Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IN THE MOOD FOR CANNES - Page 2

  • Critique de FRANKIE de Ira Sachs (compétition officielle)

    IMG_5717.JPG

    IMG_5730 (1).JPG

    Synopsis : Frankie (Isabelle Huppert), célèbre actrice française, se sait gravement malade. Elle décide de passer ses dernières vacances entourée de ses proches, à Sintra au Portugal.

     "Frankie" est un bijou de délicatesse et de sensibilité qui suspend le vol du temps, celui de la mort, omniprésente, omnisciente, dans une ville de Sintra devenue Jardin d'Eden. Un premier et un dernier plan qui se répondent et s'opposent, tragiquement lumineux. Un‪ film d'une douceur apparente émaillé de cruelles fulgurances, celles de la vie qui pour les autres continue quand pour Frankie elle s'en va. Je vous en parlerai plus en détails prochainement. Un énorme coup de coeur. Et peut-être un prix du scénario en perspective pour ce film à l'écriture ciselée et implacable. 

    En attendant de vous en parler plus en détails ainsi que de la passionnante conférence de presse, quelques mots sur un autre chef-d'œuvre d'Ira Sachs, « Brooklyn village » :


    Une famille de Manhattan y hérite d’une maison dont le rez-de-chaussée est occupé par la boutique de Leonor, une couturière latino-américaine. Les relations sont d’abord très cordiales entre les deux familles, notamment grâce à l’insouciante amitié qui se noue entre Tony et Jake, les enfants des deux foyers qui ont le même âge. Mais le loyer de la boutique (fixé par un arrangement amical par le grand-père de Jake, son père venant d’en hériter à la mort de celui-ci) s’avère bien inférieur aux besoins des nouveaux arrivants. Les discussions d’adultes vont bientôt perturber la complicité entre voisins.
    Alors que beaucoup de films du Festival de Deauville 2016 réglaient ou exorcisaient les conflits par la violence ou l’excès, Ira Sachs fait ici preuve d’une rare bienveillance envers ses personnages qui y gagnent en profondeur, en intérêt, en crédibilité, en émotion. La seule violence est une grève de la parole que les deux enfants mettent en place pour protester contre les décisions d’adultes qu’ils réprouvent.

    Plutôt que d’opposer la pauvre couturière authentique aux voraces propriétaires qui ne cherchent qu’à s’enrichir et plutôt que de stigmatiser les seconds, Ira Sachs porte un regard plein d’humanité, de compréhension et d’indulgence sur chaque partie, les propriétaires ne vivant que sur un seul salaire, le père étant un comédien de théâtre désargenté.
    En vo le film s’intitule Little Men, et s’il désigne les enfants, ces « petits hommes » peuvent aussi désigner les adultes, tels qu’ils sont dans le regard de leurs enfants, ou tels que chaque adulte reste finalement à jamais, portant simplement le masque de l’adulte mais demeurant aussi perdu, écartelé, et parfois démuni devant les difficultés de l’existence. Sans doute s’agit-il des deux.
    Ajoutez à cela Theo Taplitz et Michael Barbieri, deux jeunes comédiens exceptionnels (magnifique scène ou l’un des deux s’exerce à la comédie pendant laquelle on retient son souffle) et vous obtiendrez un film pudique, délicat, sensible avec des personnages humains, pas des super-héros mais des êtres faillibles et attachants écrits avec une extrême délicatesse, nuancés comme la vie.

  • Palme d'or d'honneur d'Alain Delon, master class et projections de "Monsieur Klein" et "Le professeur" - Récit

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    « Ne me secouez pas, je suis plein de larmes » écrit Henri Calet dans Peau d’ours, son ultime roman inachevé, un roman qui touche tout particulièrement Alain Delon. Peut-être au fond est-ce là que réside la clef du mystère, la clef des émotions de cette journée aussi ?

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    De ce Festival de Cannes 2019, sans aucun doute la master class et la remise de la Palme d’or d’honneur à Alain Delon suivie de la projection de Monsieur Klein en resteront-elles pour moi des souvenirs indélébiles. De même que la projection du film Les plus belles années d’une vie de Claude Lelouch. Bien sûr, cette édition a d'ores et déjà connu de nombreux moments forts sur lesquels je reviendrai mais cette journée convoquait les émotions de l’enfance. Et qu’est-ce qui pourrait bien rivaliser avec les émotions de l’enfance ? Ces moments inestimables à regarder et commenter les films de Delon avec mon père. L’acteur de nos films préférés. Ceux que nous regardions inlassablement à chaque diffusion télévisée. Ceux qu’il m’enregistrait précautionneusement sur les cassettes VHS. Ceux à l’origine de ma passion dévorante pour le cinéma. Les Gabin aussi, le « patron » comme l’appelle Delon. Alors, tout naturellement, dans mon premier roman qui est un hommage au cinéma mais aussi à mon père, mon héros, c’est autour du Cercle rouge que l’intrigue tourne (qui se déroule aussi dans la suite Mélodie de l'hôtel Majestic à Cannes, ainsi nommée en référence à...Mélodie en sous-sol, film avec Alain Delon, suite dans laquelle a été prise la photo ci-dessous) et autour de cette fameuse citation : «Quand des hommes, même s'ils l'ignorent, doivent se retrouver un jour, tout peut arriver à chacun d'entre eux et ils peuvent suivre des chemins divergents. Au jour dit, inéluctablement, ils seront réunis dans le cercle rouge.»

    cercle rouge.jpg

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Le 19 Mai 2019, j’avais donc rendez-vous avec les émotions de mon enfance, avec mes premiers élans passionnés pour le cinéma, avec le héros de Visconti, Clément, Deray, Verneuil, Losey, Giovanni, Melville, avec Tancrède, Roger Sartet, Robert Klein, Roch Siffredi, Gino sans oublier le glacial, élégant et solitaire Jef Costello. Comme un clin d'œil du destin, ce jour était aussi accessoirement celui de mon anniversaire.

    Comme souvent, c’est dans la salle Buñuel qu’avait lieu la master class. Dès 8H30 pour ce rendez-vous de 11H, il y avait déjà quelques cinéphiles qui ne voulaient pas manquer ce grand moment de cinéma et qui, peut-être, eux aussi, avaient rendez-vous avec leur enfance.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    cinéma,alain delon,delon,festival de cannes,72ème festival de cannes,festival de cannes 2019,in the mood for cinema,in the mood for cannes,hommage,plein soleil,le guépard,rocco et ses frères,le cercle rouge,le samouraï,monsieur klein

    En attendant l’arrivée d’Alain Delon, je pensais à la projection de Plein soleil en copie restaurée en 2013 à l’occasion de laquelle Alain Delon était venu pour la dernière fois à Cannes. Alain Delon dit régulièrement de René Clément que c’est pour lui le plus grand réalisateur mais surtout le plus grand directeur d’acteurs au monde. Sa présence à l’occasion de la projection de Plein soleil à Cannes Classics était donc une évidence. L’acteur avait par ailleurs alors déjà tenu à ce qu’il ne s’agisse pas d’un hommage à Alain Delon mais d’un hommage à René Clément. Rappelons que Delon devait d’ailleurs au départ interpréter le rôle que Maurice Ronet jouera finalement et, malgré son jeune âge (24 ans alors), il avait réussi à convaincre Clément (et d’abord sa femme) de le faire changer de rôle.

    Alain Delon au Festival de Cannes.jpg

    Photo ci-dessus prise lors de la présentation de Plein soleil par Alain Delon lors de sa projection en copie restaurée dans le cadre du Festival de Cannes 2013.

    guep

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En 2010, c’est une version restaurée du Guépard qu’il était venu présenter. Quelle étrange sensation ce fut alors de voir enfin sur grand écran ce film qui m’avait tant marquée dans mon enfance et vu tant de fois auparavant à la télévision, tout en observant ses acteurs au premier plan, juste devant moi, en chair et en os. Aussi fascinant et somptueux soit Le Guépard (et ce fameux soir il m'avait à nouveau et plus que jamais éblouie) mon regard ne pouvait s'empêcher de dévier vers Delon et Cardinale. Instant irréel où l'image de la réalité se superposait à celle de l'écran. Je ne pouvais m'empêcher d'essayer d'imaginer leurs pensées. Claudia Cardinale qui semblait littéralement transportée (mais avec gaieté) dans le film, tapant des mains, se tournant vers Alain Delon, lorsque des scènes, sans doute, lui rappelaient des souvenirs particuliers, riant aussi souvent, son rire se superposant même sur la célèbre cavalcade de celui d'Angelica dans la scène du dîner. Et Alain Delon, qui regardait l'écran avec tant de solennité, de nostalgie, de tristesse peut-être comme ailleurs, dans le passé, comme s'il voyait une ombre du passé ressurgie en pleine lumière, pensant, probablement, comme il le dit souvent, à ceux qui ont disparu : Reggiani, Lancaster, Visconti.... Delon et Cardinale plus humains sans doute que ces êtres d'une beauté irréelle sur l'écran et qu'ils ont incarnés mais aussi beaux et touchants. C'était d'autant plus troublant que la scène de la réalité semblait faire étrangement écho à celle du film qui raconte la déliquescence d'un monde, la nostalgie d'une époque. Comme si Delon était devenu le Prince Salina (incarné par Lancaster dans le film) qui regarde avec mélancolie une époque disparaître. J'avais l'impression de ressentir leurs émotions, ce qui, ajouté, à celle que me procure immanquablement ce film, a fait de cet instant un moment magique de vie et de cinéma entremêlés, bouleversant.  Je n'avais alors pas vu passer les trois heures que dure le film dont la beauté, la modernité, la richesse, la complexité mais aussi la vitalité, l'humour (c'était étonnant d'entendre ainsi la salle rire) me sont apparus plus que jamais éclatants et surtout inégalés. 47 ans après, quel film a pu rivaliser ? Quel film contient des plans séquences aussi voluptueux ? Des plans aussi somptueux ? On comprend aisément pourquoi le jury lui avait attribué la palme d'or 1963 à l'unanimité ! Et encore maintenant il me semble entendre la valse qui a sublimé Angelica et Tancrède, et d'en ressentir toute la somptuosité nostalgique. Cette phrase prononcée par Burt Lancaster dans Le Guépard pourrait ainsi peut-être être désormais prononcée par ceux qui ont joué à ses côtés : « Nous étions les Guépards, les lions, ceux qui les remplaceront seront les chacals, les hyènes, et tous, tant que nous sommes, guépards, lions, chacals ou brebis, nous continuerons à nous prendre pour le sel de la terre ».

    cannes20104 029.JPG

    Delon aura pourtant mis du temps à revenir à Cannes, après ne pas avoir été invité au 50ème anniversaire en 1997.  Il était venu pour la première fois en 1961 pour Quelle joie de vivre de René Clément, puis pour L’Eclipse de Michelangelo Antonioni en 1962 (Prix du jury), pour Le Guépard de Luchino Visconti, Palme d’or 1963 et en 1976 pour Monsieur Klein de Joseph Losey qui n’avait pas reçu l’accueil que ce chef-d’œuvre aurait mérité (ma critique en bas de cet article), le film qui fut d’ailleurs projeté après la remise de la Palme d’or d’honneur à Alain Delon ce 19 mai 2019.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    « La joie, la fierté et le bonheur que nous avons d’avoir Alain Delon » a d’abord rappelé Thierry Frémaux avant l’entrée de celui dont il a dit ensuite que « l’expression monstre sacré » « on dirait qu’elle a été inventée pour lui ». « Il n’y a pas de grand acteur sans grand metteur en scène » a-t-il également ajouté. C’est en effet pour honorer ces grands metteurs en scène avec lesquels il a tournés que Delon a accepté l’invitation du Festival de Cannes. « Le festival veut lui montrer aujourd’hui qu’il lui est fidèle » a également précisé le Délégué général du Festival de Cannes.

     Et puis il est arrivé, le monstre sacré, éclipsant tout autour de lui, captant la lumière et l’attention comme il le fait partout, comme il le faisait déjà dans sa jeunesse, avant d’être devenu l'acteur mythique, avant même d'être connu. Parce que son aura, sa démarche étaient déjà là avant même qu’une caméra ne se pose dessus. La salle retenait son souffle, prête à assister à un grand moment de cinéma, de vie, nous ne savions plus bien. Avec son froncement de sourcils si caractéristique, il a jaugé la salle. « Ils ne sont pas nombreux, il n’y a que ça » a-t-il commenté en regardant l’assistance. Sans doute ses détracteurs auraient-ils pris pour arrogance ce qui n’était que la déception de celui venu parler de ceux qu’il aimait et dont il voulait  que leurs noms résonnent bien fort et parmi une foule nombreuse, une fois de plus. Mais de toute façon, de ses détracteurs, il n’y en avait heureusement pas dans cette assemblée. Dommage peut-être aussi d’ailleurs. Peut-être ce moment les aurait-il fait changer d’avis tant l’acteur s’y est montré passionnant et émouvant. Il a ensuite présenté celui qui allait animer la rencontre, Samuel Blumenfeld, par ces mots: « il a tout dit dans Le Monde, je n’ai plus rien à dire. » Samuel Blumenfeld est en effet l’auteur d’une série de formidables articles sur l’acteur publiés pendant l’été 2018.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Il semblait au tout début un peu contrarié d’être là, notre monstre sacré (plutôt tout simplement une manière pudique de masquer son émotion), et pourtant comme lorsque la caméra se met à tourner, lorsque son tour de parler vint, de parler de ces cinéastes et acteurs qu’il a tant aimés et admirés, il était le Alain Delon de notre enfance à nouveau, là, devant nous, captivés.

     « Parle comme tu parles, écoute comme tu écoutes. Fais tout comme tu le fais. Sois toi. Ne joue pas. Vis. Cela m’a marqué toute ma vie. Ce départ avec Yves. Je n’ai jamais joué de ma vie dans tous les films que j’ai faits. Je vis mes rôles. Je ne joue pas. La différence essentielle entre un comédien ou un acteur… Il y a des comédiens absolument fabuleux comme Belmondo qui ont pris des cours. Et des gens comme moi. Et comme Lino… » a-t-il commencé à raconter.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    « Ce sont les femmes qui m’ont aimé, qui m’ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse » a-t-il également précisé.

    Des extraits de films ont ponctué la rencontre. A chaque fois, il se tournait vers l’écran pour les regarder. C’était émouvant, triste aussi, de penser à sa propre tristesse face à ces images qui le surplombaient et dont ils ne pouvaient détourner le regard. Des images du temps d’avant. Des images de ceux qui ne sont plus.

    Il s’est levé souvent après ces images d’extraits. L’émotion à chaque fois était là, palpable.

    A notamment été diffusé un extrait de Plein soleil lorsque Ripley endosse le rôle de Greenleaf.  "Vous n’étiez pas qu’une belle gueule. Ce que vous avez et que personne d’autre n’a, c’est votre manière de bouger. Cet espace tout à coup devient le vôtre. Dans chacun de vos gestes, de cette scène comme dans tous vos films, il y a une part de mystère" a ainsi commenté Samuel Blumenfeld.

    En réponse, Alain Delon a à nouveau tenu à mettre en valeur le réalisateur : "ça, c'est René Clément. René Clément me disait c'est ton décor. Là aussi René aussi me disait sois toi, vis comme tu vivrais dans ton décor. Tout ce que je fais c’est Clément qui me l’a demandé. C’est pour ça que je crois que j’avais un certain don".

    pleinsoleil2.jpg

    Comme le soleil qui à la fois éblouit et brûle, dans Plein soleil, Ripley et Greenleaf sont l’un et l’autre aussi fascinants que dangereux. La caméra de Clément enferme dans son cadre ses personnages comme ils le sont dans leurs faux-semblants. Acte de naissance d’un mythe, thriller palpitant, personnage délicieusement ambigu, lumière d’été trompeusement belle aux faux accents d’éternité, Plein soleil est un chef d’œuvre du genre dans lequel la forme coïncide comme rarement avec le fond, les éléments étant la métaphore parfaite du personnage principal.  

    rocco

    Et puis il y a eu l’extrait de Rocco et ses frères, un extrait avec Annie Girardot. Alain Delon a essuyé une larme. Nous étions presque gênés que la lumière se fut rallumée, d’être là, avec lui dans ses souvenirs.  « Je n’étais pas venue ici pour chialer. C’est surtout cette scène merveilleuse avec Annie qui n’est plus là. Je l’aime. Elle m’aime. Et ce sacrifice que je fais, je le fais pour mon frère. Voir Annie comme elle est là, cela m’a tuée. Elle est magnifique. Cela m’a fait vraiment mal. »

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    « Vous incarnez le personnage tragique par excellence » a commenté Samuel Blumenfeld.

     Dans ce film, Nadia (Annie Girardot) porte la trace indélébile de son passé. Son rire si triste résonne sans cesse comme un vibrant cri de désespoir. Elle est une sorte de double de Rocco, n’ayant d’autre choix que de vendre son corps, Rocco qui est sa seule raison de vivre. L’un et l’autre, martyrs, devront se sacrifier. Rocco en boxant, en martyrisant son corps. Elle en vendant son corps (et le martyrisant déjà), puis, dans une scène aussi terrible que splendide, en le laissant poignarder, les bras en croix puis enserrant son meurtrier en une ultime et fatale étreinte. Annie Girardot apporte toute sa candeur, sa lucidité, sa folie, son désespoir à cette Nadia, personnage à la fois fort et brisé qu’elle rend inoubliable par l’intensité et la subtilité de son jeu. Que ce soit à la cour de Bavière avec Ludwig, ou au palais Donnafigata avec le Prince Salina, avec Visconti, c’est toujours d’un monde qui périclite et de solitude dont il est question mais aussi de grandes familles qui se désagrègent, d’être promis à des avenirs lugubres qui, de palais dorés en logements insalubres, sont sans lumière et sans espoir. Face à Annie Girardot, Alain Delon illumine ce film sombre de sa beauté tragique et juvénile et montre ici toute la palette de son jeu, du jeune homme timide, fragile et naïf, aux attitudes et aux craintes d’enfant encore, à l’homme déterminé. Une palette d’autant plus impressionnante quand on sait que la même année (1960) sortait Plein soleil de René Clément, avec un rôle et un jeu si différents. La réalisation de Visconti reprend le meilleur du néoréalisme et le meilleur de la Nouvelle Vague avec une utilisation particulièrement judicieuse des ellipses, du hors champ, des transitions, créant ainsi des parallèles et des contrastes brillants et intenses. Il ne faudrait pas non plus oublier la musique de Nino Rota qui résonne comme une complainte à la fois douce, cruelle et mélodieuse. Rocco et ses frères : encore un chef d’œuvre de Visconti qui prend le meilleur du pessimisme et d’une paradoxale légèreté de la Nouvelle Vague, mais aussi du néoréalisme qu’il a initié et qui porte déjà les jalons de ses grandes fresques futures. Un film d’une beauté et d’une lucidité poignantes, sombres et tragiques, porté par de jeunes acteurs (Delon, Girardot, Salvatori…), un compositeur et un réalisateur déjà au sommet de leur art.  Rocco et ses frères a obtenu le lion d’argent à la Mostra de Venise 1960.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    L’émotion était encore au rendez-vous quand Alain Delon a raconté le choix de la fin de L’Insoumis qu’il avait choisi en hommage à Sterling Hayden et à la fin  Quand la ville dort de John Huston une mort au milieu des chevaux en hommage à cette scène.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Il était tout aussi passionnant de l’entendre raconter son acceptation de tourner dans Le Samouraï : « Je l’ai écrit pour vous. Cela s’appelle Le Samouraï. Melville commence à me raconter l’histoire. Et je l’arrête. Cela fait 5 minutes que vous racontez l’histoire et je n’ai pas dit un mot. Cela viendra plus tard a-t-il répondu. Ce n’est pas la peine d’aller plus loin. Je fais le film ».

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Quelle émotion à nouveau quand il a raconté  la fameuse anecdote de Melville suite à l’incendie de ses studios Jenner si chers au cinéaste, en 1967. Les décors durent être reconstruits à la hâte dans les studios de Saint-Maurice.  « Elle est vraie et elle est belle » a  précisé Alain Delon en préambule de l’anecdote.  « Vous avez vu la première scène quand je vis seul avec mon piaf. » Il a ensuite raconté comment une radio l’avait appelé pour l’informer de l’incendie des studios. « Je prends ma voiture. Je fonce aux studios de Melville. Et je vois tout ce qui brûle. Melville avec son stetson, sa femme, sa secrétaire et qui voyait brûler sa vie. Je me mets à côté de lui pour qu’il voie que je suis là et je lui tiens la main. Et il regarde brûler sa vie, ses studios, ses films, ses lettres, ses bouquins. Tout brûlait. Et à un moment. (Il m’appelait toujours mon coco.) Et on regarde sa vie brûler et il me fait "Mon coco, notre oiseau, NOTRE oiseau…". Sa vie brûlait, sa carrière brulait, et il pensait à notre piaf qui était en train de brûler et rien d’autre. Mon coco, notre oiseau… » a-t-il raconté la voix coupée par l’émotion.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Evidemment, ce film ne serait sans doute pas devenu un chef-d’œuvre sans la présence d’Alain Delon (que Melville retrouvera pour Le Cercle rouge, en 1970, puis dans Un flic en 1972) qui parvient à rendre attachant ce personnage de tueur à gages froid, mystérieux, silencieux, élégant dont le regard, l’espace d’un instant face à la pianiste, exprime une forme de détresse, de gratitude, de regret, de mélancolie pour ensuite redevenir sec et brutal. N’en reste pourtant que l’image d’un loup solitaire impassible d’une tristesse déchirante, un personnage quasiment irréel (Melville s’amuse d’ailleurs avec la vraisemblance comme lorsqu’il tire sans vraiment dégainer) transformant l’archétype de son personnage en mythe, celui du fameux héros melvillien.  Avec ce film noir, polar exemplaire, Melville a inventé un genre, le film melvillien avec ses personnages solitaires ici portés à leur paroxysme, un style épuré d’une beauté rigoureuse et froide et surtout il a donné à Alain Delon l’un de ses rôles les plus marquants qui lui-même n'est finalement peut-être pas si éloigné de ce samouraï charismatique, mystérieux, élégant et mélancolique au regard bleu acier, brutal et d’une tristesse presque attendrissante, et dont le seul vrai ami est un oiseau. Rôle en tout cas essentiel dans sa carrière que celui de ce Jef Costello auquel Delon lui-même fera un clin d’œil dans Le Battant. Melville, Delon, Costello, trois noms devenus indissociables au-delà de la fiction.

     A propos de Romy Schneider dans La Piscine :

    « Il y a des anecdotes pas drôles dans ma vie.  Les producteurs me disent on voudrait faire le film avec Angie Dickinson.  Ils avaient pensé à une autre actrice aussi, Monica Vitti. Et puis, j’ai bien lu l’histoire et je ne sais pas pourquoi, je voyais Romy parce que je la connaissais bien. Je la savais en déroute. Je ne sais pas pourquoi. Je ne voyais pas quelqu’un d’autre. Comme j’avais le pouvoir dans la production. Au bout d’un moment j’ai dit vous m’emmerdez ou ce sera Romy Schneider ou il n’y aura pas le film. Et puis on a fait le film et alors les producteurs ont oublié leurs conneries. Cela a été un triomphe. Moi je ne peux pas le voir, je ne peux plus le voir. Et tout le monde m’a dit. Tu as eu raison. Je ne vois pas qui aurait pu être mieux que Romy dans le film.  Et elle devient la grande actrice française prise par Sautet etc. Et elle a fait une seconde carrière qui a été énorme. »

    Dans La Piscine aucun des 4 personnages n’est délaissé. La richesse de leurs psychologies, de la direction d’acteurs font que chacune de leurs notes est indispensable à la partition. La musique discrète et subtile de Michel Legrand renforce encore cette atmosphère trouble. Chacun des 4 acteurs est parfait dans son rôle : Delon dans celui de l’amoureux jaloux, fragile, hanté par de vieux démons, d’une sensualité à fleur de peau, mal dans sa peau même, Romy Schneider dans celui de la femme sublime séductrice dévouée, forte, provocante et maternelle, Jane Birkin dont c’est le premier film français dans celui de la fausse ingénue et Maurice Ronet dans celui de l’ « ami » séduisant et détestable, transpirant de suffisance et d’arrogance et la piscine, incandescente à souhait, véritable « acteur ».  Deray retrouvera ensuite Delon à 8 reprises notamment dans Borsalino, Flic story, Trois hommes à abattre mais La piscine reste un film à part dans la carrière du réalisateur qui mettra en scène surtout un cinéma de genre. Neuf ans après Plein soleil  de René Clément, La Piscine réunit donc de nouveau Ronet et Delon, les similitudes entres les personnages de ces deux films sont d’ailleurs nombreuses et le duel fonctionne de nouveau à merveille. Un film sensuel porté par des acteurs magistraux, aussi fascinants que cette eau bleutée fatale, un film qui se termine par une des plus belles preuves d’amour que le cinéma ait inventé.

    Ensuite a été évoqué Monsieur Klein et cette fameuse scène où Klein jauge un tableau amené par une homme juif obligé de le vendre.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    « Jouer dans ce film-là, vous étiez au sommet de votre notoriété, vous acceptez de jouer dans le film le plus risqué qui soit » a ainsi commenté Samuel Blumenfeld.  « Oui, c’est ça qui m’excite ». « Quand on vous voit, vous incarnez un marchand d’art qui achète à vil prix à des personnes juives alors que se prépare la fameuse rafle. Et votre personnage sera pris au piège de son identité, de son patronyme… ». « J’ai voulu faire ce personnage justement parce que c’était tout ce que je n’avais jamais fait, tout ce que je n’étais pas. Lonsdale au moment de la Rafle me court après. La fin n’était pas comme ça. La fin, il me rejoignait, m’arrêtait et m’enlevait de la rafle. C’est là que j’en ai parlé à Joseph et je lui ai dit, je ne veux pas ça, je veux aller jusqu’au bout. Je veux vivre comme le Robert Klein que je ne suis pas. Je veux faire la Rafle du Vel d’Hiv. Je suis emporté. Je sais où je vais. On va m’amener dans le métro, dans le train, et je veux cette fin-là. »

    klein.jpg

    A propos du prix d’interprétation qui lui échappe alors, ce qui est d'ailleurs impossible à comprendre quand on revoit le film, et cette interprétation pour moi une des plus fortes qui soit non seulement de Delon mais aussi de l’histoire du cinéma:  « A l’époque, en face vous aviez un espagnol dont personne ne se souvient et en face Delon… C’est très difficile d’être là pendant 50 ans ou 60 ans et de demander qu’on vous aime encore » a ainsi commenté l’acteur.

    « Plusieurs décennies plus tard, vous êtes là avec Monsieur Klein en toute majesté. Comme Costello dans le Samouraï,  je ne perds jamais, jamais vraiment, vous voyez vous ne perdez jamais jamais vraiment. » « Oui et c’est grâce à eux. » a conclu Alain Delon en désignant la salle.

    Merci à Alain Delon pour cette heure trente à fleur de peau, pleine d’émotions et de sincérité, de nostalgie, de conscience et de recul aussi sur le mythe cinématographique qu'il incarne.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    L’après-midi, dans cette même salle était projeté Le Professeur de Zurlini (cf ma critique ci-dessous).

    Après Jeanne Moreau, Woody Allen, Bernardo Bertolucci, Jane Fonda, Clint Eastwood, Jean-Paul Belmondo, Manoel de Oliveira, Agnès Varda et Jean-Pierre Léaud, le Festival de Cannes avait décidé d’attribuer le même soir une Palme d’or d’honneur à l’acteur. Ainsi avait été annoncé sa remise de sa palme d’or d’honneur avant le festival : "Il appartient tout entier au cinéma, à ses plus belles œuvres et à ses mythes : en 2019, le Festival de Cannes a décidé de décerner une Palme d’or d’Honneur à Alain Delon, afin d’honorer sa magnifique présence dans l’histoire du septième art. Après Jeanne Moreau, Woody Allen, Bernardo Bertolucci, Jane Fonda, Clint Eastwood, Jean-Paul Belmondo, Manoel de Oliveira, Agnès Varda et Jean-Pierre Léaud, le Festival de Cannes est heureux et fier que le légendaire comédien du Guépard de Luchino Visconti (Palme d’or 1963) ait accepté de recevoir les honneurs de la communauté mondiale" a ainsi annoncé le Festival de Cannes par communiqué de presse.  « Avec Pierre Lescure, nous sommes heureux qu’Alain Delon ait accepté d’être honoré par le Festival, déclare Thierry Frémaux, Délégué général. Il a pourtant longuement hésité, lui qui nous a longtemps refusé cette Palme d’or car il estimait ne devoir venir à Cannes que pour célébrer les metteurs en scène avec lesquels il a travaillé. »

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Le soir, à nouveau, la salle était comble pour la remise de la Palme d’or d’honneur et la projection de Monsieur Klein. A l'entrée de la salle, le public s’est vu offrir  un badge avec le mot « star », rappelant celui qu’Alain Delon avait porté en montant les marches du Festival de Cannes en 2007.  Les qualificatifs me manquent tant ce moment fut poignant, d'une infinie tristesse aussi.  Les derniers souvenirs d'enfance ont laissé place à un fauve majestueux mais à terre, bouleversé (après avoir revu les images de ses films -que de grands moments de cinéma !- mais aussi, évidemment, des disparus qui peuplent ses souvenirs, n’était-ce pas une maladresse de les projeter sachant qu'il répète sans cesse ne plus pouvoir les regarder à l'écran ?). Un fauve qui annonçait se retirer de la scène. Pas seulement de la scène artistique. Son départ de cette scène, c'était un adieu déchirant aux feux de la rampe.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

     Quelques minutes plus tôt, il était arrivé sous les acclamations effrénées et émues  de la salle, des cinéphiles, beaucoup (trop ?) de politiques, et quelques rares personnalités du cinéma (Bertrand Tavernier, Pierre-William Glem, Pierre Lescure). Il était là, dans la rangée située dans le prolongement de la mienne. Tandis que Thierry Frémaux évoquait sa carrière, mon regard ne pouvait s’empêcher de dévier vers lui. Sa fille lui remettait les boutons de sa chemise. Leurs mains se caressaient et s’enlaçaient. Sans doute savait-il ce qu’il allait dire, ces mots poignants, définitifs. Peut-être espéraient-ils d’autres présences. Sans doute pensait-il à tous ses disparus.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Après avoir monté les marches sur la musique du Clan des Siciliens, il est monté sur scène après les mots de Thierry Frémaux : « De cette solitude vous avez la force mais vous conservez aussi une forme de tristesse. » « On sait que l’intolérance est de retour », « la race des seigneurs » ou encore citant Monsieur Klein et lui attribuant ses mots « la corruption me dégoûte la vertu me donne des frissons ». « Le Festival sera toujours du côté des artistes » a-t-il également tenu à dire ou encore reprenant les mots de François Morel employés à son sujet quelques jours plus tôt « Delon à Cannes c’est un loup indiscipliné qui sort de sa cage ». « Alain Delon a le droit de penser ce qu’il pense », avait aussi dit Thierry Frémaux quelques jours plus tôt, ajoutant qu’il est « compliqué de juger avec les lunettes d’aujourd’hui des choses qui se sont passées et dites il y a quelques années » suite à la pétition lui attribuant des propos « racistes, homophobes et misogynes », en réalité très anciens, tronqués et sortis de leur contexte.

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Sa fille Anouchka des mains de laquelle il a reçu sa Palme d’or d’honneur lui a ensuite adressé un magnifique discours paraphrasant Borsalino « la chance ça n’existe pas » pour dire qu’au contraire il l’a eue cette chance, « la chance d’avoir une gueule, d’avoir ton talent et d’avoir tourné avec les plus grands   et le cinéma a eu la chance de t’avoir, un homme de principe, de conviction, entier, vrai, d’audace, un battant. Aujourd’hui, c’est moi qui suis fière de l’acteur et surtout fière de toi ».

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    A ses larmes que Thierry Frémaux a qualifiées « de bonheur », il a précisé qu’elles étaient « des larmes pas seulement de bonheur» ajoutant « Je n’ai jamais pleuré devant autant de personnes. » « Ce soir c’est un peu un hommage posthume, mais de mon vivant », a aussi commenté Alain Delon. « Ce dont je suis fier vraiment, c’est de ma carrière et cette palme d’or on me l’a offerte pour ma carrière, et rien d’autre. C’est pour cela que je suis heureux et content et satisfait. »

    « Maintenant je sais que ce qui est difficile, c’est de partir parce que je vais partir. Mais je ne partirai pas sans vous le dire et sans vous remercier. Parce que toute ma vie j’ai fait le mieux que je le pouvais. Cette projection m’a bouleversée, m’a montré des tas de choses mais j’ai fait un métier que j’ai choisi, dirigé par les plus grands, les meilleurs et parait-il je suis une star mais si je suis une star, et c’est pour ça que je veux vous remercier, c’est au public que je le dois et à personne d’autre. » Après la remise de sa palme d'or d'honneur, il est revenu au micro et a également terminé par ces mots, la voix étranglée par les sanglots « Avant de partir, je voudrais simplement vous dire que je pense à Mireille et à Romy ».  Alain Delon a ensuite quitté la salle pour que soit lancée la projection de Monsieur Klein (ma critique ci-dessous). Comme le plan final d’un film bouleversant. Le départ du héros.

     

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

     A l’issue de la projection, Alain Delon est revenu au milieu du silence, suivi de quelques timides applaudissements. Comment ne pas être ému, emporté par ces mots d'un homme qui nous dit ainsi adieu et par le film, et quel film ? ! Comment ne pas établir de parallèle, et ne pas en être bouleversé davantage encore, entre Monsieur Klein qui se laisse emporter par la mort et Alain Delon qui nous annonçait avoir choisi la même proche destinée ? Mais oubliant cet adieu déchirant, oubliant d'applaudir, oubliant ce chef-d'œuvre du septième art qui résonne pourtant comme un avertissement sur des dangers qui nous menacent encore, comme si nous étions amnésiques et ne voulions pas nous souvenir de cette Histoire, déjà chacun parlait du dîner à venir, du film suivant ou de la fête à ne pas manquer, forcément celle où vous n'étiez pas. Une actualité et une émotion en chassent une autre. Et l'annihilent. Époque carnassière qui ne prend plus le temps et dévore tout. Même les héros de l'enfance. De mon enfance. Le mien n'est plus depuis 6 ans bientôt et sans doute lui aussi aurait-il été bouleversé comme je l'ai été par ce moment. J'aurais aimé que la salle applaudisse à tout rompre pour dire un dernier merci, pour dire ne partez pas, pour dire l'émotion du présent et de l'enfance, pour dire, jouez encore pour nous, parce que de grands rôles encore peuvent vous attendre...

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    Par une suite de hasards que Lelouch n’aurait osé inventer mais surtout d’amicales intentions, ce 19 mai, c’est Stéphane Dolivet, comédien et auteur de Alain Delon et moi, pièce de théâtre qu’il a écrite et qu’il a présentée entre 2007 et 2010 à Avignon et à Paris, et à Avignon off 2018, qui me remet ma place pour la remise de la palme d’or d’honneur. C’est avec la version inédite de son texte édité par Les Cygnes que je suis revenue de Cannes (merci à son auteur pour ce cadeau). Après ce qui précède, vous comprendrez forcément que ce texte m’ait ému. D’abord parce que ce n’est pas le regard d’un fan qui idolâtre aveuglément mais au contraire le regard d’un enfant qui devine puis voit l’homme, et l’enfant qu’il fut (et qu’il reste) derrière la star, son Zorro et son re-père. Celui à qui sa mère signe cette autorisation pour qu’il parte en Indochine, l’enfant délaissé, blessé. Cette auto-fiction entre rêve et réalité, cette réalité improbable qui fait dépasser la fiction et nous fait nous aussi nous dépasser, entrecoupée de souvenirs de films, raconte ce lien invisible entre les deux hommes, leurs rencontres cocasses parfois, émouvantes surtout, comme peut l’être un rêve d’enfance qui se matérialise. Il raconte ainsi comment il le croisa une première fois, comment il fut le premier à l’appeler Monsieur, comment en différents instants leurs routes se croisèrent.  Même à sa lecture, il me semblait entendre les voix, de Delon, ou de Gabin dans « Mélodie en sous-sol ». L’émotion affleure constamment dans ce portrait en miroir et culmine lors d’un épisode au cimetière suite à la mort de la mère de l’auteur (raconté là aussi avec pudeur et émotion) lors duquel apparaît comme une ombre protectrice, réelle ou imaginaire, le Zorro de son enfance, celui qui avait changé sa vie à l’âge de 5 ans et qui lui avait sans le savoir « fait le plus beau cadeau qu’on puisse faire à quelqu’un » : […] « l’espoir », « un rêve ».

     Et puis sans doute la raison pour laquelle ce livre m’a émue, pour laquelle cet acteur m’émeut tant aussi tient-elle dans ces lignes qui révèlent que le livre Peau d’Ours touche tant Alain Delon, un livre qui contient cette phrase qui ouvre cet article « Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes ».

    Alors, de Cannes, je suis repartie avec mon roman que je souhaitais offrir à Alain Delon et qui pourrait bientôt arriver finalement à destination mais c’est là une autre histoire. Et je suis repartie me disant que c’est là aussi un des pouvoirs magiques du cinéma, qui en recèle tant :  créer un fil(m) invisible entre les rêves et la réalité, entre les êtres, a fortiori lorsque ces êtres sont pleins de larmes.

    Je vous laisse avec les mots de Calet : « C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il faut se quitter déjà ? Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. »

    Critique de "Monsieur Klein" de Losey :

    alain delon,delon,cinéma,festival de cannes,palme d'or,palme d'or d'honneur,festival,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,monsieur klein,anouchka delon

    A chaque projection ce film me terrasse littéralement tant ce chef d'œuvre est bouleversant, polysémique, riche, brillant, nécessaire. Sans doute la démonstration cinématographique la plus brillante de l'ignominie ordinaire et de l'absurdité d'une guerre aujourd'hui encore partiellement insondables.  A chaque projection, je le vois et l'appréhende différemment.  Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore et que j'espère convaincre d'y remédier par cet article, récapitulons d'abord brièvement l'intrigue.

    Il s'agit de Robert Klein. Le Monsieur Klein du titre éponyme. Enfin un des deux Monsieur Klein du titre éponyme. Ce Monsieur Klein-là, interprété par Alain Delon, voit dans l'Occupation avant tout une occasion de s'enrichir et de racheter à bas prix des œuvres d'art à ceux qui doivent fuir ou se cacher, comme cet homme juif (Jean Bouise) à qui il rachète une œuvre du peintre hollandais Van Ostade. Le même jour, il reçoit le journal « Informations juives » adressé à son nom, un journal normalement uniquement délivré sur abonnement. Ces abonnements étant soumis à la préfecture et M.Klein allant lui-même signaler cette erreur, de victime, il devient suspect... Il commence alors à mener l'enquête et découvre que son homonyme a visiblement délibérément usé de la confusion entre leurs identités pour disparaître...

    La première scène, d'emblée, nous glace d'effroi par son caractère ignoble et humiliant pour celle qui la subit. Une femme entièrement nue est examinée comme un animal par un médecin et son assistante afin d'établir ou récuser sa judéité.  Y succède une scène dans laquelle, avec la même indifférence, M.Klein rachète un tableau à un juif obligé de s'en séparer. M.Klein examine l'œuvre avec plus de tact que l'était cette femme humiliée dans la scène précédente, réduite à un état inférieur à celui de chose mais il n'a pas plus d'égard pour son propriétaire que le médecin en avait envers cette femme même s'il respecte son souhait de ne pas donner son adresse, tout en ignorant peut-être la véritable raison de sa dissimulation affirmant ainsi avec une effroyable et sans doute inconsciente effronterie « bien souvent je préfèrerais ne pas acheter ».

    Au plan des dents de cette femme observées comme celles d'un animal s'oppose le plan de l'amie de M.Klein, Jeanine (Juliet Berto) qui se maquille les lèvres dans une salle de bain outrageusement luxueuse. A la froideur clinique du cabinet du médecin s'oppose le luxe tapageur de l'appartement de M.Klein qui y déambule avec arrogance et désinvolture, recevant ses invités dans une robe de chambre dorée. Il collectionne. Les œuvres d'art même s'il dit que c'est avant tout son travail. Les femmes aussi apparemment. Collectionner n'est-ce pas déjà une négation de l'identité, cruelle ironie du destin alors que lui-même n'aura ensuite de cesse de prouver et retrouver la sienne ?

    Cet homonyme veut-il lui sauver sa vie ? Le provoquer ? Se venger ? M.Klein se retrouve alors plongé en pleine absurdité kafkaïenne où son identité même est incertaine. Cette identité pour laquelle les Juifs sont persécutés, ce qui, jusque-là, l'indifférait prodigieusement et même l'arrangeait plutôt, ou en tout cas arrangeait ses affaires.

     Losey n'a pas son pareil pour utiliser des cadrages qui instaurent le malaise, instillent de l'étrangeté dans des scènes a priori banales dont l'atmosphère inquiétante est renforcée par une lumière grisâtre mettent en ombre des êtres fantomatiques, le tout exacerbé par une musique savamment dissonante...  Sa caméra surplombe ces scènes comme un démiurge démoniaque : celui qui manipule M.Klein ou celui qui dicte les lois ignominieuses de cette guerre absurde. La scène du château en est un exemple, il y retrouve une femme, apparemment la maîtresse de l'autre M.Klein (Jeanne Moreau, délicieusement inquiétante, troublante et mystérieuse) qui y avait rendez-vous. Et alors que M.Klein-Delon lui demande l'adresse de l'autre M.Klein, le manipulateur, sa maîtresse lui donne sa propre adresse, renforçant la confusion et la sensation d'absurdité.  Changement de scène. Nous ne voyons pas la réaction de M.Klein. Cette brillante ellipse ne fait que renforcer la sensation de malaise.

    Le malentendu (volontairement initié ou non) sur son identité va amener Klein à faire face à cette réalité qui l'indifférait. Démonstration par l'absurde auquel il est confronté de cette situation historique elle-même absurde dont il profitait jusqu'alors. Lui dont le père lui dit qu'il est « français et catholique depuis Louis XIV », lui qui se dit « un bon français qui croit dans les institutions ». M.Klein est donc certes un homme en quête d'identité mais surtout un homme qui va être amené à voir ce qu'il se refusait d'admettre et qui l'indifférait parce qu'il n'était pas personnellement touché : « je ne discute pas la loi mais elle ne me concerne pas ». Lui qui faisait partie de ces « Français trop polis ». Lui qui croyait que « la police française ne ferait jamais ça » mais qui clame surtout : « Je n'ai rien à voir avec tout ça. » Peu lui importait ce que faisait la police française tant que cela ne le concernait pas. La conscience succède à l'indifférence. Le vide succède à l'opulence. La solitude succède à la compagnie flatteuse de ses « amis ». Il se retrouve dans une situation aux frontières du fantastique à l'image de ce que vivent alors quotidiennement les Juifs. Le calvaire absurde d'un homme pour illustrer celui de millions d'autres.

    Et il faut le jeu tout en nuances de Delon, presque méconnaissable, perdu et s'enfonçant dans le gouffre insoluble de cette quête d'identité pour nous rendre ce personnage sympathique, ce vautour qui porte malheur et qui « transpercé d'une flèche, continue à voler ». Ce vautour auquel il est comparé et qui éprouve du remords, peut-être, enfin. Une scène dans un cabaret le laisse entendre. Un homme juif y est caricaturé comme cupide au point de voler la mort et faisant dire à son interprète : « je vais faire ce qu'il devrait faire, partir avant que vous me foutiez à la porte ». La salle rit aux éclats. La compagne de M.Klein, Jeanine, est choquée par ses applaudissements. Il réalise alors, apparemment, ce que cette scène avait d'insultante, bête et méprisante et ils finiront par partir. Dans une autre scène, il forcera la femme de son avocat à jouer l'International alors que le contenu de son appartement est saisi par la police, mais il faut davantage sans doute y voir là une volonté de se réapproprier l'espace et de se venger de celle-ci qu'un véritable esprit de résistance. Enfin, alors que tous ses objets sont saisis, il insistera pour garder le tableau de Van Ostade, son dernier compagnon d'infortune et peut-être la marque de son remords qui le rattache à cet autre qu'il avait tellement méprisé, voire nié et que la négation de sa propre identité le fait enfin considérer.

    Le jeu des autres acteurs, savamment trouble, laisse  ainsi entendre que chacun complote ou pourrait être complice de cette machination, le père de M.Klein (Louis Seigner) lui-même ne paraissant pas sincère quand il dit « ne pas connaître d'autre Robert Klein », de même que son avocat (Michael Lonsdale) ou la femme de celui-ci (Francine Bergé) qui auraient des raisons de se venger, son avocat le traitant même de « minus », parfaite incarnation des Français de cette époque au rôle trouble, à l'indifférence coupable, à la lâcheté méprisable, au silence hypocrite.

    Remords ? Conviction de supériorité ? Amour de liberté ? Volonté de partager le sort de ceux dont il épouse alors jusqu'au bout l'identité ? Homme égoïste poussé par la folie de la volonté de savoir ? Toujours est-il que, en juillet 1942, il se retrouve victime de la   Rafle du Vel d'Hiv avec 15000 autres juifs parisiens. Alors que son avocat possédait le certificat pouvant le sauver, il se laisse emporter dans le wagon en route pour Auschwitz avec, derrière lui, l'homme à qui il avait racheté le tableau et, dans sa tête, résonne alors le prix qu'il avait vulgairement marchandé pour son tableau. Scène édifiante, bouleversante, tragiquement cynique. Pour moi un des dénouements les plus poignants de l'histoire du cinéma. Celui qui, en tout cas, à chaque fois, invariablement, me bouleverse.

    La démonstration est glaciale, implacable. Celle de la perte et de la quête d'identité poussées à leur paroxysme. Celle de la cruauté dont il fut le complice peut-être inconscient et dont il est désormais la victime. Celle de l'inhumanité, de son effroyable absurdité. Celle de gens ordinaire qui ont agi plus par lâcheté, indifférence que conviction.

    Losey montre ainsi froidement et brillamment une triste réalité française de cette époque, un pan de l'Histoire et de la responsabilité française qu'on a longtemps préféré ignorer et même nier. Sans doute cela explique-t-il que « Monsieur Klein » soit reparti bredouille du Festival de Cannes 1976 pour lequel le film et Delon, respectivement pour la palme d'or et le prix d'interprétation, partaient pourtant favoris. En compensation, il reçut les César du meilleur film, de la meilleure réalisation et des meilleurs décors.

    Ironie là aussi de l'histoire (après celle de l'Histoire), on a reproché à Losey de faire, à l'image de Monsieur Klein, un profit malsain de l'art en utilisant cette histoire mais je crois que le film lui-même est une réponse à cette accusation (elle aussi) absurde.

    A la fois thriller sombre, dérangeant, fascinant, passionnant, quête de conscience et d'identité d'un homme, mise en ombres et en lumières des atrocités absurdes commises par le régime de Vichy et de l'inhumanité des " français ordinaires", implacable et saisissante démonstration de ce que fut la barbarie démente et ordinaire,  « Monsieur Klein » est un chef d'œuvre aux interprétations multiples que la brillante mise en scène de Losey sublime et dont elle fait résonner le sens et la révoltante et à jamais inconcevable tragédie ... des décennies après. A voir et à revoir. Pour ne jamais oublier.

     Critique -  LE PROFESSEUR de Valerio Zurlini (1972)

    professeur2.jpg

    Nous sommes en 1972, Alain Delon vient de tourner des chefs-d'œuvre comme La Piscine ou Le Cercle rouge. Marcello Mastroianni n'étant pas disponible, Zurlini fait appel à Alain Delon qui répond positivement et avec enthousiasme décidant même de coproduire le film. Il demandera ainsi à Zurlini d'amputer le film de 20 minutes et de changer le titre pour un titre plus « delonien ».  Après Visconti et Antonioni, Zurlini s'ajoute donc à la liste des réalisateurs italiens à faire tourner Delon qui retrouve ici Lea Massari avec qui il avait tourné dans l'Insoumis en 1964.

    Delon incarne ici un jeune professeur de littérature nommé Daniel Dominici qui remplace un professeur malade au lycée de Rimini, lycée de riches et oisifs élèves. Il mène une vie d'infidélités assumées avec sa femme (Léa Massari) avec laquelle il vit « par désespoir plus que par habitude », qui seule semble comprendre sa blessure secrète, et il passe son temps à jouer et perdre aux cartes, et à boire.  C'est ce même sentiment de blessure qu'il décèle chez une de ses élèves de 19 ans, la mystérieuse et sombre Vanina (Sonia Petrova) dont il tombe amoureux.

    Dès les premiers plans, ce film tranche avec les films habituels dans lesquels joue Alain Delon. D'abord par son atmosphère. Celle de la ville italienne de Rimini hors saison, déserte, brumeuse, maussade, oppressante, au bord d'une mer plus glaçante que chaleureuse. Le désespoir se lit sur les visages et s'insinue dans les rues désertes et brumeuses, et la tragédie semble menacer de s'abattre à tout instant, à nouveau, là où chacun semble traîner ses blessures enfouies. Ensuite dans le rythme où se mêlent ennui, langueur, oisiveté, mélancolie. Enfin et surtout dans le personnage incarné par Alain Delon. Mal rasé, ombrageux, usé, vêtu d'un long manteau beige informe et sans âge qu'il traîne nonchalamment et ne quitte jamais comme son mal-être, c'est un professeur peu soucieux des convenances qui propose des cigarettes à ses élèves en classe et leur demande de raconter leur vie en dissertation pendant qu'il s'absente de la classe. Et qui surtout leur parle de poésie, de littérature (de Pétrarque, de Goethe, de Manzoni, et de Stendhal à qui le prénom de Vanina fait évidemment penser) qu'il aime plus que son métier, plus que la vie aussi semble-t-il. Amoureux de poésie dans laquelle il noie ses chagrins, ses secrètes fêlures et sa mélancolie et dont le visage d'ange inquiet de Vanina lui semble être le reflet. Elle sera d'ailleurs la seule à traiter le sujet de Manzoni sur le vice et la vertu qu'elle pourrait lui avoir inspiré.

    Dans cette ville grisâtre de Rimini, c'est aussi un portrait sans concession de la société italienne du début des années 1970 dépravée, cruelle, même perverse. Cette froideur et cette obscurité se retrouvent dans la réalisation qui reflète la face sombre et l'accablement des personnages.

    Si cette atmosphère est essentiellement suffocante, (une atmosphère exacerbée par une musique qui résonne comme un cri angoissé) les dernières minutes lors desquelles la vérité des visages et des sentiments (de ses origines aristocrates aussi qu'il avait dissimulées) de Dominici éclatent, lors desquelles Daniel trouve dans la mort "La prima notte di quiete" (vers de Goethe qu'il cite et qui fait référence à la première nuit de quiétude parce qu'elle est sans rêve) sont d'une force poignante.

    Avec ce rôle intériorisé, Delon, une nouvelle fois bluffant, joue un personnage désespéré, loin de ses personnages plus habituels à la beauté arrogante et à l'arrogance désinvolte, dans une société elle-même sans espoir, une prestation saisissante d'une impressionnante justesse et crédibilité qui rend bouleversant ce film douloureux qui nous accompagne longtemps après le générique comme un air pesant et mélancolique.

  • Critique de UNE VIE CACHEE de Terrence Malick (compétition officielle)

    une vie cachée 2.jpg

     

    « Une vie cachée » de Terrence Malick était aujourd'hui présenté en compétition, 8 ans après la palme d’or de Terrence Malick pour « The tree of life ».

    Dans ce film inspiré de faits réels, Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre.

    Une vie cachée raconte l'histoire de ce héros qui vit dans le Tyrol autrichien, au milieu d’une nature que la caméra tourbillonnante de Malick effleure et caresse délicatement, amoureusement, une nature idyllique où vivent Franz et sa famille. C’est le parcours christique de cet homme follement courageux que nous raconte Malick, filmant ce parcours avec le lyrisme qui le caractérise par d’amples travellings et des contre-plongées inspirées.

    C’est fascinant, beau et envoûtant, comme un poème tragique, comme un éloge funèbre. Son lyrisme grandiloquent rend le plus vibrant et flamboyant des hommages à ce fiévreux résistant. Enfiévré de son amour pour sa femme, porté par leurs souvenirs communs. De sa foi. De son combat qu’il sait juste et que seuls dieu et son épouse semblent pouvoir comprendre et accompagner.

    Un film méditatif sidérant d’éclat et de force. Une symphonie visuelle captivante portée par une musique poignante et lyrique qui rend un hommage bouleversant à cet homme qui trouve la lumière en combattant l’obscurantisme et dont la fin à la fois tragique, poignante et sublime nous laisse KO.

  • Les Hirondelles de Kaboul » de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec (Un Certain Regard – Critique)

    les hirondelles de kaboul.jpg

     

    Synopsis :

    Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies. Le geste d’un homme doux et sensible que la folie des criminels sanglants contamine par l’enfermement physique et intellectuel qu’ils lui imposent.

     Zabou Breitman met en scène pour la première fois un film d'animation avec cette adaptation du remarquable roman de Yasmina Khadra. Elle a ainsi coréalisé le film avec Eléa Gobbé-Mévellec, dessinatrice d'animation (« Ernest et Célestine » notamment à son actif comme dessinatrice, c’est ici sa première réalisation de long-métrage).

    Si l’animation permet non seulement de prendre une distance relative avec l’âpreté de certaines situations et la violence aveugle des Talibans, cela donne aussi plus de force au propos du film, accentuant le contraste entre la beauté (des images, de l’amour qui unit certains personnages) et la violence effroyable (des sons, des gestes, des silences imposés aussi).

    Une attention toute particulière a été portée au jeu des comédiens (qui ont réellement joué en costume leurs scènes et qui ont été ensuite dessinés avec une ressemblance avec ceux qui les interprètent), ce qui la aussi exacerbe la force du propos tant tout résonne paradoxalement avec réalisme.

    Ce film bouleversant, édifiant, d’une rare sensibilité et délicatesse, est un plaidoyer poignant contre l’intolérance et l’obscurantisme. Une œuvre rendue universelle par le dessin qui renforce la facilité d’identification à ces personnages que la folie des hommes essaie de broyer et qui résistent malgré tout, et malgré leur propre folie qui menace face à cette situation effroyablement absurde et inique. Une œuvre de résistance, d’espoir, d’amour, une œuvre bouleversante d’une force inouïe portée par la musique de Alexis Rault, cette musique justement interdite mais qui, alors, résonne dans les cœurs meurtris et bâillonnés avec plus de puissance encore. Un grand film d’animation. Un grand film tout simplement.

  • Critique de "Les plus belles années d'une vie" de Claude Lelouch et conférence de presse du film

     

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    cannes,cinéma,film,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,les plus belles années d'une vie,claude lelouch,antoine sire,anouk aimée,jean-louis trintignant

    Il pleuvait ce soir-là à Cannes. Inlassablement. Mais il pleuvait gaiement. Parce que c’était joyeux de monter les marches pour retrouver 53 ans après Anne Gauthier et Jean-Louis Duroc dans la ville et le festival qui ont vu et fait éclore leur incroyable destin avec la Palme d’or 1966, suivie des Oscars du meilleur film étranger et du meilleur scénario parmi tant d’autres récompenses et alors que Claude Lelouch n’avait que 29 ans. Oui, c’était joyeux. Même sous une pluie intarissable. Comme dans un film de Sautet, après tout. Intarissable comme mes larmes d’émotion dès les premières minutes du film. L’émotion d’être là. L’émotion d’avoir rendez-vous avec mes premiers élans cinématographiques. L’émotion d’entendre les notes de musique de Francis Lai, notes mythiques d’un film mythique dans une salle elle aussi devenue mythique. Rendez-vous avec la mythologie du cinéma. L’émotion communicative de l’équipe du film. L’émotion d’une partie du public du Grand Théâtre Lumière. L’émotion dès les premières minutes, lors de ces plans sur le visage de Jean-Louis Duroc / Trintignant. L'émotion autant de retrouver le personnage de Jean-Louis Duroc que de retrouver Jean-Louis Trintignant au cinéma. Et quel Jean-Louis Trintignant !

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    Avant d’en revenir à cette émotion, d’abord le synopsis. Désormais, l’ancien pilote de course Jean-Louis Duroc (Jean-Louis Trintignant) vit dans une maison médicalisée, le bien nommé « Domaine de l’orgueil » (il n’y a que Lelouch pour oser nommer ainsi une maison de retraite et pas les Acacias, les Rosiers, ou les Peupliers, mais c’est ce qu’on aime, non, cette audace romanesque ?) et il se perd un peu sur les chemins de sa mémoire. Pour l’aider, son fils va retrouver celle que son père n’a pas su garder mais qu’il évoque sans cesse, Anne Gauthier (Anouk Aimée), le « meilleur souvenir » de Jean-Louis qui a pourtant pour habitude de « tout oublier ».  Anne va alors accepter de revoir Jean-Louis et reprendre leur histoire où ils l'avaient laissée.

    Pour Jean-Louis qui a beaucoup couru, sur les circuits et « après les femmes », cette résidence médicalisée n’est pas vraiment l’idéal. Peu importe, il y a le rêve justement pour s’évader.  Les souvenirs. Tout ce qui permet de faire s’entremêler présent et passé, rêve et réalité parce que « jamais personne n’est mort d’une overdose de rêves ». « Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour ! » dit-il ainsi à Anne. Et par amour pour elle, il en a fait : des kilomètres, des déclarations, des coups de fil  après avoir prononcé de sa voix inimitable le fameux « Montmartre 1540 » qu’il est si émouvant de l’entendre à nouveau prononcer ici. La mémoire, du superflu du moins, s’est envolée mais il est toujours là le coureur, celui qui dit « il faut prendre des risques quand on est amoureux ».

    On aurait pu craindre que ce film soit la suite de trop, celui qui nous aurait fait penser qu’il fallait rester avec les souvenirs intacts, celui qui nous aurait laissés mélancoliques avec l’idée que le temps dévore tout, que même les personnages et leurs amours qu’on croyait éternelles s’abiment. C’est tout le contraire. Certes, le temps dévore tout mais Anne et Jean-Louis sont si lumineux, si justes, qu’on oublierait presque qu’ils n’ont plus l’âge qu’ils avaient il y a 53 ans. « Depuis la nuit des temps, la seule chose qui n’a pas bougé, c’est l’amour », entend-on Anne dire à sa fille.  Et, soudain, par la magie du cinéma, cela semble si vrai. Lorsqu'ils se retrouvent pour la première fois, notre cœur de cinéphile bat à tout rompre. C'est plut palpitant qu'une course-poursuite à toute allure dans un James Bond, c'est juste, c'est tendre, c'est drôle, c'est émouvant, et nostalgique, juste un peu. C'est un film en soi. C'est tout ce que sont Les plus belles années d'une vie.

    Tourner le film dans l’ordre en quelques jours était un un défi et au lieu de donner une impression d'inachevé ou d'imprécision, cela fait au contraire davantage surgir ces fragments de vérité qu’affectionne Claude Lelouch.

    En préambule figure une citation de Victor Hugo : « Les plus belles années d’une vie sont celles qu’on n’a pas encore vécues », des paroles que chante ici Nicole Croisille dont il est aussi si émouvant de retrouver la voix, indissociable de l’histoire d’Anne Gauthier et Jean-Louis Duroc.

    Cela débute donc dans le fameux Domaine de l’Orgueil. Les résidents participent à un jeu destiné à tester leurs mémoires des évènements et des dates. La caméra se rapproche du visage de Jean-Louis Trintignant en fauteuil roulant. Derrière lui se trouve son fils Antoine (incarné par Antoine Sire comme le petit Antoine d’Un homme et une femme tout comme d’ailleurs la petite Françoise est toujours incarnée par Saoud Amidou, quel plaisir là aussi de les retrouver ! ). Et puis au fur et à mesure comme pour Jean-Louis, tout cela ne devient plus pour nous qu’un brouhaha sans intérêt. Nous ne voyons plus que ce visage passionnant sur lequel passent tant d'expressions, tant de films, tant d'évènements, tant de souvenirs. Quel beau moment de cinéma ! Quel hommage à ce sublime acteur ! Quelles émotions, encore, déjà.

    « Je me suis embarqué sur ce film comme dans cette voiture que j’ai conduite à l’époque de mon court métrage C’était un rendez-vous, comme une métaphore de l’existence. Foncer dans la vie comme j’avais foncé dans Paris en 1976. Griller les feux, prendre tous les risques avec ces dangers à travers lesquels on passe… ou pas. » a ainsi déclaré Claude Lelouch. Utiliser les images de ce court-métrage est d’ailleurs une des nombreuses magnifiques idées de ce film. Lelouch reprend aussi de nombreuses images de Un homme et une femme, toujours à bon escient. Souvenez-vous…

    Anne (Anouk Aimée), scripte, inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur Pierre (Pierre Barouh), rencontre à Deauville, en allant chercher sa fille à la pension, un coureur automobile, Jean (Jean-Louis Trintignant), dont la femme s'est suicidée par désespoir. Jean raccompagne Anne à Paris. Tous deux sont endeuillés, et tous deux ont un enfant. C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui s'aiment, se repoussent, se retrouvent et s'aiment encore...

    Ce film, Claude Lelouch l’a, comme souvent, réalisé après un échec. Ainsi le 13 septembre 1965, désespéré, il roule alors vers Deauville où il arrive la nuit, épuisé. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture, elle marche sur la plage avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera Un homme et une femme, la rencontre de deux solitudes blessées qui prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

    Il est impossible désormais de dissocier Deauville du film de Claude Lelouch qui a tant fait pour sa réputation (Deauville d’ailleurs à nouveau magnifiquement filmée dans Les plus belles années d’une vie), Un homme et une femme ayant créé la légende du réalisateur tout comme cela a contribué à celle de la ville de Deauville, et notamment sa réputation de ville romantique à tel point que, pendant le Festival du Cinéma Américain 2006, a été inaugurée une place Claude Lelouch, en sa présence et celle d'Anouk Aimée. J'étais présente ce jour-là et l'émotion et la foule étaient au rendez-vous.

    J'ai vu ce film un grand nombre de fois et, à chaque fois, avec le même plaisir, la même émotion, le même sentiment de modernité pour un film qui date de 1966, étonnant pour un cinéaste dont beaucoup de critiques ont si souvent raillé le classicisme. Cette modernité est bien sûr liée à la méthode Claude Lelouch d'ailleurs en partie la conséquence de contraintes techniques et budgétaires. Ainsi, Lelouch n'ayant pas assez d'argent pour tourner en couleurs tournera les extérieurs en couleurs et les intérieurs en noir et blanc. Le montage et les alternances de noir et blanc et de couleurs jouent alors habilement avec les méandres du temps et de la mémoire émotive, entre le présent et le bonheur passé qui ressurgit sans cesse.

    Je ne sais pas si « le cinéma c'est mieux que la vie » mais en tout cas Claude Lelouch fait partie de ceux dont les films et surtout Un homme et une femme nous la font aimer. Rares sont les films qui donnent à ce point la sensation de voir une histoire d'amour naître et vibrer sous nos yeux, d'en ressentir -partager, presque- le moindre battement de cœur ou le moindre frémissement de ses protagonistes, comme si la caméra scrutait les visages et les âmes. Par une main qui frôle une épaule si subtilement filmée. Par le plan d'un regard qui s'évade et s'égare. Par un sourire qui s'esquisse. Par des mots hésitants ou murmurés. Par la musique éternelle de Francis Lai (enregistrée avant le film) qui nous chavire le cœur. Par une photographie aux accents picturaux qui sublime Deauville filmée avec une lumière nimbée de mélancolie, des paysages qui cristallisent les sentiments de Jean-Louis et d'Anne, fragile et paradoxalement impériale, magistralement (dirigée et) interprétée par Anouk Aimée. Rares sont les films qui procurent cette impression de spontanéité, de vérité presque. Les fameux « instants de vérité » de Lelouch.

    Et puis il y a le charme incomparable du couple Anouk Aimée/ Jean-Louis Trintignant, le charme de leurs voix, notamment quand Jean-Louis Trintignant prononce « Montmartre 1540 ». Le charme et la maladresse des premiers instants cruciaux d'une histoire d'amour quand le moindre geste, la moindre parole peuvent tout briser. Et puis ces plans fixes, de Jean-Louis dans sa Ford Mustang (véritable personnage du film), notamment lorsqu'il prépare ce qu'il dira à Anne après avoir reçu son télégramme. Et puis ces plans qui encerclent les visages et en capturent la moindre émotion. Ce plan de cet homme avec son chien qui marche dans la brume et qui fait penser à Giacometti (pour Jean-Louis). Tant d'autres encore...

    Avec Un homme et une femme, Claude Lelouch a signé une histoire intemporelle, universelle avec un ton très personnel et poétique. Alors pour reprendre l'interrogation de Jean-Louis dans le film, citant Giacometti « Qu'est-ce que vous choisiriez : l'art ou la vie », Lelouch n'a certainement pas choisi, ayant réussi a insufflé de l'art dans la vie de ses personnages et de la vie dans son art. Voilà c'est de l'art qui transpire la vie.


    Alors que Claude Lelouch a tourné sans avoir de distributeur, sans même savoir si son film sortirait un jour, il obtint toutes les récompenses précitées et aujourd'hui encore de nombreux touristes viennent à Deauville grâce à Un homme et une femme, le film, mais aussi sa musique mondialement célèbre. Vingt ans après, Claude Lelouch tourna une suite Un homme et une femme, 20 ans déjà réunissant à nouveau les deux protagonistes. Et 53 ans après Un homme et une femme, nous avons  ainsi eu le plaisir de retrouver ces personnages mythiques dans Les plus belles années d'une vie.

    Ce film qui aurait pu être morose est au contraire plein de vie même si et justement même parce qu’on y entend à plusieurs reprises « La mort, c’est l’impôt de la vie. »  La vie est là, tout le temps. Eblouissante. Quand Anne et Jean-Louis s’évadent en voiture et que le soleil insolent perce à travers les feuilles.  Quand Jean-Louis crie fougueusement à Anne « Embrassez-moi ». Quand les femmes regardent Jean-Louis, ou que Jean-Louis regarde les femmes de sa vie. Avec tant de tendresse. La tendresse, ce film en regorge. L’humour aussi. Lors de multiples clins d’œil au film de 1966 comme lorsque Jean-Louis roule sur les planches et s’étonne que ce soit interdit et qu’un policier lui rétorque que c’est interdit « depuis 50 ans, depuis qu’un crétin a roulé ici avec sa Ford Mustang. »

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    Quelle justesse lorsqu’il dit « Je me souviens d’elle comme si c’était hier » ou lorsqu’elle dit « On est toujours beaux quand on est amoureux ». Cela aurait pu être mièvre. Par le talent de ces deux immenses acteurs et de Lelouch c’est infiniment beau et émouvant. Et ce visage de Trintignant quand soudain il s'illumine par la force des souvenirs de son grand amour, comme transfiguré, jeune, si jeune soudain. Et la majesté d'Anouk Aimée, sa grâce quand elle remet sa mèche de cheveux. Il faut dire aussi qu’ils sont si amoureusement filmés. Et que d'intensité poétique et poignante lorsqu'ils sont l'un avec l'autre comme si le cinéma (et/ou l'amour) abolissai(en)t les frontières du temps et de la mémoire. Encore un des pouvoirs magiques du cinéma auxquels ce film est aussi un hommage.

    Et puis, évidemment, il y a la musique, toujours si importante dans les films de Lelouch, a fortiori dans Un homme et une femme. La musique originale est signée Francis Lai et Calogero et les chansons originales sont interprétées par Nicole Croisille et Calogero sur des paroles de Didier Barbelivien.

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    Cette fois, Les plus belles années d’une vie était présenté hors compétition, contrairement à Un homme et une femme qui avait été présenté en compétition. Et s’il avait été en compétition, quel sort lui aurait réservé le jury ? 

    Vous l’aurez compris, je vous recommande vivement ce film si lumineux, tendrement drôle (d'une infinie tendresse), émouvant, joyeusement nostalgique, gaiement mélancolique, optimiste, hymne à la vie, à l’amour, hommage au cinéma, sublimé par la beauté si lumineuse de Trintignant et Aimée. Comme le Domaine de l'orgueil, si bien nommée.

    Je vous laisse imaginer l’émotion qui a envahi la salle lors du générique de fin, de cette dernière image sur Deauville, qui m’a envahie en tout cas. Un beau moment de vie et de cinéma entremêlés  et il me semble encore entendre le fameux « Chabadabada »  que le public du Grand Théâtre Lumière a repris en chœur résonner dans ma tête (rendez-vous sur mon compte instagram @sandra_meziere pour en voir un extrait),  comme cette pensée que « Les plus belles années d’une vie sont celles qu’on n’a pas encore vécues ». Un air entêtant, joyeusement mélancolique, comme Deauville aussi amoureusement filmée, à nouveau.

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    CONFERENCE DE PRESSE

    Quelques citations et quelques photos de la conférence de presse cannoise à laquelle j’ai eu le plaisir d’assister.

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    Claude Lelouch a ainsi rappelé que le film a été « tourné dans l’ordre en quelques jours. » « C’est le film qui m’a fait le plus peur. On ne pourra pas faire le film si les miracles ne sont pas au rendez-vous ». « La rencontre entre Anne et Jean-Louis, les 19 minutes ont été tournées dans la journée. Le soir en rentrant, j’ai dit on a déjà au moins un bon court-métrage. »

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

    - A propos d’Un homme et une femme  :  « C’est difficile d’expliquer les miracles. En 1H30, on est passés de l’ombre à la lumière. Le public s’est approprié cette histoire. », « Encore une fois, le hasard a eu beaucoup de talent dans ma vie ». « J’ai vu dans ses yeux des choses qui m’ont interpellé, un sourire incroyable et je lui ai fait un pitch rapide. Il a Alzheimer. La seule personne dont il se souvient, c’est toi. ». « Il a fallu un millier de miracles. » « Il a fallu un alignement de planètes pour qu’on soit tous là aujourd’hui ». « C’était un rendez-vous » : c’est le film dont je suis le plus fier et dont j’ai le plus honte. J’ai grillé 18 feux rouges. Je me suis souvent comporté comme un petit voyou et si je n’avais pas été un voyou je n’aurais pas fait 50 films ». « Francis Lai n’a pas eu le temps de voir le film. »  « Pour moi les minutes sont des années, j’ai envie de réussir le sprint de ma vie. », « Les nouvelles technologies du cinéma sont formidables ». « Avec les plus belles années, j’ai voulu rendre hommage au cinéma d’hier et d’aujourd’hui », « Le plus grand scénariste du monde c’est la vie et je travaille avec ce scénariste et le plus grand scénariste de ma vie, c’est ma femme. »

    Bellucci : « C’était la première fois que j’étais dirigée comme ça. » A propos de l’Union Européenne et des Européennes pour lesquelles elle tient à voter : « Seul on va vite, ensemble on va plus loin ». Denicourt : « C’était un rêve car Jean-Louis Trintignant est un de mes acteurs préférés. »

    Antoine Sire  « Un cadeau incroyable »,  « Je suis acteur tous les 53 ans ».

    cinéma,festival de cannes,calude lelouch,les plus belles années d'une vie,anouk aimée,jean-louis trintignant,deauville,cannes,72ème festival de cannes,indeauville,in the mood for cinema,souad amidou,antoine sire,monica bellucci,calogero,francis lai,nicole croisille

     
  • Compétition officielle - DOULEUR ET GLOIRE de Pedro Almodovar (critique et conférence de presse)

    Douleur et gloire.jpg

    Les journées du Festival s'enchaînent à un rythme effréné et je n'ai pas encore eu le temps de vous parler de mon coup de cœur pour "Douleur et gloire" d'Almodovar.
     
    Synopsis : 
    Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d'autres par le souvenir, dans la vie d'un réalisateur en souffrance.
     
    Mon avis (avant la critique détaillée) : 
    Dans ce film se côtoient   la naissance du désir et l'ombre de la mort, l'éloge du pouvoir de la création, la douleur de la solitude et tant et tant encore. Un récit nostalgique, intime et universel dans lequel le corps souffre des blessures de l'âme. L'art y réconcilie avec la vie, le passé, fait revivre ceux qui ne sont plus, aide à réécrire sa propre histoire et à empoigner l'avenir. Un film particulièrement dense sur la création, la famille, le désir, l'enfance, la part de l'artiste qui imprègne la fiction dont le dénouement m'a terriblement émue. J'y reviendrai bien sûr. Dense, la conférence de presse le fut aussi. 
     

    GSKK3631.jpg

     
    Déclarations de Pedro Almodovar lors de la conférence de presse : 
     
    "Il ne faut pas prendre le film de manière littérale. Il y a une part de fiction."
     
    " Ma principale dépendance et presque la seule, c'est de dormir 8h par jour et de savoir que je vais réaliser un nouveau film."
     
    "Je voulais relativiser la douleur du personnage par rapport à d'autres qui ont des difficultés à les supporter. Je n'ai pas vécu dans une grotte mais je sais ce que c'est. Mais comme l'enfant du film, je l'ai vu à travers les yeux d'un enfant de 9 ans. J'avais l'impression de vivre dans un western. Cette période terrible d'après guerre je ne la ressentais pas. Je vivais une vie parallèle bien meilleure que  la vie réelle".
     
    "Ce n'est pas un récit littéral de ma vie mais ce qui est arrivé au personnage aurait pu m'arriver. Quand on écrit un scénario, on part de soi mais quand on écrit il faut être fidèle à la fiction, pas à la réalité. J'ai eu l'expérience d'un amour rompu au moment où la passion était encore vivante."
     
    "Je regrette beaucoup que les Brésiliens, vivent une époque aussi difficile ", "Enfant, on me regardait comme quelque chose d'étrange et de bizarre. Heureusement j'étais un enfant très fort et ces regards n'ont pas pu me briser."
     
    Antonio Banderas :
     
    "Après un arrêt cardiaque, mon addiction a été de me retrouver moi-même et être un nouveau Antonio Banderas."
     
    " C'est un film qui parle de réconciliation et des boucles qu'il faut boucler."
     
    "Nous transportons tous ce bagage de douleur de de gloire. Les premiers jours, j'ai dit que pour créer le personnage je devais tuer Antoni0 Banderas."
     
    "Pour moi l'Espagne artistiquement s'appelle Pedro Almodovar"
     
    Penélope Cruz:
     
    "Je partage avec Pedro mon addiction au cinéma. Je l'ai découvert à 16, 17 ans et je me souviens de cette sensation : être perdue et se dire où vais-je aller si je ne peux pas faire de cinéma. En tant qu'acteur on repart toujours de zéro et c'est ce qui crée l'addiction. "
  • Critique - LES MISERABLES de LADJ LY - Compétition officielle

    Les Misérables 2.jpg

    Synopsis :

    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes.

    Ladj Ly nous plonge d’emblée dans le quotidien de ces policiers, et suscite notre empathie en nous mettant à la place de la nouvelle recrue qui, comme nous, découvre cet univers dans lequel la tension est palpable, constante et la réalité complexe. Loin de tout manichéisme, Ladj Ly filme en effet la réalité qu’il connait dans toute ses ambiguïtés, ses rouages, la perversité que cela engrange, obligeant la police à traiter avec les voyous pour solutionner certaines situations (ou parfois employant leurs méthodes, et franchissant allègrement la ligne rouge).

    La caméra à l’épaule nous donne la sensation d’être immergés dans cet enfer urbain dans lequel la corruption règne. Jamais le rythme ou la tension ne faiblissent. Personne n’est idéalisé ou épargné et, dans leur intimité, les policiers apparaissent tout aussi misérables que ceux qu’ils poursuivent.

    Le titre qui se réfère à la ville de Montfermeil (où se situent des passages des « Misérables ») les réunit dans une même réalité après un début sur ce qui les réunit aussi, le drapeau, la coupe du monde, l'allégresse. « Sans cohésion pas d’équipe et sans équipe on est seul », entend-on ainsi, ce qui s’applique alors à l’un et l’autre des deux « camps ».

    Avec Laurent nous découvrons cet équilibre précaire qu’un rien pourait conduire à s’embraser jusqu’au chaos final, un final explosif, un piège qui se referme inexorablement. Une scène à couper le souffle. Un final terrible et d’une logique implacable après un crescendo éreintant. Déjà un sérieux prétendant au palmarès !

  • Programme complet et détaillé du Festival de Cannes 2019

    IMG_5132.JPG

    Romantique et politique. Ainsi le Délégué Général du festival a-t-il défini la sélection officielle de cette 72ème édition du Festival de Cannes lors de sa conférence de presse à Paris. Je vous confirmerai ou vous infirmerai ces qualificatifs prometteurs le 26 mai mais en tout cas j’y ajoute d’ores et déjà ceux d’éclectique et jubilatoire à la lecture de ce programme. C’est donc avec un enthousiasme renouvelé que je couvrirai le festival pour la 19ème année consécutive, avec le plaisir de découvrir de nouveaux cinéastes, de voir émerger de nouveaux talents mais aussi d’assister aux projections des derniers films de cinéastes pour lesquels je m’enflamme (presque) toujours : Pedro Almodovar, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Xavier Dolan, Elia Suleiman, Bong Joon Ho, Ira Sachs, Claude Lelouch -qui nous permettra de retrouver les inoubliables personnages de la palme d’or 1966 -.

    Je me réjouis aussi d’assister à la Palme d’or d’Honneur de l’acteur dont les films sont au premier rang de ceux à l’origine de ma passion pour le cinéma.

    A quelques jours d’entrer à nouveau dans le mythique et vertigineux Théâtre Lumière, je sais déjà que, comme à chaque fois, j’y éprouverai un sentiment de réminiscence de la première fois, en 2001. Même si (et parce que) je connais les pièges et revers de ce théâtre d’orgueils, cette comédie humaine fascinante et terrifiante (un peu, parfois, aussi), la versatilité des personnalités et avis pour un sursaut de vanité, même si je sais que tant d’illusions s’y fracassent, que Cannes peut encenser, broyer, magnifier, dévaster oui, malgré tout cela, je me réjouis déjà :

    -D’entendre le petit cliquetis lorsque les contrôleurs scannent les badges à l’entrée de la salle Debussy, du Grand Théâtre Lumière ou des autres salles du festival comme un passeport pour le paradis, celui des cinéphiles. De me laisser envoûter par le lever du soleil en allant à la première projection presse du matin sur une Croisette clairsemée où errent parfois encore les derniers noctambules hagards et d’avoir alors l’impression que le monde m’appartient. D’oublier que ce tourbillon enivrant de cinéma ne durera pas toujours et que des illusions s’y perdent, aussi. D’avoir le cœur qui bat la chamade en entrant dans le Grand Théâtre Lumière, comme la première fois, comme pour un premier rendez-vous, avec un univers, un film. Fenêtre ouverte sur le monde, un monde... De revivre ce moment palpitant lorsque la salle s’éteint et que les premières images d’un film inconnu supplantent l’obscurité, à l’unisson de cette salle au souffle suspendu à ces premières images qui nous embarqueront pour un nouvel univers,  une nouvelle aventure. De ne plus faire la distinction entre le jour et la nuit, la fiction et la réalité, mes souvenirs et mon imaginaire. De retenir mon souffle, lors de cette seconde cruciale, à la fin du film, avant qu’un silence assourdissant, des murmures désapprobateurs ou des applaudissements effrénés (effréné, tout l’est à Cannes de toute façon, non ?), ne succèdent aux derniers mots du film. De parler cinéma à toute heure du jour et de la nuit, avec passion, comme si la vie en dépendait. De redécouvrir des classiques du cinéma avec Cannes Classics. De découvrir des bijoux du septième art et en être exaltée. D’être heurtée, brusquée par un film et en être exaltée, aussi, malgré tout.  D’entendre « Aquarium » de Camille Saint-Saëns et savoir que la magie va à nouveau opérer. De sortir d’une projection tardive, un peu étourdie, éblouie, arpenter la Croisette et avoir l’impression de me retrouver dans un film de Fellini. De retrouver celles et ceux, festivaliers, que je ne croise qu’une fois par an là-bas et avoir l’impression de les avoir quittés la veille. De me souvenir de la petite fille que j’étais qui, avec son père, à la télévision, regardait tout cela de loin, comme un monde lointain et inaccessible et avoir conscience de ma chance, et le dire avec fierté, même si y exhiber sa lassitude et son cynisme y est de mise parce que bien sûr il y a aussi les personnalités qui se révèlent, tristement parfois, dans ce théâtre des apparences, les Dorian Gray, Georges Duroy, Rastignac, Lucien de Rubempré de notre temps qui s’y croisent, s’y défient, s’y méprisent et probablement s’y perdent. Parce qu’il y a aussi la célérité avec laquelle Cannes passe de l’adoration à la haine. La violente versatilité de la Croisette, sa capacité à déifier puis piétiner, avec la même pseudo-conviction et force. Parce qu’il y a encore ceux qui viennent à Cannes et disent que c’est forcément mieux ailleurs et que, forcément, ils ne pouvaient pas faire autrement que d’y aller, contraints et forcés, parce qu’oubliant ou justement se rappelant très bien tous ceux qui aimeraient avoir leur chance. Mais je sais déjà que lorsqu’arrivera le dernier jour j’aurai l’impression que le festival vient de commencer et de l’avoir traversé comme un songe. Et qu’il n’y aura qu’un seul vainqueur : le cinéma.

    A partir du 16 Mai, suivez-moi en direct du Festival de Cannes et, en attendant, retrouvez mon article détaillant la programmation de cette édition 2019 (ci-dessous) MAIS AUSSI :

    POUR ME SUIVRE EN DIRECT DU FESTIVAL :

    Mon compte instagram principal (avec photos et brèves critiques des films) : @sandra_meziere

    Mes comptes twitter @Sandra_Meziere (principal) et @moodforcannes (consacré au Festival de Cannes)

    Les pages Facebook de Inthemoodforcinema (facebook.com/inthemoodforcinema) et de Inthemoodforcannes (facebook.com/inthemoodforcannes)

    Mes blogs Inthemoodforcannes.com et Inthemoodforcinema.com pour de nombreux articles cinématographiques sur cette édition du festival et les précédentes avec notamment de nombreuses critiques de films des cinéastes en lice cette année projetés les années passées à Cannes

    Pour les bonnes adresses, suivez aussi mon blog Inthemoodforhotelsdeluxe.com et son compte instagram associé @leshotelsdeluxe

    conférence de presse Festival de Cannes 2019 2.png

    Le 18 avril, à 11H, à l’UGC Normandie sur les Champs-Elysées avait lieu la traditionnelle conférence de presse du Festival de Cannes dont l’édition 2019 aura lieu du 14 au 25 Mai. Une édition qui s’annonce exceptionnelle au regard de la sélection officielle (que je vous détaille plus bas) mais aussi en raison de la remise d’une Palme d’or d’Honneur  à Jeff Costello, Tancrède, Roch Siffredi, Corey, Robert Klein, Roger Sartet, Gino…, bref à l’acteur mythique, Alain Delon, qui a incarné et immortalisé tous ces personnages inoubliables (parmi d’autres).

    Retrouvez, ici, mon article d’hier à ce sujet avec mes 9 critiques de films avec Alain Delon.  

    Monsieur Klein de Losey.jpg

    Cette remise de prix aura lieu 19 mai avec la projection du chef-d'œuvre de Losey, Monsieur Klein, dont vous pouvez retrouver ma critique, ici. 

    A 11H, ce même jour, en salle Buñuel, Alain Delon rencontrera le public pour une master class en salle Buñuel. Cette conversation sera animée par Samuel Blumenfeld, journaliste au Monde et auteur d'une mémorable série d'articles sur l'acteur l'an passé. 

    A 16H30, toujours le 19 Mai et toujours en salle Buñuel sera projeté Le Professeur de Zurlini dont vous pouvez retrouver ma critique dans l'article dont figure le lien ci-dessus.  

    Enfin le 18 Mai, au cinéma de la plage vous pourrez revoir le jubilatoire Mélodie en sous-sol, à 21H30.

    IMG_5032.JPG

    Photo ci-dessus prise lors de la présentation de "Plein soleil" par Alain Delon lors de sa projection en copie restaurée dans le cadre du Festival de Cannes 2013 (mon récit, ici).

     "Il appartient tout entier au cinéma, à ses plus belles œuvres et à ses mythes : en 2019, le Festival de Cannes a décidé de décerner une Palme d’or d’Honneur à Alain Delon, afin d’honorer sa magnifique présence dans l’histoire du septième art. Après Jeanne Moreau, Woody Allen, Bernardo Bertolucci, Jane Fonda, Clint Eastwood, Jean-Paul Belmondo, Manoel de Oliveira, Agnès Varda et Jean-Pierre Léaud, le Festival de Cannes est heureux et fier que le légendaire comédien du Guépard de Luchino Visconti (Palme d’or 1963) ait accepté de recevoir les honneurs de la communauté mondiale" a ainsi annoncé le Festival de Cannes par communiqué de presse. 

    guep

    « Avec Pierre Lescure, nous sommes heureux qu’Alain Delon ait accepté d’être honoré par le Festival, déclare Thierry Frémaux, Délégué général. Il a pourtant longuement hésité, lui qui nous a longtemps refusé cette Palme d’or car il estimait ne devoir venir à Cannes que pour célébrer les metteurs en scène avec lesquels il a travaillé. »

    "Romantique et politique sera cette sélection" a annoncé Thierry Frémaux en ajoutant « normal, l’amour et la révolte ne sont-ils pas le sel de la vie sur terre, de l’Histoire du monde et de la jeunesse éternelle ? ". Voilà qui est enthousiasmant et prometteur !

    Ce que nous savions déjà avant la conférence de presse :

    affiche du 72ème Festival de Cannes.png

    - l’affiche solaire, lumineuse, éblouissante, espiègle de cette 72ème édition rend hommage à Agnès Varda. Cette affiche dont le montage et la maquette sont signés Flore Maquin reprend un cliché du tournage de son premier film, la Pointe Courte (présenté à Cannes en 1955 dans une salle de la rue d’Antibes). Agnès Varda est alors une jeune femme de 26 ans qui tourne son premier film « juchée sur un technicien impassible ».

    Retrouvez, ici, ma critique de son dernier film présenté à Cannes coréalisé avec JR, "Visages villages". 

    - le jury sera   présidé par le cinéaste Alejandro González Inárritu.

    Retrouvez ici  mes 4 critiques de films d’Alejandro González Inárritu. 

    critique de babel de alejandro gonzález iñárritu.jpg

    - The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch ouvrira le festival et la compétition (avec un casting qui promet une montée des marches prestigieuse) -mon article à ce sujet, ici- « un film de zombies, un film de genre, un film d’auteur pour ouvrir le Festival de Cannes qui sortira le même jour que sa présentation à Cannes » a ainsi déclaré Thierry Frémaux en présentant le film qui, par ailleurs, sortira en France dans au moins 400 salles, soit la plus grosse sortie pour un film d’ouverture comme a tenu à le rappeler Pierre Lescure.

    The dead don't die affiche de film.jpg

    THE DEAD DON'T DIE © 2019 IMAGE ELEVEN PRODUCTIONS INC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. / ARTWORK © 2016 FOCUS FEATURES LLC

    -Edouard Baer sera à nouveau le (talentueux, malicieux, élégant) maître de cérémonie.

    - Claire Denis présidera le jury des Courts Métrages et de la Cinéfondation.

    capharnaum.jpg

    - Nadine Labaki présidera le jury Un Certain Regard. Retrouvez ici ma critique de Capharnaüm pour lequel elle avait reçu le Prix du Jury et le Prix de la Citoyenneté l’an passé. Petite parenthèse pour vous dire que vous pourrez en savoir plus sur ce prix de la Citoyenneté, là, Jury de la Citoyenneté qui cette année présidé par le cinéaste Amos Gitaï. 

    -le Marché du Film célèbre ses 60 ans.

    conférence de presse Festival de Cannes 2019 3.png

    En préambule de la conférence de presse, Pierre Lescure a souligné que les accréditations étaient en hausse cette année, au Festival comme au Marché du Film. Il a également souligné les 800000 entrées réalisées par la Palme d’or 2018 en France l’an passé, Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda. J’en profite d’ailleurs pour faire une première petite digression pour vous recommander à nouveau ce film remarquable. Kore-Eda, plus que le peintre de la société japonaise est celui des âmes blessées et esseulées, et plus que jamais ici il fait vibrer nos cœurs par ce film d’une rare délicatesse et bienveillance, avec l'histoire de cette famille de cœur à l’histoire poignante, jalonnée de scènes inoubliables et qui nous laissent le cœur en vrac.

    Pierre Lescure a également souligné, parmi les effets bénéfiques de l’édition 2018 du festival, le grand retour de Spike Lee qui a « ensuite reçu le premier Oscar de sa carrière ». Enfin, il a rappelé l’immense succès du film de Gilles Lellouche, Le Grand bain, avec cette « si longue, interminable et joyeuse et bouleversante ovation à Cannes » qui a fait 4 200000 entrées en France , arguant de ces exemples pour mettre en exergue le fait que « le Festival de Cannes embrasse l’ensemble des cinémas. »

    IMG_6546.JPG

    Thierry Frémaux, quant à lui a rappelé que « Le festival se terminera la veille des élections européennes, idée que le cinéma dans la reconstruction de l’Europe d’après-guerre avait une place prépondérante ».

    « Vous verrez des réalisatrices, des premiers films, des Américains, des zombies, des manipulations génétiques, des peintres, des peintresses, des flics, des parasites, des chômeurs, des migrants… » a-t-il également précisé ajoutant qu’ « il y  a une certaine prédominance du cinéma de genre ».

    Contrairement aux années précédentes, le Délégué général et le Président du festival n’ont pas procédé à l’énoncé statistique du nombre de films sélectionnés et reçus car ils se sont « engagés avec le collectif de genrer les films donc de savoir la proportion de réalisatrices et comment le cinéma (pour l’instant 13 réalisatrices en sélection officielle) ouvre de plus en plus ses portes aux réalisatrices. » « On s’était aussi engagés à rendre le comité de sélection paritaire, ce qui a été fait » a conclu Thierry Frémaux.

    A ensuite été annoncée la sélection officielle : films en compétition, Un Certain regard, hors compétition, séance de minuit, séances spéciales, avec aussi quelques indices sur les séances de Cannes classics et les master class (à retrouver en bas de cet article).

    Douleur et gloire Festival de Cannes 2019.jpg

    Parmi les 19 cinéastes que nous aurons le plaisir de retrouver en compétition figure notamment Pedro Almodovar, président du jury en 2017 qui revient avec un film avec Antonio Banderas qui relate « une série de retrouvailles après plusieurs décennies dans la vie d’un réalisateur en souffrance ». Voilà donc un nouveau film sur le cinéma après ses inoubliables Etreintes brisées, film empreint de dualité sur l’amour fou par un (et pour les) amoureux fous du cinéma… le cinéma qui survit à la mort, à l’aveuglement, qui sublime l’existence et la mort, le cinéma qui reconstitue les étreintes brisées, le cinéma paré de toutes les vertus. Même celle de l’immortalité… Nouvelle digression pour vous dire, vous l'aurez compris, que je vous recommande vivement de vous laisser charmer et enlacer par ce film Etreintes brisées si vous ne l’avez pas encore vu.

    Retrouvez ma critique complète de Etreintes brisées, ici.

    Nous retrouverons également Ken Loach (en lice pour une troisième Palme d’or), les frères Dardenne (en lice eux aussi pour une troisième palme d’or), Arnaud Desplechin, Xavier Dolan que j’attends avec au moins autant d’impatience que les deux cinéastes précités ( nous le retrouverons avec plaisir trois ans après son Grand Prix pour Juste la fin du monde qui m’avait terrassée d’émotion, ma critique ici), Marco Bellocchio, Bong Joon-Ho, Terrence Malick ( huit ans après la palme d’or pour The tree of life), Ira Sachs (encore une digression pour vous recommander le petit bijou qu’est Brooklyn village, ma critique ici), Elia Suleiman…

    Frankie Ira Sachs affiche Festival de Cannes 2019.jpg

     Parmi les films qui susciteront indéniablement de  la curiosité, il y a le premier long-métrage d’une jeune franco-sénégalaise, Atlantique de Mati Diop.

    Côté cinéma français, seront en lice  Arnaud Desplechin avec Roubaix, une lumière, inspiré d’un fait divers avec Roschdy Zem, Léa Seydoux et Sara Forestier mais aussi Lajd Ly avec Les Misérables, Céline Sciamma avec Portrait de la jeune fille en feu et Justine Triet  avec Sibyl.

    Un homme et une femme de Claude Lelouch.jpg

    Hors compétition, l’évènement sera  la « suite » d’Un homme et une femme de Claude Lelouch, Les plus belles années  d'une vie, avec Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant. Tourné en partie à Deauville fin 2018, il nous permettra de retrouver les inoubliables personnages de la Palme d’or 1966. Si vous en êtes comme moi des inconditionnels, je vous mets au défi de ne pas frissonner devant la bande-annonce ci-dessous.

    Cliquez ici pour retrouver mon article complet à ce sujet avec ma critique de Un homme et une femme.

    cannes,cinéma,film,festival de cannes 2019,72ème festival de cannes,les plus belles années d'une vie,claude lelouch,antoine sire,anouk aimée,jean-louis trintignant

    Les plus belles années d'une vie de Claude Lelouch Festival de Cannes 2019 affiche.jpg

     

     

     Autre évènement annoncé : le biopic sur la vie du chanteur Eton John, Rocketman, réalisé par Dexter Fletcher avec Taron Egerton. La projection aura lieu le premier jeudi du festival et  le chanteur (à la disposition duquel sera mis un piano dans la salle) pourrait entonner quelques notes.

    affiche de rocketman elton john.jpg

    Notons enfin que les films de Justine Triet, des Dardenne, d’Almodovar et Jarmush sortiront en même temps que leurs projections cannoises.

    Enfin, quelques Séances spéciales nous promettent là aussi de beaux moments de cinéma puisque nous retrouverons Werner Herzog, Abel Ferrara et Alain Cavalier.

    EN COMPETITION, nous retrouverons ainsi :

    Jim JARMUSCH pour

    THE DEAD DON’T DIE

    Pedro ALMODÓVAR pour

    DOLOR Y GLORIA (DOULEUR ET GLOIRE) 

    Marco BELLOCCHIO pour

    IL TRADITORE (LE TRAITRE)

    BONG Joon Ho  pour

    GISAENGCHUNG (PARASITE)

     Jean-Pierre DARDENNE Luc DARDENNE pour

    LE JEUNE AHMED

    « Je ne vous dévoile rien de ce sujet brûlant. Le distributeur sortira le film en même temps que sa présentation cannoise»  a précisé Thierry Frémaux.

    Arnaud DESPLECHIN  pour

    ROUBAIX, UNE LUMIÈRE  

    « qui permettra de retrouver sur la Croisette Roshdy  Zem, Sara Forestier et Léa Seydoux »

    DIAO Yinan  pour

    NAN FANG CHE ZHAN DE JU HUI   (Le Lac des oies sauvages)

    Mati DIOP pour

    ATLANTIQUE  

    Xavier DOLAN  pour

    MATTHIAS ET MAXIME

    « qui possède cette particularité qu’il joue le personnage principal » a précisé Thierry Frémaux

    Jessica HAUSNER pour

    LITTLE JOE 

    « Cinéaste autrichienne que le Festival de Cannes a accompagné dès ses premiers films, film qui évoque un futur assez proche de manipulations génétiques » a précisé Thierry Frémaux.

    Ken LOACH pour

    SORRY WE MISSED YOU 

    « Il annonce souvent que ce sera son dernier et puis, comme un combattant qu’il est, il reprend la caméra et il repart sur la route pour faire des films. Ce Ken Loach est kenloachien » a commenté Thierry Frémaux.

     Ladj LY  pour

    LES MISÉRABLES

    « Les Misérables est un film français, un premier film qui évoque des banlieues françaises dont on peut penser qu’elles sont représentatives de ce qui se passe dans les villes du monde » a précisé Thierry Frémaux.

    Terrence MALICK pour

    UNE VIE CACHÉE 

    « Terrence Malick, une vie cachée, Hidden life, plus ou moins un retour, c’est un film sur la guerre et sur la deuxième guerre mondiale en particulier et ne me demandez pas si Terrence Malick sera là ou plutôt j’espère bien qu’il sera là mais on ne le verra pas, pas vous en tout cas » a ironisé Thierry Frémaux.

    Kleber MENDONÇA FILHO

    Juliano DORNELLES pour

    BACURAU

    Corneliu PORUMBOIU  pour

    LES SIFFLEURS 

    Ira SACHS  pour

    FRANKIE

    Isabelle Huppert sera de retour à Cannes pour ce film a souligné Thierry Frémaux.

    Céline SCIAMMA  pour

    PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU 

     Elia SULEIMAN  pour

    IT MUST BE HEAVEN  pour

    Justine TRIET

    SIBYL

    HORS COMPETITION, comme je vous le disais précédemment, nous aurons ainsi l’immense plaisir de découvrir le nouveau film de  Claude Lelouch, LES PLUS BELLES ANNEES D’UNE VIE, écho à la palme d’or qu’il reçut avec Trintignant, Anouk Aimée, Bellucci.l le lundi soir, un film dédié à Samuel Hadida. Un film qui nous permettra de retrouver les inoubliables personnages d’Un homme et une femme, cinquante trois ans après.

    Hors compétition sera également projeté le nouveau film de Nicolas BEDOS, LA BELLE ÉPOQUE, avec Auteuil, Canet, Ardant, Doria Tillier, Arditi, « un film grand public qui fera l’objet d’une belle célébration et d’une belle fête ».

    La belle époque de Nicolas Bedos.jpg

    Nous découvrirons aussi le film de Dexter FLETCHER ‘ROCKETMAN » le premier jeudi du festival à 19H, en présente d’Elton John. 

    Asif KAPADIA présentera DIEGO MARADONA 

    affiche de Maradona.jpg

    Nicolas WINDING REFN présentera TOO OLD TO DIE YOUNG - NORTH OF HOLLYWOOD, WEST OF HELL, les épisodes 4 et 5 d’une série.

    UN CERTAIN REGARD promet aussi toujours de belles découvertes. Nous y verrons notamment un film adapté de Yasmina Kadra coréalisé par Zabou qui viendra pour la première présenter un de ses films en tant que réalisatrice. Autre comédienne qui viendra en tant que réalisatrice : Mona Chokri pour un premier film.

    Les hirondelles de Kaboul.jpg

    Bruno Dumont sera là également, de ces « cinéastes qui font des films d’une certaine radicalité » a rappelé Thierry Frémaux. Christophe Honoré sera également de retour avec Chambre 212, un film qualifié par Thierry Frémaux de très « montparnassien », très Guitry. Cette sélection sera complétée dans les jours qui viennent.

                                      Un Certain Regard

    Karim AÏNOUZ pour

    VIDA INVISIVEL  

    Nariman ALIEV pour

    EVGE

    Kantemir BALAGOV   pour

    DYLDA

    Zabou BREITMAN et Eléa GOBÉ MÉVELLEC pour

    LES HIRONDELLES DE KABOUL  (animation)

    Monia CHOKRI pour

     LA FEMME DE MON FRÈRE        1er film

     Michael COVINO pour 

     THE CLIMB    1er film

     Bruno DUMONT pour

     JEANNE        

     Christophe HONORÉ  pour

     CHAMBRE 212 

     Oliver LAXE pour

     O QUE ARDE    (VIENDRA LE FEU)   

     Danielle LESSOVITZ  pour

     PORT AUTHORITY    1er film

     Mounia MEDDOUR  pour

    PAPICHA  1

    Midi Z  pour

    ZHUO REN MI MI 

     Albert SERRA   pour

     LIBERTÉ 

      Annie SILVERSTEIN   pour

     BULL    1er film

     Maryam TOUANI pour

      ADAM  

      ZU Feng  pour

    LIU YU TIAN 1er film

    Voici la liste des films présentés en Séances spéciales et en Séances de Minuit (la liste sera complétée ultérieurement)

    Séances de minuit :

     LEE Won-Tae pour

     THE GANGSTER, THE COP, THE DEVIL   1h47

    Séances Spéciales :

    Waad Al KATEAB

    Edward WATTS  pour

    FOR SAMA  

    Pippa BIANCO pour

    SHARE 1er film

    Alain CAVALIER pour

    ÊTRE VIVANT ET LE SAVOIR  

    Abel FERRARA  pour

    TOMMASO   

    Werner HERZOG pour

    FAMILY ROMANCE pour

     Juan SOLANAS pour

    QUE SEA LEY  

    Après l’annonce de la sélection officielle Thierry Frémaux et Pierre Lescure ont répondu aux questions des journalistes précisant notamment que :

    -« Le film de Tarantino n’est pas prêt. Il a été abusivement et prématurément annoncé. »

    - « La Cité de la peur sera montrée en copie restaurée en présence des intéressés »

    -Concernant Netflix, ils ont ainsi précisé que « Pour la compétition les films doivent sortir en salles ».  « Surtout avec les encouragements que nous avons reçus, notamment de Spielberg, de Godard mais aussi de nombreux exploitants, nous n’en sommes pas à accueillir en compétition des films qui ne rencontrent pas le public en salles. »

    -A une question d’une journaliste japonaise concernant l’absence en sélection officielle du nouveau film de Kore-Eda (qui avait reçu la palme d’or en 2018), Thierry Frémaux a précisé que « Le film de Kore-Eda n’est pas prêt, je pense qu’on le verra dans les festivals de l’automne. Le cinéma japonais est souvent représenté à Cannes. Je vous ferai la même réponse : il y a 198 pays à l’ONU et on ne peut prendre les films de tous les pays bien que le cinéma japonais soit fort, riche, important et important dans l’histoire du Festival de Cannes. »

    COMPLEMENTS DE SELECTION

    - "Il y aura un film de clôture ou ce sera la palme.", "L’expérience de montrer la palme d’or était concluante donc ce sera en fonction des offres qui nous serons encore faites" nous avaient ainsi annoncé Thierry Frémaux et Pierre Lescure lors de la conférence de presse. Ce sera donc finalement une bien nommée "dernière séance"...

    Hors normes de Toledano et Nakache.jpg

    FILM DE CLÔTURE : La dernière séance… Le festival renoue avec les films de clôture qui créent l’évènement. C’est en effet  le nouveau film d’Olivier Nakache et Eric Toledano, Hors Normes,  avec Vincent Cassel et Reda Kateb, qui fera l’objet de la « Dernière séance », le samedi 25 mai, dans le Grand Théâtre Lumière, lors de la soirée du Palmarès.

    Synopsis :
    Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés "d'hyper complexes". Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes.

    Comme annoncé lors de la conférence de presse du 18 avril dernier, des films sont venus ultérieurement complété la sélection officielle.

    Les déclarations entre guillemets sont de Thierry Frémaux, Délégué général. Elles s’ajoutent aux commentaires faits sur les films déjà annoncés.

    COMPÉTITION

    Once Upon a Time... in Hollywood de Quentin Tarantino (2h45)

    once upon a time in Hollywood de Tarantino à Cannes 2019.jpg

    « On a craint que le film, ne sortant que fin juillet, ne soit pas prêt mais Quentin Tarantino, qui n’a pas quitté sa salle de montage depuis quatre mois, est un vrai enfant de Cannes, fidèle et ponctuel ! Comme pour Inglourious Basterds, il sera bien là, vingt-cinq ans après la Palme d’or de Pulp Fiction, avec un film terminé, projeté en 35mm et en présence de sa troupe d’acteurs : Leonardo DiCaprio, Margot Robbie, Brad Pitt. Son film est une déclaration d’amour au Hollywood de son enfance, une visite rock à l’année 1969 et une ode au cinéma tout entier. C’est aussi un travail qui dépasse nos attentes et prouve la maturité de l’artiste. C’est pourquoi, en plus de Quentin et sa team pour les jours et les nuits passés au montage, le Festival remercie spécialement les équipes de Sony Pictures, qui ont rendu tout cela possible. »

    Cliquez ici pour lire ma critique de INGLOURIOUS BASTERDS de Quentin Tarantino

    Quentin Tarantino - Brad Pitt.jpg

    brad et quentin2.jpg

    Photos ci-dessus prises à l'occasion de la présentation en compétition du Festival de Cannes 2009.

    Mektoub, My Love : Intermezzo d’Abdellatif Kechiche (4h)

    « J’ai vu le film jeudi dernier, toujours en montage, et même en plein montage ! Mais il sera terminé, dans une durée annoncée de 4h par le réalisateur. Et montré en fin de Festival pour que le DCP puisse être livré dans les temps. Avec une histoire fleuve et un portrait extraordinaire de la jeunesse des années 90 dont il a raconté les prémices dans son Canto Uno et dont on retrouvera les acteurs avec plaisir, le réalisateur tunisien/français Abdellatif Kechiche sera de nouveau présent à Cannes pour l’Intermezzo de Mektoub, My Love, six ans après sa Palme d’or pour La Vie d’Adèle. »

    SÉANCE DE MINUIT

    Lux Æterna de Gaspar Noé (50mn)

    « Sur un tournage, deux actrices, Béatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg, se racontent des histoires de sorcières, et pas seulement. Lux Æterna est aussi un essai sur le cinéma, sur la cinéphilie et sur l’hystérie des plateaux. Un moyen métrage énergique et brillant pour le retour – inattendu il y a peu – de Gaspar Noé en Sélection officielle. Un film vu à la dernière minute par le comité de sélection et qui sera projeté dans une Séance de Minuit aussi hype que mystérieuse. »

    UN CERTAIN REGARD

    La fameuse Invasion des Ours en Sicile / La famosa invasione degli orsi in Sicilia de Lorenzo Mattotti (1h22)

    La fameuse invasion des ours en sicile.png

    « Tiré du conte pour enfants de Dino Buzzati, le film d’animation de l’illustrateur et auteur de bandes dessinées Lorenzo Mattotti est un éblouissement visuel dont l’inventivité graphique, et le travail sur la couleur ravira bien au-delà des seuls amateurs du maître italien – avec les voix de Toni Servillo, Antonio Albanese et Andrea Camilleri pour l’Italie et Leïla Bekhti, Arthur Dupont et Jean-Claude Carrière pour la France. Comme Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mevellec, l’autre film d’animation de Un Certain Regard, La famosa invasione degli orsi in Sicilia figurera aussi en Compétition au grand rendez-vous du festival d’animation d’Annecy en juin prochain. »

    Odnazhdy v Trubchevske de Larissa Sadilova (1h30)

    « La réalisatrice russe Larissa Sadilova, déjà auteure de six longs métrages, n’a plus tourné depuis quelques années. Elle revient avec cette “chronique du village de Troubtchevsk” qui, dans la campagne russe contemporaine, évoque le sentiment amoureux avec un regard tendre sur des personnages joués par de formidables acteurs et dans une mise en scène épurée. Les aspirations des femmes, leur patience, le courage qu’il faut montrer pour une émancipation toujours illusoire, le désir, la frustration et un certain fatalisme immémorial sont observés avec acuité et sans pesanteur. C’est la première fois que le Festival de Cannes accueille Larissa Sadilova. »

    SÉANCES SPÉCIALES

    Chicuarotes de Gael García Bernal (1h35)

    « Membre à part entière de l’extraordinaire génération mexicaine, acteur de premier rang chez Iñárritu ou Cuarón, Gael García Bernal est, avec Diego Luna, un fidèle de Cannes dont il fut membre du Jury en 2014. Chicuarotes est le deuxième long métrage de l’acteur, une plongée dans la société mexicaine à travers l’histoire d’adolescents sur lesquels il jette un regard tendre, à la mesure d’un pays éternel auquel le cinéma mexicain rend hommage film après film.»

    La Cordillère des songes / La Cordillera de los sueños de Patricio Guzmán (1h24)

    « Patricio Guzmán a quitté le Chili il y a plus de quarante ans lorsque la dictature militaire remplaça le Front populaire mais il n’a pas cessé de réfléchir sur un pays, une culture, un espace géographique qu’il n’a jamais oubliés. Après le Nord de Nostalgie de la lumière et le sud du Bouton de nacre, il filme de près ce qu’il appelle “l’immense colonne vertébrale révélatrice de l’histoire passée et récente du Chili”. La Cordillera de los sueños est un poème visuel, une enquête historique, un essai cinématographique et une magnifique introspection intime et collective. »

    La Glace en feu / Ice on Fire de Leila Conners (1h38)

    « En 2007, Leila Conners avait projeté à Cannes The 11th Hour, un documentaire coup de poing sur le réchauffement climatique produit par Leonardo DiCaprio. Dans une tradition assumée, le Festival expose ces documentaires de combat, comme il l’avait fait pour Davis Guggenheim et le film Une Vérité qui dérange, qui était allé jusqu’à l’Oscar du Meilleur documentaire comme Al Gore au Prix Nobel de la paix. Douze ans plus tard, alors que les signaux d’alerte sur la planète continuent à se multiplier partout dans le monde (et plus que ça !), Leila Conners et Leonardo DiCaprio font à nouveau équipe, sur le même sujet, pour un film au titre éloquent : La Glace en feu. Et reviennent sur la Croisette pour le présenter. »

    Ward 5B de Dan Krauss (1h33)

    « Dans les années 80, seuls un numéro et une lettre désignent un pavillon de l’hôpital général de San Francisco, le premier du pays à traiter les patients atteints du SIDA. Alors qu’une partie de la société considère les malades comme des parias, les soignants, hommes et femmes, du 5B choisissent une voie différente. Ce film est leur histoire.

    Réalisé par Dan Krauss, Ward 5B est un film sur un passé qui interroge notre présent. Il sera distribué aux États-Unis, partout dans le monde et en France, où aura lieu en octobre prochain la conférence mondiale de tous ceux qui s’engagent financièrement pour les trois prochaines années dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Bono, le chanteur de U2, est un fervent soutien de cette cause et accompagne ce film qu’il viendra soutenir en personne à Cannes. »

     

    Evénements et rendez-vous

    En plus de la rencontre avec Alain Delon évoquée au début de cet article, trois autres rendez-vous d'exception seront ainsi proposés par le festival : Zhang Ziyi, Sylvester Stallone, Nicolas Winding Refn.

    -Avec Sylvester Stallone

     

    cinéma,cannes,festival de cannes,72ème festival de cannes,festival de cannes 2019,delon,alain delon,tarantino,festival,in the mood for cinema,edouard baer,film

    À l’occasion de sa présence à Cannes, Sylvester Stallone sera mis à l’honneur lors d’une séance spéciale dans le Palais des Festivals le vendredi 24 mai à 22h30 où il présentera sur scène – et en exclusivité – des images de Rambo V. Après un montage retraçant son immense carrière, la restauration en DCP 4K de Rambo : First Blood de Ted Kotcheff (1982) sera projetée en première mondiale sur l’écran du Grand Théâtre Lumière.

    Vendredi 24 mai à 16h

    Sylvester Stallone

    Conversation animée par Didier Allouch (Journaliste, correspondant du Festival de Cannes à Los Angeles)

    Samedi 18 mai à 16h

    Nicolas Winding Refn

    Conversation animée par Philippe Rouyer (Critique à Positif et au Cercle de Canal+)

    Mercredi 22 mai à 16h30

    Zhang Ziyi

    Conversation animée par Yves Montmayeur (Historien et réalisateur)

    Zhang Ziyi présentera Tigre et Dragon d’Ang Lee au Cinéma de la plage le mardi 21 mai à 21h30.

             LE JURY 2019

       Sous la première présidence d’un cinéaste latino-américain, Alejandro Gonzalez Iñárritu, nous retrouvons ainsi dans le jury quatre femmes, et quatre hommes venant de quatre continents et issus de sept nationalités différentes.

    Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont ainsi commenté ce choix : « Le Jury de Cannes est invité à voir des films réalisés parmi les plus grands cinéastes de l’époque – c’est encore le cas cette année. Toutes celles et ceux qui figurent en Compétition doivent aussi se savoir regardés par de grands artistes – c’est également le cas ! »

    Le Jury dévoilera son palmarès le samedi 25 mai au cours de la cérémonie de Clôture.

    Alejandro Gonzalez Iñárritu – Président

    (Réalisateur, producteur & scénariste / Mexique)

    Elle Fanning

    (Actrice / États-Unis)

    Maimouna N’Diaye

    (Actrice, réalisatrice / Burkina Faso)

    Kelly Reichardt

    (Réalisatrice, scénariste & monteuse / États-Unis)

    Alice Rohrwacher

    (Réalisatrice, scénariste & productrice / Italie)

    Enki Bilal

    (Auteur de bandes-dessinées, réalisateur / France)

    Robin Campillo

    (Réalisateur, scénariste & monteur / France)

    Yorgos Lanthimos

    (Réalisateur, scénariste & producteur / Grèce)

    Paweł Pawlikowski

    (Réalisateur & scénariste / Pologne)

    LE JURY UN CERTAIN REGARD

    Présidé par la réalisatrice et comédienne libanaise Nadine Labaki, le Jury composé de 3 femmes et 2 hommes délivrera son palmarès le vendredi 24 mai lors de la cérémonie de Clôture du Certain Regard.

    Présidente

    Nadine Labaki

    Réalisatrice & actrice / Liban

    Marina Foïs

    Actrice / France

    Nurhan Sekerci-Porst

    Productrice / Allemagne

    Lisandro Alonso

    Réalisateur / Argentine

    Lukas Dhont

    Réalisateur / Belgique

    LE JURY DE LA CAMERA D'OR

    Rithy Panh (président du jury)

    Alice Diop

    Sandrine Marques

    Benoît Delhomme

    Nicolas Naegelen

    LE JURY DES COURTS METRAGES ET DE LA CINEFONDATION

    Claire DENIS – Présidente
    (Réalisatrice & scénariste - France)

    Stacy MARTIN
    (Actrice - France, Royaume-Uni)

    Eran KOLIRIN
    (Réalisateur & scénariste - Israël)

    Panos H. KOUTRAS
    (Réalisateur & scénariste - Grèce)

    Cătălin MITULESCU
    ( Réalisateur, scénariste & producteur – Roumanie)

     

    CANNES CLASSICS 2019

    Easy rider.jpg

    Les 25 ans de La Cité de la peur, Shining présenté par Alfonso Cuarón en séance de minuit, les 50 ans d’Easy Rider en compagnie de Peter Fonda, Luis Buñuel à l’honneur en trois films, la présence de Lina Wertmüller, le Grand Prix de 1951 Miracle à Milan de Vittorio De Sica, un ultime salut à Milos Forman, le premier film d’animation en couleur du cinéma japonais, le World Cinema Project et la Film Foundation de Martin Scorsese, des documentaires sur le cinéma et sur l’Histoire, des chefs-d’œuvre connus et des films rares en version restaurée venus de pays rarement honorés, voilà la nouvelle édition de Cannes Classics, première section dédiée au cinéma classique dans un grand festival qui, une fois de plus, nous réserve de belles surprises.

     Les films seront projetés salle Buñuel, salle du Soixantième ou au Cinéma de la Plage, tous présentés par des acteurs majeurs du patrimoine cinématographique : réalisateurs, artistes ou responsables des restaurations.

    Les 50 ans d’Easy Rider

    Présenté il y a un demi-siècle en Compétition, le film obtint le Prix de la première œuvre. Co-scénariste, co-producteur et acteur principal, Peter Fonda revient à Cannes, invité par le Festival pour célébrer cet anniversaire.

    Easy Rider (1969, 1h35, États-Unis) de Dennis Hopper

    Shining en Séance de minuit

    Le film d’horreur ultime pour une séance-événement présentée par le réalisateur mexicain Alfonso Cuarón, membre du Jury de Cannes en 2008, plusieurs fois oscarisé.

    The Shining (Shining) de Stanley Kubrick (1980, 2h26, Royaume-Uni / États-Unis)

    Les 25 ans de La Cité de la peur

    La comédie culte des Nuls sera présentée au Cinéma de la Plage à l’occasion de la restauration en 4K du film pour son 25e anniversaire, en présence d’Alain Chabat, Chantal Lauby et Dominique Farrugia.

    La Cité de la peur, une comédie familiale (1994, 1h39, France) d’Alain Berbérian

    Luis Buñuel à l’honneur en trois films

    Trois films du réalisateur et scénariste mexicain, d’origine espagnole, seront montrés cette année.

    Los Olvidados (The Young and the Damned) (1950, 1h20, Mexique) de Luis Buñuel

    Nazarín (1958, 1h34, Mexique) de Luis Buñuel

    L’Âge d’or (The Golden Age) (1930, 1h, France) de Luis Buñuel

    Hommage à Lina Wertmüller

    Première réalisatrice nommée aux Oscars en 1977 pour Pasqualino Settebellezze, Lina Wertmüller présentera le film en présence de son acteur Giancarlo Giannini.

    Pasqualino Settebellezze (Pasqualino / Seven Beauties) (1975, 1h56, Italie) de Lina Wertmüller

    La "Palme d’or" 1951

    La Palme d’or ne sera créée qu’en 1955 mais le Grand Prix obtenu par Miracle à Milan de Vittorio De Sica en était l’équivalent.

    Miracolo a Milano (Miracle à Milan / Miracle in Milan) (1951, 1h40, Italie) de Vittorio De Sica

    Milos Forman

    Fidèle du Festival de Cannes, ancien Président du Jury, cinéaste de plusieurs vies, Milos Forman est mort il y a un an. La restauration de son deuxième long métrage ainsi qu’un documentaire donnent l’occasion de l’hommage et du souvenir.

    Lásky jedné plavovlásky (Les Amours d’une blonde / Loves of a Blonde) (1965, 1h21, République tchèque) de Milos Forman

    Forman vs. Forman (République tchèque / France, 1h17) de Helena Trestikova and Jakub Hejna

    Tous les films restaurés de Cannes Classics 2019

    Toni de Jean Renoir (1934, 1h22, France)

    Le Ciel est à vous (1943, 1h45, France) de Jean Grémillon

    Moulin Rouge (1952, 1h59, Royaume-Uni) de John Huston

    Kanal (Ils aimaient la vie / They Loved Life) (1957, 1h34, Pologne) d’Andrzej Wajda

    Une présentation de Kadr en association avec Malavida. Numérisation, étalonnage et restauration en

    Hu shi ri ji (Diary of a Nurse) (1957, 1h37, Chine) de Tao Jin

    Hakujaden (Le Serpent blanc / The White Snake Enchantress) (1958, 1h18, Japon) de Taiji Yabushita

    125 Rue Montmartre (1959, 1h25, France) de Gilles Grangier

    A tanú (Le Témoin / The Witness) (1969, 1h52, Hongrie) de Péter Bacsó

    Tetri karavani (La Caravane blanche / The White Caravan) (1964, 1h37, Géorgie) d’Eldar Shengelaia et Tamaz Meliava

    Plogoff, des pierres contre des fusils de Nicole Le Garrec (1980, 1h48, France)

    Caméra d’Afrique (20 ans de cinéma africain / ) (20 Years of African Cinema) de Férid Boughedir (1983, 1h38, Tunisie / France)

    Dao ma zei (The Horse Thief / Le Voleur de chevaux) (1986, 1h28, Chine) de Tian Zhuangzhuang et Peicheng Pan

    The Doors (Les Doors) (1991, 2h20, États-Unis) d’Oliver Stone

    Documentaires

    Making Waves: The Art of Cinematic Sound (Etats-Unis, 1h34) de Midge Costin

    Les Silences de Johnny (55mn, France) de Pierre-William Glenn

    La Passione di Anna Magnani (1h, Italie / France) d’Enrico Cerasuolo

    Cinecittà - I mestieri del cinema Bernardo Bertolucci (Italie, 55mn) de Mario Sesti

    Prix de la Citoyenneté

    Festival de Cannes 2019 Prix de la Citoyenneté.png

    L'an passé, je vous avais parlé de ce nouveau prix remis à un film de la compétition du Festival de Cannes (retrouvez, en bas de cette note, mon article complet sur le Prix de la Citoyenneté 2018 avec la critique du film lauréat, la présentation détaillée du prix et l'interview de sa cofondatrice, Line Toubiana).

    Cette année à nouveau, le film lauréat sera choisi "pour ses qualités artistiques et ses valeurs d'humanisme, de laïcité et d'universalisme", des valeurs plus que jamais essentielles.

    Le cinéaste Amos Gitaï présidera le jury 2019. Il sera accompagné de : Raja Amari (réalisatrice tunisienne), Eva Bettan (journaliste française, France Inter), Emmanuel Gras (réalisateur français), Marème N'Diaye (actrice sénégalaise). Le Prix est attribué par l'association Clap Citizen Cannes présidée par Laurent Cantet. Les Présidentes d'honneur sont Catherine Martin-Zay et Hélène Mouchard-Zay.

    Ne manquez pas la table ronde autour du thème "Cinéma et Citoyenneté", à 11H au Pavillon des Cinémas du Monde avec pour intervenants notamment Amos Gitaï et les autres membres du jury du Prix de la Citoyenneté.

    Le Jury du Prix de la Citoyenneté montera les marches avec ses partenaires le 23 Mai.

    La remise du Prix de la Citoyenneté aura lieu le 25 Mai à 11H, au Salon des Ambassadeurs du Festival de Cannes,, notamment en présence du réalisateur ou de la réalisatrice du film primé, des membres du jury, les Présidentes honoraires de l'association et le Délégué Général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux.

    Cliquez ici pour lire la CRITIQUE DU PRIX DE LA CITOYENNETE 2018, VIDEOS DE LA REMISE DU PRIX, PRESENTATION DETAILLEE DU PRIX DE LA CITOYENNETE  ET INTERVIEW DE SA COFONDATRICE LINE TOUBIANA

     

    Alors, ce programme n’est-il pas particulièrement enthousiasmant ?

    Pour en savoir plus, le site officiel du Festival de Cannes http://festival-cannes.com.

    Alors pour terminer comme nous avons commencé, je vous propose une citation du Guépard (dont vous pouvez retrouver la critique complète, ici).

    "Nous fûmes les Guépards, les Lions ceux qui nous remplaceront seront les chacals et des hyènes ... Et tous, Guépards, chacals et moutons, nous continuerons à nous considérer comme le sel de la Terre."

    Le Guépard (1959) de Giuseppe Tomasi di Lampedusa (cité dans Le Guépard de Visconti)

     cannes20104 029.JPG

    Cliquez ici pour retrouver la grille de programmation complète du festival.

  • Prix de la Citoyenneté du 72ème Festival de Cannes : présentation

    Festival de Cannes 2019 Prix de la Citoyenneté.png

    L'an passé, je vous avais parlé de ce nouveau prix remis à un film de la compétition du Festival de Cannes (retrouvez, en bas de cette note, mon article complet sur le Prix de la Citoyenneté 2018 avec la critique du film lauréat, la présentation détaillée du prix et l'interview de sa cofondatrice, Line Toubiana).

    Cette année à nouveau, le film lauréat sera choisi "pour ses qualités artistiques et ses valeurs d'humanisme, de laïcité et d'universalisme", des valeurs plus que jamais essentielles.

    Le cinéaste Amos Gitaï présidera le jury 2019. Il sera accompagné de : Raja Amari (réalisatrice tunisienne), Eva Bettan (journaliste française, France Inter), Emmanuel Gras (réalisateur français), Marème N'Diaye (actrice sénégalaise). Le Prix est attribué par l'association Clap Citizen Cannes présidée par Laurent Cantet. Les Présidentes d'honneur sont Catherine Martin-Zay et Hélène Mouchard-Zay.

    Ne manquez pas la table ronde autour du thème "Cinéma et Citoyenneté", à 11H au Pavillon des Cinémas du Monde avec pour intervenants notamment Amos Gitaï et les autres membres du jury du Prix de la Citoyenneté.

    Le Jury du Prix de la Citoyenneté montera les marches avec ses partenaires le 23 Mai.

    La remise du Prix de la Citoyenneté aura lieu le 25 Mai à 11H, au Salon des Ambassadeurs du Festival de Cannes,, notamment en présence du réalisateur ou de la réalisatrice du film primé, des membres du jury, les Présidentes honoraires de l'association et le Délégué Général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux.

    CRITIQUE DU PRIX DE LA CITOYENNETE 2018, VIDEOS DE LA REMISE DU PRIX, PRESENTATION DETAILLEE DU PRIX DE LA CITOYENNETE  ET INTERVIEW DE SA COFONDATRICE LINE TOUBIANA

    capharnaum.jpg

     

    En mai 2018, en plus du Prix du Jury du Festival de Cannes, Capharnaüm, troisième long métrage de Nadine Labaki, recevait le Prix de la Citoyenneté. Une projection en avant-première du film a eu lieu  au CNC après la remise du prix à Cannes.

     

     Ci-dessus, le discours de Nadine Labaki au CNC la semaine dernière.

    Retrouvez, ci-dessous, après la critique du film, la présentation détaillée de ce Prix de la Citoyenneté avec, notamment, une interview de Line Toubiana, membre cofondatrice du prix avec Françoise Camet, Guy Janvier et Jean-Marc Portolano.

    Créé cette année et attribué par un jury de professionnels (présidé par Abderrahmane Sissako pour l’édition 2018), ce prix sera chaque année décerné à un des films de la compétition officielle du Festival de Cannes.  Le jury du Prix de la Citoyenneté visionne ainsi l’ensemble des films de la compétition officielle avant de choisir celui qui, parmi ceux-ci, se verra décerner cette noble récompense.

     

    Si, comme tous les ans, plusieurs films évoquaient l’âpreté du monde contemporain, le film de Nadine Labaki était sans aucun doute celui qui correspondait le mieux aux valeurs humanistes, laïques et universalistes défendues par ce prix.

    À l'intérieur d'un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans, est présenté devant le juge. À la question : «  Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? », Zain lui répond : « Pour m'avoir donné la vie ! ». Capharnaüm retrace l'incroyable parcours de cet enfant en quête d'identité et qui se rebelle contre la vie qu'on cherche à lui imposer.

    Zain vit ainsi avec ses parents, frères et sœurs dans un appartement insalubre et spartiate qui appartient à un marchand du quartier pour lequel travaillent les enfants pour pouvoir payer le loyer. Ils transforment aussi des médicaments en stupéfiants avant de les revendre quand ils ne sont pas contraints de mendier dans la rue. Dans leur vie ne subsiste ainsi aucune lueur, ni d’enfance, ni de joie, ni d’espoir, comme dans le regard de Zain qui, à lui seul, semble exprimer toute la colère et la détresse de ses frères et sœurs face à ce quotidien misérable. Il ne s’adoucit qu’en présence de sa sœur Sahar dont il comprend rapidement qu’elle va être vendue au boutiquier. Après avoir tenté en vain et avec opiniâtreté  de la sauver de cette terrible destinée, il s’enfuit…

    Dès les premiers plans, le regard buté, boudeur, déterminé, et d’une tristesse insondable du petit Zain accroche notre attention et notre empathie pour ne plus les lâcher jusqu’à la respiration finale. Avant cela, constamment en mouvement, la caméra épouse sa fébrilité, et son énergie portée par sa rage contre les adultes, contre son destin, contre le malheur et la violence qui constamment s’abattent sur lui et qui le contraignent à en devenir un bien avant l’heure.

    Nous suivons Zain dans le chaos poussiéreux, ce dédale tentaculaire qu’est le bidonville de Beyrouth, ce capharnaüm gigantesque et oppressant. Téméraire, il tente de survivre malgré la dureté révoltante de son quotidien. Sur son chemin, il rencontre Cafardman, personnage burlesque, lunaire, drôle et tragique, qui semble là pour nous rappeler  que « l’humour est la politesse du désespoir ».  Ainsi, dans ce capharnaüm, même les héros de l’enfance ont le cafard. Zain dort d’abord dans un parc d’attractions, celui où travaille Cafardman. Plans sublimement tristes de Zain qui erre dans ce lieu censé être de jeu et de joie devenu fantomatique et sinistre, comme un vestige de son enfance à jamais inaccessible et révolue. Il y rencontre une immigrée éthiopienne qui a quitté son travail d’employée de maison après être tombée enceinte. Elle élève seule Yonas, son bébé qu’elle entoure et grise d’amour, qu’elle cache aux autorités de crainte qu’ils ne soient expulsés.  A la tendresse dont elle entoure son bébé, s’opposent l’indifférence glaciale et même la violence et les coups que Zain a subis de la part de ses parents. Quand elle disparait, il s’occupe pourtant du bébé, le nourrit, le trimballe partout avec lui, et déploie une force admirable pour celui-ci. Leur duo improbable est poignant, d’autant plus que le bébé est d’une rare expressivité et que la réalisatrice en fait un personnage à part entière. Malgré tout ce qu’il a affronté et subi, ce petit homme qu’est Zain, malgré ce regard duquel semble avoir disparu toute candeur, conserve en lui une humanité salvatrice qu’il déploie pour s’occuper de Yonas comme un pied-de-nez à ce cercle vicieux de la violence et de l’indifférence et de l’absence de tendresse.

    Capharnaüm de Nadine Labaki.jpg

    Les acteurs sont des non professionnels dont l'existence tragique ressemble à celle des personnages, et l’émotion qui se dégage du film en est décuplée. La réalisatrice s’est ainsi véritablement imprégnée  du réel. Elle  a effectué trois années de recherche et le tournage a duré six mois avec plus de 520 heures de rushes. Au premier rang des acteurs, Zain, qui porte le même prénom que son personnage, et qui se nomme Zain Al Rafeea, un petit Syrien de 14 ans, réfugié au Liban avec sa famille et découvert par une directrice de casting à Beyrouth.  Avec son naturel déconcertant, son énergie phénomènale, sa force, son regard noir et déterminé, il crève littéralement l’écran et nous emporte avec lui dans sa course folle contre le destin et contre cette roue du malheur qui semble tout emporter et broyer sur son passage, a fortiori l’humanité.

    Si dans la première version projetée à Cannes en mai dernier, la musique était parfois trop emphatique, en particulier au dénouement, cette nouvelle version resserrée présentée au CNC est absolument parfaite et quand enfin ce capharnaüm s’apaise, la lueur d’espoir qu’il laisse entrevoir est sidérante d’émotion. Comme une démonstration et une plaidoirie implacables du petit Zain et de tous les enfants qu’il représente. Le regard final face caméra, face au monde, face à nous et le sourire esquissé sont parmi les plus beaux qu’il m’ait été donné de voir au cinéma. Une respiration, enfin, après cette étouffante descente aux Enfers sans répit, malheureusement celle que vivent tant d’enfants comme le petit Zain. Ce n’est pas pour rien que Nadine Labaki joue l’avocate qui défend Zain dans le procès qui l’oppose à ses parents. Rarement l’enfance maltraitée aura connu telle plaidoirie. Ajoutez à cela un souffle romanesque, une réalisation vive et inspirée et vous obtiendrez un film bouleversant d’une rare intensité et d’une force incontestable. Oui, un film humaniste et universel, et citoyen : indéniablement.

    Quelques vidéos du jury du Prix de la Citoyenneté, de ses fondateurs, du Président de l'association Citizen Clap Laurent Cantet, et de Nadine Labaki à Cannes.

    Nadine Labaki à Cannes lors de la remise du Prix de la Citoyenneté

    Discours de Danièle Heymann, membre du jury du Prix de la Citoyenneté, lors de la remise du prix 

    Laurent Cantet à propos du Prix de la Citoyenneté à Cannes

    Abderrahmane Sissako à propos du Prix de la Citoyenneté à Cannes

    Line Toubiana lors de la présentation du film au CNC

     

    A propos du Prix de la Citoyenneté : présentation du prix

    Prix de la Citoyenneté du Festival de Cannes 2018.png

    Line Toubiana (retrouvez son interview en bas de cet article), Françoise Camet, Guy Janvier, Jean-Marc Portolano ont créé en 2017 une association, Clap Citizen Cannes. Ces quatre fondateurs de l'association, tous critiques et cinéphiles passionnés, sont attachés aux valeurs d'humanisme, d'universalisme et de laïcité de la Citoyenneté.   Le président  de l'association est Laurent Cantet (palme d'or 2008 pour  son mémorable Entre les murs).

    Laurent Cantet.jpg

    Photo - Copyright Haut et Court

    Cette association a pour but de décerner le prix de la citoyenneté  à un des films de la sélection officielle du Festival du Film International de Cannes dont l'édition 2018 aura lieu du 8 au 19 Mai.

    Le film primé incarnera des valeurs humanistes, laïques et universalistes. Le président du jury de la première édition du prix de la citoyenneté sera le cinéaste Abderrhamane Sissako.

    Sissako.jpg

    Timbuktu.jpg

    Le prix a obtenu le soutien et l’appui logistique de Pierre Lescure et Thierry Frémaux, respectivement Directeur général et Délégué général du Festival de Cannes pour décerner ce "Prix de la Citoyenneté" qui sera remis à un film de la sélection officielle et pour la première fois à l’issue du Festival de  Cannes 2018.

    Encore un prix vous direz-vous certainement. Certes, mais celui-ci me semble tout particulièrement nécessaire "parce que le monde change et parce que notre société est de plus en plus ouverte sur le monde". Il  est ainsi  destiné à accompagner son évolution : "Quel meilleur vecteur que le cinéma et sa puissance créatrice pour évoquer, analyser et réfléchir à l'évolution des réalités humaines, sociales, politiques, territoriales ?" peut-on ainsi lire sur le site officiel du prix.

    Ce Prix s'inscrit dans 2 traditions :

    • Celle de la citoyenneté telle qu’elle a été définie dans la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen de 1789 
    - Article 11 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » 
    • Celle de la résistance à l’oppression
     ...sous toutes ses formes que symbolise si bien Jean Zay, ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts qui a créé le premier Festival de Cannes en 1939, en opposition à la Mostra de Venise soutenue à l'époque par le pouvoir fasciste. 
     
    Cet prix met en avant des valeurs humanistes, des valeurs universalistes et des valeurs laïques. Ce nouveau « Prix »  célèbre ainsi l'engagement d'un film, d'un réalisateur et d'un scénariste en faveur de ces valeurs.   "Le prix de la citoyenneté du Festival International du Film de Cannes doit permettre l'émergence de valeurs humanistes, universelles et laïques, fondatrices d'une communauté de destins". Je vous recommande ainsi les pages passionnantes du site officiel du prix de la citoyenneté qui définissent ces valeurs.
     
    Abderrhamane Sissako  présidera le jury. Le Prix de la citoyenneté pour sa première édition pouvait difficilement trouver meilleur président tant ses films, dont son chef-d'œuvre Timbuktu, défendent ces valeurs.
    A ses côtés :
    -Francescoa Giai Via, critique de cinéma et professionnel de la culture et notamment directeur artistique du festival Annecy cinéma italien.
    -Danièle Heymann, journaliste française et critique de cinéma officiant notamment au Masque et la plume sur France inter. Elle a également été membre du jury du Festival de Cannes 1987.
    -Patrick Bézier, directeur général d'Audiens, groupe de protection sociale des secteurs de la culture, de la communication et des médias.
    -Léa Rinaldi, réalisatrice et productrice indépendante (Alea Films), spécialisée dans le documentaire d'immersion.

    Pour en savoir plus, je vous encourage à découvrir le site internet du prix de la citoyenneté, extrêmement bien conçu sur lequel vous pourrez également participer à un quizz sur la citoyenneté et ainsi tester vos connaissances : https://www.prix-de-la-citoyenneté.fr

    Pour adhérer à l'association (vous recevrez alors une invitation à la remise des prix au salon des Ambassadeurs à Cannes. Une projection privée du film primé sera par ailleurs réalisée à l'automne 2018 à Paris, en compagnie de Laurent Cantet et des membres du jury) : https://www.helloasso.com/associations/clap-citizen-cannes/adhesions/bulletin-adhesion-prix-de-la-citoyennete-festival-de-cannes-2018

     INTERVIEW DE LINE TOUBIANA

    Line Toubiana est cofondatrice du prix de la citoyenneté, elle est également romancière. Je vous recommande ainsi vivement Un lieu à soi, écriture croisée sur deux lieux très différents, Cannes  et Beaumont du Gâtinais, petit village ignoré en campagne française, savoureux jeu d'oppositions et d'échos symboliques. Elle est aussi journaliste : retrouvez ici sa passionnante interview de Gilles Jacob dans son émission Le cinéma parlant pour son excellent Dictionnaire amoureux du Festival de Cannes (dont je vous parle également longuement, ici, LE livre incontournable pour tous ceux que le Festival de Cannes intrigue ou intéresse). 

    Un lieu à soi Line Toubiana.jpg

     

    Dictionnaire amoureux du Festival de Cannes de Gilles Jacob - Plon.gif

     

    Bonjour Line Toubiana,

    -Vous êtes cofondatrice de ce nouveau prix, le prix de la citoyenneté, une judicieuse initiative qui permettra de récompenser un film défendant des valeurs citoyennes parmi les films de la compétition officielle du Festival de Cannes. Pouvez-vous nous parler de la genèse de ce prix ?  En quoi, selon vous, un nouveau prix et celui-ci en particulier, était-il nécessaire ?

    L'idée de ce prix est née à la faveur du 70 ème anniversaire du Festival de Cannes qui rappelle la mémoire de Jean Zay, fondateur du Festival de Cannes. Il nous a semblé nécessaire de remettre à l'honneur les valeurs essentielles de la citoyenneté qui étaient siennes : résistance à l’oppression, humanisme, universalisme et laïcité.

    - On imagine aisément que la création d’un tel prix au sein du plus grand festival de cinéma au monde nécessite une importante logistique mais aussi des moyens conséquents. Pourquoi est-ce important d’adhérer à l’association ?

    Nous avons d’abord obtenu l’accord du président Pierre Lescure qui nous a assuré du soutien logistique du Festival. Nous avons de ce fait créé notre association Clap Citizen Cannes et avons demandé à Laurent Cantet (Palme d’or 2008) d’en être le Président. Les trois autres membres fondateurs, Françoise Camet, Guy Janvier, Jean-Marc Portolano  et moi-même sommes fiers de la constitution de notre jury dont le président est Abderrhamane Sissako.

    La mise en œuvre de ce Prix en amont, et sur place à Cannes, exige un investissement important et des partenaires. Si nous avons quelques contributions, celles-ci restent encore très justes. C’est pourquoi le soutien d’adhérents nombreux nous aiderait à réaliser cette manifestation dans de bonnes conditions. Je ne peux qu’encourager l’adhésion qui est en ligne sur notre site. Je tiens à signaler, si besoin est, que nous sommes tous les 4 fondateurs et organisateurs de ce Prix, parfaitement bénévoles.  Le site : https://www.prix-de-la-citoyenneté.fr

    Les adhérents seront invités à la projection du film primé en avant-première lors de la sortie nationale du film, à Paris ou à Cannes, en présence du réalisateur.

    Nous sommes ravis d’avoir également un partenariat au Festival de Cannes avec France média Monde qui va contribuer à donner un rayonnement et une visibilité internationale à notre prix.

    -Vous êtes également auteure (vous avez notamment coécrit Un lieu à soi  - Editions L’Harmattan, déclaration d’amour à Cannes, pleine de sensibilité et de douce mélancolie) mais aussi critique de cinéma. Vous animez ainsi une émission de cinéma. Et vous couvrez le Festival de Cannes depuis de nombreuses années. Depuis quand couvrez-vous ainsi le festival ? Quel regard portez-vous sur celui-ci et sur son évolution ? Si un film projeté dans le cadre du festival depuis sa création devait pour vous symboliser les valeurs que défend le prix de la citoyenneté, quel serait-il ?

    Cela fait effectivement très longtemps que je suis passionnée de cinéma, du Festival de Cannes et de la ville de Cannes. Comme l’indique le titre de mon ouvrage Un lieu à soi je me sens cannoise à part entière, mais aussi citoyenne du monde ! J’ai couvert le festival aussi bien pour la presse écrite que pour la radio et je l’ai vu grandir et évoluer jusqu’à devenir le plus grand évènement artistique mondial. Grâce à Gilles Jacob, ses prédécesseurs et successeurs, le Festival promeut le cinéma international d’auteur, de qualité, de haut niveau artistique. Si je garde bien sûr un regard quelque peu nostalgique sur l’Ancien Palais et le Blue bar, je ne suis pas moins admirative des proportions gigantesques qu’a pris ce festival d’année en année.

     Il est difficile de choisir un film le plus citoyen parmi des centaines, mais je mettrais en avant le cinéma  des frères Dardenne qui est le plus en accord avec les valeurs de ce prix.

    - Si vous aviez eu à remettre le prix de la citoyenneté parmi un film de la compétition officielle du Festival de Cannes  2017, lequel selon vous aurait le mieux incarné les valeurs défendues par le prix ?

    Sans hésiter pour le film The Square de Ruben Ostlund, film dérangeant et provocateur mais qui prône sans concession, avec force et talent, la nécessité de la vraie solidarité et de l’altruisme dans notre société en proie à la violence et à la misère.

    -Que pensez-vous de la sélection officielle 2018, en particulier au regard du prix de la citoyenneté qui sera décerné parmi un de ces films ?

    Il y a beaucoup de cinéastes engagés dans cette sélection très prometteuse des valeurs que défend ce Prix : Asghar Farhadi, Stéphane Brizé, Spike Lee, Kirill Serebrennikov… Mais un film citoyen n’est pas seulement militant. Je pense que le Jury a pour cette première année, la chance d’avoir une matière idéologique et artistique à débattre, de superbe tenue.

    - Vous avez l’honneur d’avoir pour président de l’association Laurent Cantet et pour président du jury de la première édition, Abderrhamane Sissako. Pouvez-vous nous dire en quoi ils incarnent les valeurs défendues par ce prix, les raisons de ces choix et comment ces derniers ont accueilli la création de ce prix ?

    Ces deux grands cinéastes se sont imposés tout naturellement dans le choix des deux présidences. Nous avons eu effectivement le grand honneur qu’ils acceptent tout aussi volontiers d’être les personnalités phares de l’association et du premier Jury du Prix de la citoyenneté.

    Leurs filmographies respectives interrogent le monde sur les questions de liberté, de tolérance, de transmission, de respect de l’homme et de sa dignité.. Aussi bien les films Timbuktu d’Abderrhamane Sissako qu’Entre les murs de Laurent Cantet portent, chacun à sa manière, au plus haut point, les valeurs que défend ce Prix d’une citoyenneté toujours vigilante.

    Pour plus de précision consulter le site du Prix de la Citoyenneté : https://www.prix-de-la-citoyenneté.fr

  • Festival de Cannes 2019 - Critique de ETREINTES BRISEES d'Almodovar en attendant DOULEUR ET GLOIRE (compétition)

     

    douleur et gloire de pedro almodovar.png

    En attendant de découvrir "Douleur et gloire" de Pedro Almodovar (en compétition du 72ème Festival de Cannes), je vous invite à revoir le remarquable "Etreintes brisées" (dont vous pourrez retrouver ma critique ci-dessous), qui fut également en compétition à Cannes, en 2009. Les deux films semblent d'ailleurs avoir plus d'un point commun. 

    Synopsis de "Douleur et gloire" :

    Douleur et Gloire raconte une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.

    etreintes.jpg

    Cinq des films de Pedro Almodovar avant "Douleur et gloire" – Tout sur ma mère (Todo Sobre mi Madre, Prix de la Mise en scène), Volver (Prix du Scénario, Prix collectif d’Interprétation féminine), Étreintes brisées (Los Abrazos Rotos), La Piel que Habito, Julieta – ont été sélectionnés en Compétition au Festival de Cannes. Enfin La Mauvaise Éducation (La Mala Educación) a fait l’ouverture du Festival en 2004 tandis que le réalisateur figure sur l’affiche officielle de la 60e édition.

    Aujourd'hui, je vous propose ma critique d'Etreintes brisées qui fut en compétition en 2009.

    Certes « Les Etreintes brisées » n’est pas le film le plus fou, le plus extravagant, le plus délirant de Pedro Almodovar mais il n’en demeure pas moins remarquable à de nombreux points de vue… et l’un de ses meilleurs films, peut-être même le plus maîtrisé. En tout cas, l’un de mes favoris de cette compétition cannoise 2009 avec, notamment « Inglourious Basterds » de Quentin Tarantino (que Pedro Almodovar, en cinéphile, était d’ailleurs allé voir en séance du lendemain, au Festival de Cannes).

    Synopsis : Il y a 14 ans, dans un violent accident de voiture dans l’île de Lanzarote, un homme (Lluis Homar) a perdu la vue mais aussi la femme de sa vie, Lena (Penelope Cruz). Sa vie se partage alors en deux parties à l’image de ses deux noms : Harry Caine, pseudonyme ludique sous lequel il signe ses travaux littéraires, ses récits et scénarios ; et Mateo Blanco, qui est son nom de baptême sous lequel il vit et signe les films qu’il réalise. Après l’accident, il n’est alors plus que son pseudonyme : Harry Caine. Dans la mesure où il ne peut plus faire de films, il s’impose de survivre avec l’idée que Mateo Blanco est mort à Lanzarote aux côtés de Lena.

    Pedro Almodovar, habitué de la Croisette et de la compétition cannoise (juré en 1992, en compétition pour « Tout sur ma mère » en 1999- prix de la mise en scène -, pour « La mauvaise éducation » en 2004 –présenté hors compétition- ; pour « Volver » en 2006 –prix du scénario et d’interprétation collectif-) est, en 2009 reparti bredouille pour un film dont la mise en scène d’une impressionnante beauté et maîtrise,  le scénario impeccable et l’interprétation remarquable de Penelope Cruz auraient pourtant pu lui permettre de figurer au palmarès, à ces différents titres.

    Aussi invraisemblable que cela puisse paraître certains cinéastes ne sont pas des cinéphiles mais au même titre que Picasso maîtrisait parfaitement l’histoire de la peinture, condition sine qua non au renouvellement de son art, il me semble qu’un cinéaste se doit de connaître et d’être imprégné de l’histoire du cinéma, comme Pedro Almodovar qui, dans ce film, en plus de témoigner de sa cinéphilie livre une véritable déclaration d’amour au cinéma (il rend notamment hommage à Hitchcock, Antonioni, Malle, Rossellini… ).  Et à Penelope Cruz qu’il sublime comme jamais, en femme fatale, brisée et forte, à la fois Marilyn Monroe, lumineuse et mélancolique, et Audrey Hepburn, gracile et déterminée.

    « Les Etreintes brisées » est un film labyrinthique d’une grande richesse : un film sur l’amour fou, le cinéma, la fatalité, la jalousie, la trahison, la passion, l’art. Un film dans lequel,  à l’image du festival de Cannes, cinéma et réalité se répondent, s’imbriquent, se confondent.

    La mise en abyme, à l’image de tout ce film, est double : il y a d’une part le film que réalise Harry Caine mais aussi le making of de son film.  Harry Caine est lui-même double puisque c’est le pseudonyme de Mateo Blanco. Il meurt doublement : il perd la vue, la cécité étant la mort pour un cinéaste ; il perd la femme qu’il aime, une étreinte brisée qui représente la mort pour l’homme amoureux qu’il est aussi. Un film morcelé à l’image de ces photos en mille morceaux de Lena, d’une beauté tragique.

    Et puis que dire de la réalisation… Flamboyante comme ce rouge immédiatement reconnaissable comme celui d’un film de Pedro Almodovar.  D’un graphique époustouflant comme ce film que Mateo Blanco réalise. Sensuelle comme ces mains qui caressent langoureusement une image à jamais évanouie. Son scénario joue avec les temporalités et les genres (film noir, comédie, thriller, drame) avec une apparente facilité admirable.

    Peut-être la gravité mélancolique a-t-elle désarçonné les aficionados du cinéaste qui n’en oublie pourtant pas pour autant sa folie jubilatoire comme dans ce film dans le film « Filles et valises », hommage irrésistible à « Femmes au bord de la crise de nerfs ».

    Un film gigogne d’une narration à la fois complexe et limpide, romantique et cruel, qui porte la poésie langoureuse, la beauté mélancolique et fragile de son titre, un film qui nous emporte dans ses méandres de passions, un film pour les amoureux, du cinéma. Un film qui a la beauté, fatale et languissante, d’un amour brisé en plein vol… Un film qui a la gravité sensuelle de la voix de Jeanne Moreau, la beauté incandescente d’une étreinte éternelle comme  dans « Voyage en Italie » de Rossellini, la tristesse lancinante de Romy Schneider auxquels il se réfère.

    Penelope Cruz, d’une mélancolie resplendissante, pour cette quatrième collaboration,  aurait de nouveau mérité le prix d’interprétation et sa prestation (mais aussi celles de tous ses acteurs et surtout actrices auxquels il rend ici hommage, parfois juste le temps d’une scène comme pour Rossy de Palma)  prouve à nouveau quel directeur d’acteurs est Pedro Almodovar qui sait aussi, en un plan, nous embraser et embrasser dans son univers, immédiatement identifiable, la marque, rare, des grands cinéastes.

    Un film empreint de dualité sur l’amour fou par un (et pour les) amoureux fous du cinéma, le cinéma qui survit à la mort, à l’aveuglement, qui sublime l’existence et la mort, le cinéma qui reconstitue les étreintes brisées, le cinéma paré de toutes les vertus. Même celle de l’immortalité. Un film par lequel je vous recommande vivement de vous laisser charmer et enlacer.

    En bonus, cliquez ici pour retrouver mon compte rendu du Festival Lumière de Lyon 2014 lors duquel Pedro Almodovar a reçu le prix Lumière et fut mis à l'honneur (vidéos etc).