-moi également sur mon compte twitter spécial Cannes  (http://twitter.com/moodforcannes ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodforcannes (http://facebook.com/inthemoodforcannes)

  • Electrolux le Menu de Cannes : quand le Festival de Cannes devient une aubaine pour les marques

    electrolux.jpgIl me semble que cela s'intensifie depuis deux ou trois ans et depuis l'apparition et l'essor des réseaux sociaux: plus que jamais le Festival de Cannes devient une vitrine pour les marques, a fortiori pour les marques partenaires mais pas seulement. Je ne vais pas m'en plaindre ayant moi-même remporté un de ces concours (concours de blogs organisé par L'Oréal en 2008), néanmoins sans doute est-ce un risque pour le Festival qui effectue un strict contrôle sur son image qui, si elle est bien évidemment cinématographique, est aussi symbole de glamour, une des raisons de ces sollicitations par les marques. Cannes est pour ces dernières la vitrine rêvée quand nous savons que c'est l'évènement le plus médiatisé au monde. Dernier concours en date, celui organisé par la marque d'électro-ménager Electrolux, un concours intitulé  "Le Menu de Cannes", au cours duquel deux pays et quatre équipes composées de : chefs, experts mode et experts design – vont s’affronter pour se rendre au 64ème Festival de Cannes et créer un événement d’exception pour le jury. Le concours permet également aux internautes de voter et de gagner un séjour à Cannes. Pour ma part, j’ai voté pour l’équipe « Cook’n roll » dans laquelle figure notamment Deedee dont je suis le blog.

    Si vous voulez voter et en savoir plus, c’est par là que ça se passe.

     Je vous rappelle que, comme chaque année, vous pourrez suivre le 64ème Festival de Cannes en direct sur ce blog mais aussi sur deux de mes autres blogs, http://wwwinthemoodforcinema.com et http://www.inthemoodforluxe.com . Suivez-moi également sur mon compte twitter spécial Cannes  (http://twitter.com/moodforcannes ) et sur la nouvelle page Facebook d’Inthemoodforcannes (http://facebook.com/inthemoodforcannes )

  • Un jeune jury à Cannes- L'OFAJ invite des lycéens à devenir critiques de cinéma

    critiquesemaine.jpgC'est grâce à un concours moi aussi que je suis venue à Cannes pour la première fois (le prix de la jeunesse, il y a 11 ans déjà), c'est pourquoi je partage cette information avec plaisir. Si ce concours avait également existé à cette époque, à n'en pas douter, je l'aurais également tenté!

    Du 11 au 21 mai 2011, des lycéens français et allemands passionnés de cinéma se rendront, grâce à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ), à la 50ème édition de la Semaine de la Critique à Cannes. Parmi les jeunes sélectionnés figurent des lycéens de Nice, de Perpignan, de Nantes et des Sables d’Olonne ainsi que des élèves allemands de Berlin, Stuttgart, Mayence et Wilnsdorf près de Siegen. L'OFAJ permet à 24 jeunes de France et d’Allemagne, âgés de 15 à 18 ans, de réaliser leur rêve en devenant critiques de cinéma pour la durée du festival. Durant leur séjour sur la Croisette, ils rencontrent des réalisateurs et assistent aux projections des courts et longs métrages de la Semaine de la Critique avant d’en rédiger les critiques qui sont diffusées sur les sites www.ofaj.org et www.semainedelacritique.com et publiées dans les médias partenaires de l'opération.
    A l'issue du Festival, les lycéens décernent le « Prix de la (Toute) Jeune Critique » au meilleur long métrage.
    Par ailleurs, les auteurs de la meilleure critique en langue française et ceux de la meilleure critique en langue allemande seront récompensés et invités au Festival international du Film de Berlin en 2012.Cette opération est menée par l’OFAJ et la Semaine de la Critique, pour la septième année consécutive et, cette année, ARTE, Premiere.fr et ados.fr apportent leur soutien.
    En 2010, le « Prix de la (Toute) Jeune Critique » a été décerné au film suédois Sound of Noise de Johannes Sjärne Nilsson et Ola Simonsson, succédant au film irakien de Shahram Alidi, Sirta la galba. Parmi les films primés, on trouve également le long métrage Pingpong (2006) du réalisateur allemand Matthias Luthardt ainsi que les courts métrages japonais et indien Iron de Hiroyuki Nakano (2006) et Printed Rainbow (2006) de Gitanjali Rao.

    Proposant une offre très variée de programmes (formation professionnelle, échanges scolaires et apprentissage linguistique, sciences, etc.), l'OFAJ a lancé différentes initiatives autour du cinéma, notamment lors du Festival International du Film de Berlin et du Festival International du Film francophone de Tübingen-Stuttgart. Car le septième art, au même titre que le théâtre ou la danse, favorise l’échange et le dialogue entre jeunes Français et jeunes Allemands, tout en suscitant le plaisir et l’intérêt de travailler ensemble.
     

  • Découvrez les premières images de la Plage Majestic 64 by ADR prod : lieu incontournable du festival

    maj4.jpg

    C'est désormais un lieu incontournable pour la presse et les équipes de film: la plage Majestic (qui chaque année porte le nom du numéro de l'édition du festival) 64, création originale ADR prod toujours magnifiquement mise en scène. Lieu idéal pour donner ses rendez-vous professionnels, juste à côté du palais des festivals tout en profitant d'une vue à couper le souffle sur la baie de Cannes. The place to be...où je vous donne d'ores et déjà rendez-vous!

    maj5.jpg

    maj1.jpg

    maj2.jpg

  • Concours: 5x2 places pour "L'Oeil Invisible" de Diego Lerman (sélection 42ème Quinzaine des Réalisateurs)

    oeil.jpg

    Tout en vous rappelant que vous pouvez toujours gagner l'intégrale Francis Lai/Claude Lelouch et des affiches  du documentaire "D'un film à l'autre",  ici, je vous propose aujourd'hui de remporter 5x2 places pour découvrir en salles "L'oeil invisible" de Diego Lerman.

    Comme le délai est court (vos participations sont à envoyer à inthemoodforcinema@gmail.com avant  samedi soir), les 5 premiers à m'envoyer leurs coordonnées postales par email avec pour intitulé de leur email "Concours L'Oeil invisible", remporteront ces places.

    Ce film était en compétition de la 42ème Quinzaine des Réalisateurs.

    Synopsis: Buenos Aires, mars 1982. Dans les rues de la capitale argentine, la dictature militaire est contestée. María Teresa est surveillante au Lycée National de Buenos Aires, l’école qui forme les futures classes dirigeantes du pays. Elle a 23 ans et veut bien faire. M. Biasutto, le surveillant en chef, décèle tout de suite en elle l’employée zélée qu’il attendait et lui apprend à être l’oeil qui voit tout, mais qui échappe aux regards des autres : l’oeil invisible.
    María Teresa se lance alors dans une surveillance acharnée de ce petit monde clos, imaginant, décelant, traquant...

     
  • Pour la 12ème année consécutive, Jean Roch et le VIP Room investissent la Croisette

    vip3.jpg

    Cette année, comme chaque année, la priorité sera bien entendu l'actualité purement cinématographique cannoise sur inthemoodforcannes.com mais également comme chaque année, vous trouverez également ici (mais aussi sur mon blog plus "touristique" inthemoodforluxe.com) l'actualité festive de cette édition 2011.  Je commence donc aujourd'hui par le VIP room dont nous venons d'apprendre que, pour la 12ème année consécutive, qu'il investirait la Croisette. Comme l'an passé (notamment pour le concert de Charlie Winston), j'y ferai d'ailleurs sans doute un passage cette année, le VIP room étant l'adresse incontournable des nuits cannoises.

     Cette année à nouveau, le VIP room et son palmarès de fêtes mondialement renommé s’installent ainsi au cœur du somptueux Palm Beach Casino, spot unique surplombant la baie de Cannes

     Chaque soir pendant le Festival, le VIP ROOM est le club exclusif de la croisette accueillant près de 3 000 privilégiés triés sur le volet, venus apprécier la fabuleuse ambiance des soirées de films, au rythme des plus grands Djs internationaux, rock stars, rap stars, pop stars internationales et festival addicts…

     Paradis terrestre ancré dans l’histoire du Festival du Film où se donnent rendez-vous les plus grandes personnalités du cinéma, le VIP ROOM met cette année à l’honneur le concept  « on ira tous au paradis … »

     Le VIP ROOM dispose d’une  « Terrasse Privée » transformée pour l’occasion en un véritable « jardin d’Eden », dédiée à l’événementiel et aux « sept plaisirs capitaux ».

    Un espace lounge de 1 500 m² à la belle étoile avec vue imprenable sur la mer, la Croisette et ses Palaces.

     Ce lieu éphémère et modulable accueillera des événements privés de prestige : dîners, soirées de films, press junket, cocktails dînatoires et lancements « sur mesure »…

     Toujours à la pointe de la tendance et de l’originalité, le VIP ROOM saura vous surprendre pour cette édition avec une scénographie toujours plus exceptionnelle…

    A suivre bientôt sur inthemoodforcannes.com ...

  • Critique de "Mother" de Bong Joon-Ho (président du jury de la caméra d'or du 64ème Festival de Cannes)

    A l'occasion de l'annonce de la présidence du jury de la caméra d'or par Bong Joon-Ho, je vous propose, ci-dessous, la critique de "Mother".

    mother.jpg

    Mother. Voilà un titre bien ambitieux mais de la part de Bong Joon-ho dont c'est le quatrième long-métrage et qui avait, avec « Memories of murder », affirmé sa marque et son talent, on pouvait (légitimement) s'attendre à un film à la hauteur de cette ambition.

    Mother (Kim Hye-Ja) est ici une veuve qui élève seule son fils unique Do-joon (Won Bin), sa raison d'être mais aussi son inquiétude perpétuelle, ce dernier étant intellectuellement déficient et particulièrement naïf. Lorsqu'une jeune fille est retrouvée morte, Do-joon est immédiatement accusé. Sa mère décide de mener l'enquête pour prouver son innocence.

    Dès le premier plan qui met en scène la mother du titre éponyme, Joon-ho Bong nous envoûte, nous intrigue, nous charme, nous provoque, nous inquiète.  La mère danse de manière languissante, poétique et décalée, dans un champ de blé. La caméra, fluide et presque sensuelle, se rapproche et tournoie. Joon-ho Bong nous annonce qu'il va mener la danse, à n'en pas douter peu conventionnelle, et qu'au centre de cette danse se trouvera la mère. Valse visuelle et des genres que Joon-ho Bong ne cessera de conduire avec brio jusqu'au dernier plan.

    Oubliant cette scène qui aurait dû résonner comme un avertissement, comme une promesse d'inattendu,  Bong Joon-ho nous oriente d'abord vers la comédie. Teintée d'humour noir certes. Et puis c'est le meurtre. Et la comédie dévie vers le thriller, progressivement,  Bong Joon-ho instillant intelligemment de l'étrangeté menaçante dans des scènes quotidiennes alors à la tonalité décalée, par l'effet d'un savant sens du montage, de l'ellipse, du gros plan, du cadrage et par des plans d'une beauté redoutable.

    Là où souvent les ruptures de ton et le mélange des genres ralentissent et alourdissent une intrigue, ici, ils la densifient au contraire, marques du style unique de leur auteur. Comme la mère dans le premier plan, Jonn-ho Bong nous enserre dans son univers nous embarquant avec elle dans son sentiment maternel, inconditionnel, qui se heurtera à la folie de la vulgarité ordinaire. Celle de la justice. Ou de la police incompétente. Avant, elle-même, de sombrer dans sa folie maternelle synonyme d'amour inconditionnel.    Bong Joo-ho relativise ainsi cette  folie, les scènes de folie étant cadrées avec plus d'inquiétante fantaisie que les scènes quotidiennes, ce qui est folie aux yeux du monde étant normalité dans le regard d'une mère prête à tout pour sauver son fils.

    Pour parvenir à ce film captivant, il fallait aussi une actrice exceptionnelle comme l'est Kim Hye-Ja, avec son regard tantôt compatissant, tantôt inquiétant, tantôt déterminé, tantôt coupable souvent tout à la fois, mais aussi un sens aigu du suspense que le « simple » écoulement d'eau d'une bouteille parvient à faire culminer par la minutie de la mise en scène et l'ingéniosité  du découpage.

     Bong Joon-ho fait ainsi danser et s'entrelacer subtilement tragédie du souvenir et bonheur de l'oubli, violence et amour inconditionnel, humour noir et folie,  culpabilité suffocante et soleil rédempteur symbolisé par la beauté vertigineuse du dernier plan qui  achève de nous emporter nous rappelant la promesse envoûtante et poétique de la danse initiale. Promesse tenue au-delà de nos espérances pour ce film hybride, palpitant, étonnant, poignant qui n'épargne ni les travers de la société coréenne ni les ombres et forfaits d'un inconditionnel amour maternel (pléonasme ?) pour mieux encore en exalter la force renversante.

    « Mother » a été présenté dans la section « Un Certain Regard » du Festival de Cannes 2009 et a été élu meilleur film au 30ème trophée « The Blue Dragon Awards » à Séoul.

  • Bong Joon-Ho, président du jury de la Caméra d'or du Festival de Cannes 2011

    bong.jpgA l'approche de la conférence de presse du Festival de Cannes 2011, le 14 avril, les premières informations officielles continuent de tomber, annonçant une édition prestigieuse. 

    Alors que nous savions déjà depuis plusieurs semaines que le jury serait présidé par Robert De Niro, nous avons appris aujourd'hui que ce serait le cinéaste coréen Bong Joon-ho qui présiderait la Caméra d'or.

     A cette occasion, vous pourrez retrouver mon résumé de mon interview du cinéaste réalisée l'an passé, à l'occasion de la sortie de "Mother".  Ci-dessous, le communiqué de presse du festival à ce sujet. (Photo ci-contre : Bong Joon-Ho, lors de mon interview, l'an passé).

    Réalisateur et scénariste, Bong Joon-ho fait des études de sociologie et de cinéma avant de passer à la réalisation. Il attire l’attention de la critique dès son premier long métrage Barking Dog (Les chiens qui aboient ne mordent pas - 2000). Le suivant, Memories of Murder (2004), immense succès public en Corée (et 1er prix du Festival de Cognac) le consacre meilleur réalisateur. The Host, présenté en 2006 à la Quinzaine des réalisateurs va définitivement asseoir sa réputation à l’international comme auteur de film de genre qu’il élève au rang d’art.
    Il est invité à Cannes en Sélection officielle avec Tokyo ! (2008), tryptique qui l’associe à Leos Carax et Michel Gondry. En 2009, il y présente Mother au Certain Regard, mélodrame intimiste et subtile analyse de la famille coréenne.

    Bong Joon-ho succède à Bruno Dumont, Abbas Kiarostami, Pavel Lounguine ou Roschdy Zem et Gael Garcia Bernal.
    La Caméra d’or est attribuée au meilleur premier film présenté en Sélection officielle, à la Semaine de la Critique ou à la Quinzaine des réalisateurs.
    Le Prix sera remis par le président du jury lors de la cérémonie de clôture, le dimanche 22 mai.