Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JURYS - Page 4

  • Isabelle Huppert présidera le jury du 62ème Festival de Cannes

    isabelle.jpg

    pianiste.jpgC’est Isabelle Huppert qui succédera à Sean Penn et présidera le jury du 62e Festival international de Cannes du 13 au 24 mai 2009, un festival qui l'a récompensée du prix d’interprétation féminine à deux reprises :  avec "La Pianiste" de Michael Haneke en 2001 (un prix décerné à l'unanimité) et "Violette Nozière" de Claude Chabrol en 1978.

     Isabelle Huppert est en effet une habituée de ce festival dont elle fut également jurée (en 1984, sous la présidence de Dirk Bogarde, la palme d'or sera alors remise à Wim Wenders pour "Paris, Texas") et maîtresse de cérémonie, et où pas moins de 14 films dans lesquels elle a joué ont été présentés en compétition.

    Très peu de femmes ont présidé ce prestigieux jury : Liv Ullman, Jeanne Moreau, Françoise Sagan...

    violette.jpgEn plus de ses récompenses cannoises, parmi de nombreux prix l'actrice fétiche de Claude Chabrol (qu'il serait d'ailleurs amusant de retrouver également dans le jury...?) a été récompensée de prix spéciaux pour sa carrière à San Sebastian en 2003 et à Venise en 2005 (Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière).

    "Je suis très heureuse et très fière. Cannes et moi, c'est une longue histoire et ce prochain rendez-vous scelle définitivement mon amour pour le festival, et donc pour le cinéma mondial.Cannes, c'est la porte ouverte à toutes les nouvelles idées du monde. En être une spectatrice privilégiée m'enthousiasme", a déclaré Isabelle Huppert.

    Thierry Frémaux, délégué général du festival présidé par Gilles Jacob, a expliqué avoir voulu "rendre hommage à celle qui met sa popularité de comédienne au service du cinéma d'auteur, qui s'engage auprès des jeunes metteurs en scène et que les cinéastes étrangers admirent".

    FILMOGRAPHIE D’ISABELLE HUPPERT

    I'm Not A Fucking Princess (projet) (Prochainement), de Eva Ionesco

    Copacabana (Prochainement), de Marc Fitoussi

    Des parents formidables (projet) (Prochainement), de Jean-Marie Poiré

    Une affaire de trahison (projet) (Prochainement), de Olivier Assayas

    White Material (Prochainement), de Claire Denis Maria

    L'Amour caché (Prochainement), de Alessandro Capone Danielle

    Villa Amalia (2009), de Benoît Jacquot

    Un barrage contre le Pacifique (2009), de Rithy Panh

    Home (2008), de Ursula Meier

    Nue propriété (2007), de Joachim Lafosse

    nuep.jpg

    Médée Miracle (2007), de Tonino De Bernardi

    L'Ivresse du pouvoir (2006), de Claude Chabrol  

    ivresse.jpg

    Gabrielle (2005), de Patrice Chéreau

    J'adore Huckabees (2005), de David O. Russell

    Les Soeurs fâchées (2004), de Alexandra Leclère

    soeurs.jpg

    Ma mère (2004), de Christophe Honoré

    Le Temps du loup (2003), de Michael Haneke

    Deux (2002), de Werner Schroeter

    La Vie promise (2002), de Olivier Dahan

    viep.jpg

    8 femmes (2002), de François Ozon

    deux.jpg

    La Pianiste (2001), de Michael Haneke

    Comédie de l'innocence (2001), de Raoul Ruiz

    Merci pour le chocolat (2000), de Claude Chabrol

    Les Destinées sentimentales (2000), de Olivier Assayas

    Saint-Cyr (2000), de Patricia Mazuy

    La Fausse Suivante (2000), de Benoît Jacquot

    La Vie moderne (2000), de Laurence Ferreira Barbosa

    Pas de scandale (1999), de Benoît Jacquot

    L'Ecole de la chair (1998), de Benoît Jacquot

    Rien ne va plus (1997), de Claude Chabrol

    Les Affinités électives (1997), de Paolo Taviani

    Les Palmes de M. Schutz (1997), de Claude Pinoteau

    Poussieres d'amour (1996), de Werner Schroeter  

    Les Voyages de Gulliver (TV) (1996), de Charles Sturridge

    La Cérémonie (1995), de Claude Chabrol

    Lumière et compagnie (1995), de Lasse Hallström Voix (segment A. Kiarostami)

    Un siècle d'écrivains : Nathalie Sarraute (TV) (1995), de Jacques Doillon récitante (voix)

    Amateur (1994), de Hal Hartley

    La Séparation (1994), de Christian Vincent

    L'Inondation (1994), de Igor Minaiev

    Après l'amour (1992), de Diane Kurys

    Madame Bovary (1991), de Claude Chabrol

    Malina (1991), de Werner Schroeter

    Contre l'oubli (1991), de Patrice Chéreau

    La Vengeance d'une femme (1990), de Jacques Doillon

    Une Affaire de femmes (1988), de Claude Chabrol

    Migrations (1988), de Aleksandar Petrovic

    Les Possédés (1988), de Andrzej Wajda  

    Faux témoin (1987), de Curtis Hanson

    Milan noir (1987), de Kerry McMullen

    Cactus (1986), de Paul Cox

    Sac de noeuds (1985), de Josiane Balasko

    Signé Charlotte (1985), de Caroline Huppert

    La Garce (1984), de Christine Pascal

    Passion (1984), de Jean-Luc Godard  

    Coup de foudre (1983), de Diane Kurys

    La Femme de mon pote (1983), de Bertrand Blier

    L'Histoire de Piera (1983), de Marco Ferreri

    La Truite (1982), de Joseph Losey

    Eaux profondes (1981), de Michel Deville

    Coup de torchon (1981), de Bertrand Tavernier

    La Porte du paradis (1981), de Michael Cimino

    Les Ailes de la colombe (1981), de Benoît Jacquot

    La Dame aux camelias (1981), de Mauro Bolognini

    Loulou (1980), de Maurice Pialat

    Les Héritières (1980), de Marta Meszaros

    Les Soeurs Brontë (1979), de André Téchiné

    Retour à la bien-aimee (1979), de Jean-François Adam

    Sauve qui peut (la vie) (1979), de Jean-Luc Godard

    Violette Nozière (1978), de Claude Chabrol

    Des enfants gâtés (1977), de Bertrand Tavernier

    Les Indiens sont encore loin (1977), de Patricia Moraz

    Le Juge et l'Assassin (1976), de Bertrand Tavernier

    La Dentellière (1976), de Claude Goretta

    Le Petit Marcel (1976), de Jacques Fansten

    Docteur Françoise Gailland (1976), de Jean-Louis Bertucelli

    Je suis Pierre Rivière (1976), de Christine Lipinska

    Dupont Lajoie (1975), de Yves Boisset

    Aloïse (1975), de Liliane de Kermadec

    Rosebud (1975), de Otto Preminger

    Le Grand délire (1975), de Denis Berry

    Les Valseuses (1974), de Bertrand Blier   

    Glissements progressifs du plaisir (1974), de Alain Robbe-Grillet  

    Sérieux comme le plaisir (1974), de Robert Benayoun

    César et Rosalie (1972), de Claude Sautet

    Le Bar de la fourche (1972), de Alain Levent  

    Faustine et le bel été (1972), de Nina Companeez

    Je vous rappelle que vous pourrez suivre ce 62ème Festival de Cannes, en direct sur « In the mood for cinema » et sur « In the mood for Cannes ».

  • Compositions des jurys du 61ème Festival de Cannes

    Je précise au préalable que toutes ces informations résultent de la conférence de presse du Festival de Cannes de ce 23 Avril et que ces informations seront prochainement enrichies et annoncées sur ce blog dès leur proclamation.

    Jury des longs métrages du 61ème Festival de Cannes

    Le Jury des longs métrages: est un jury officiel international composé d'un Président et de personnalités du cinéma (artistes, réalisateurs, acteurs, écrivains, intellectuels...). Il établit le Palmarès des longs métrages en Compétition et décerne lors de la cérémonie de clôture : la Palme d'or, le Grand Prix, les Prix d'interprétation féminine et masculine, le Prix de la mise en scène, le Prix du scénario et le Prix du Jury.

    Sean PENN, Président

    (Acteur, réalisateur, scénariste américain)

    Sergio CASTELLITTO (Acteur, réalisateur, scénariste italien)

    Natalie PORTMAN (Actrice israélo-américaine)

    Alfonso CUARON (Réalisateur mexicain)

    Apichatpong WEERASETHAKUL (Réalisateur thaïlandais)

    Alexandra Maria LARA (Actrice allemande)

    Rachid BOUCHAREB (Réalisateur français)

    Ajouts du 1er Mai 2008:

    -Jeanne BALIBAR (actrice Française)

    -MARJANE SATRAPI (Auteur-réalisatrice)

    Jury de la Cinéfondation et des courts métrages du 61ème Festival de Cannes

    Le Jury de la Cinéfondation et courts métrages: est un jury officiel international composé d'un Président et de quatre personnalités du cinéma. Il décerne la Palme d'or du court métrage et récompense les trois meilleurs films de la Cinéfondation.

    HOU Hsiao Hsien, Président

    (Réalisateur et producteur taïwanais)

    Suzanne BIER (Réalisatrice danoise)

    Marina HANDS (Actrice française)

    Olivier ASSAYAS (Réalisateur français)

    Larry KARDISH (Conservateur du département cinéma du MoMA, américain)

    Jury Un Certain Regard du 61ème Festival de Cannes

    Le Jury Un Certain Regard: est composé d’un président entouré de journalistes et de professionnels. Il décerne le Prix Un Certain Regard au meilleur film et a de plus la possibilité de distinguer deux autres films.

    Fatih AKIN, Président

    (Réalisateur allemand)

    Ajout du 7 Mai:

    Fatih Akin présidera le Jury Un Certain Regard du Festival de Cannes. Réalisateur, scénariste et producteur allemand, Fatih Akin a reçu le Prix du scénario lors du 60e Festival de Cannes pour De l’Autre Côté.

    Il sera entouré pour remettre le Prix Un Certain Regard de la journaliste indienne Anupama Chopra (New Delhi Television), de la journaliste russe Catherine Mtsitouridze (1ère chaîne nationale russe), du critique Egyptien Yasser Moheb (Al Ahram Hebdo) et de José Maria Prado, Directeur de la Filmoteca Española.

    Le Prix Un Certain Regard est décerné chaque année par son jury lors de la clôture du Certain Regard, qui a lieu salle Debussy, la veille du Palmarès officiel. Il est parrainé par la Fondation Groupama-Gan pour le cinéma.

    Jury Caméra d’or

    Le Jury de la Caméra D’Or: depuis 1978, ce Jury indépendant décerne le Prix de la Caméra d'Or au meilleur premier film de toutes les sélections (Sélection officielle, Quinzaine des Réalisateurs ou Semaine Internationale de la Critique). Ce jury est composé d'un Président désigné par le Conseil d'Administration du Festival et de réalisateurs, techniciens et critiques français et étrangers désignés par leurs organisations professionnelles respectives.

    Bruno DUMONT, Président

    (Réalisateur français)

  • "Into the wild" de Sean Penn (président du Festival 2008): une quête de vérité bouleversante

    Voici la première critique consacrée au Président du Festival de Cannes 2008, Sean Penn (voir l'article précédent consacré au président du Festival 2008), avec "Into the wild", la dernière réalisation de l'acteur-réalisateur. D'autres suivront bientôt et bien sûr à l'image de l'an passé, toutes les informations concernant ce Festival de Cannes 2008 vous seront communiquées au fur et à mesure de leur annonce... Les articles sur "In the mood for Cannes" vont donc prochainement s'intensifier et devenir de nouveau quotidiens.

    f974babb100e87a39f2094f4bfe3ede1.jpgQuel voyage saisissant ! Quelle expérience envoûtante ! A la fois éprouvante et sublime. Je devrais commencer par le début avant d’en venir à mes impressions mais elles étaient tellement fortes que parmi toutes ces sensations puissantes et désordonnées suscitées par ce film, c’était ce qui prévalait, cette impression pas seulement d’avoir vu un film mais d’avoir effectué un voyage, un voyage en moi-même, et d’avoir vécu une véritable expérience sensorielle. Depuis que j’ai vu ce film, hier, il me semble penser à l’envers, du moins autrement, revenir moi aussi (plutôt, moi seulement, certains n’en reviennent pas) d’un voyage initiatique bouleversant.

    Mais revenons au début, au jeune Christopher McCandless, 22 ans, qui reçoit son diplôme et avec lui le passeport pour Harvard, pour une vie tracée, matérialiste, étouffante. Il décide alors de tout quitter : sa famille, sans lui laisser un seul mot d'explication, son argent, qu’il brûle, sa voiture, pour parcourir et ressentir la nature à pied, et même son nom pour se créer une autre identité. Et surtout sa vie d’avant. Une autre vie. Il va traverser les Etats-Unis, parcourir les champs de blé du Dakota, braver les flots agités du Colorado, croiser les communautés hippies de Californie, affronter le tumulte de sa conscience pour atteindre son but ultime : l’Alaska, se retrouver « into the wild » au milieu de ses vastes étendues grisantes, seul, en communion avec la nature.

    Dès les premières secondes la forme, qui attire d’abord notre attention, épouse intelligemment le fond. Des phrases défilent sur l’écran sur des paysages vertigineux, parce que ce sont les deux choses qui guident Christopher : l’envie de contempler la nature, de se retrouver, en harmonie avec elle et la littérature qui a d’ailleurs en partie suscité cette envie, cette vision du monde. Jack London. Léon Tolstoï.  Et en entendant ces noms, je commence à me retrouver en territoires connues, déjà troublée par ce héros si différent et si semblable. Influencé par Henry David Thoreau aussi, connu pour ses réflexions sur une vie loin de la technologie…et pour la désobéissance civile.

    Puis avec une habileté déconcertante et fascinante Sean Penn mélange les temporalités ( instants de son enfance, sa vie en Alaska, seul dans un bus au milieu de paysages sidérants de beauté) et les rencontres marquantes de son périple, les points de vue (le sien, celui de sa sœur), les fonctions de la voix off (lecture, citations, impressions)brouillant nos repères pour en créer d’autres, trouver les siens, transgressant les codes habituelles de la narration filmique, s’adressant même parfois à la caméra, à nous, nous prenant à témoin, nous interpellant, nous mettant face à notre propre quête. De bonheur. De liberté. Et surtout : de vérité.

    Au travers de ces différentes étapes,  nous le découvrons, ainsi que ce qui l’a conduit à effectuer ce périple au bout de lui-même en même temps que lui chemine vers la réconciliation avec lui-même, avec son passé, avec son avenir. En phase avec l’instant, l’essentiel, le nécessaire. Un instant éphémère et éternel. Carpe diem. Au péril de sa vie, au péril de ceux qui l’aiment. Mais c’est sa vérité. Paradoxale : égoïste et humaniste. 

     Comme son protagoniste, la réalisation de Sean Penn est constamment au bord du précipice, à se faire peur, à nous faire peur mais jamais il ne tombe dans les écueils qu’il effleure parfois : celui d’un idéalisme aveugle et d’un manichéisme opposant la nature innocente et noble à la société pervertie. Non : la nature est parfois violente, meurtrière aussi, et sa liberté peut devenir étouffante, sa beauté peut devenir périlleuse. Et la mort d’un élan la plus grande tragédie d’une vie. De sa vie. La fin d’un élan, de liberté.

    « Into the wild » fait partie de ces rares films qui vous décontenancent et vous déconcertent d’abord,  puis vous intriguent et vous ensorcellent ensuite progressivement, pour vous emmener vous aussi bien au-delà de l’écran, dans des contrées inconnues, des territoires inexplorées ou volontairement occultées, même en vous-même. Avec le protagoniste, nous éprouvons cette sensation de liberté absolue, enivrante. Ce désir de simplicité et d’essentiel, cette quête d’un idéal. D’un chemin particulier et singulier ( C’est une histoire vraie, Christopher McCandless a réellement existé, son histoire a inspiré « Voyage au bout de la solitude » du journaliste américain Jon Krakauer) Sean Penn écrit une histoire aux échos universels . Un chemin au bout de la passion, au bout de soi, pour se (re)trouver. Pour effacer les blessures de l’enfance. Et pour en retrouver la naïveté et l’innocence.

    2H27 pour vivre une renaissance. Enfance. Adolescence. Famille. Sagesse. Au fil de ses rencontres, magiques, vraies, il se reconstitue une famille. Chaque rencontre incarne un membre de sa famille, l’autre, celle du cœur : sa mère, son père, sa sœur.  Sur chaque personnage Sean Penn porte un regard empli d’empathie, jamais condescendant  à l’image de cette nature. A fleur de peau. Sauvage. Blessée. Ecorchée vive.

    La photographie du célèbre et talentueux Eric Gautier révèle la beauté et la somptuosité mélancolique de la nature comme elle révèle Christopher à lui-même, confrontant l’intime au grandiose. La bande originale poignante  composée par Eddie Vedder du groupe « Pearl Jam » contribue à cette atmosphère sauvage et envoûtante, il a d’ailleurs obtenu le Golden Globe 2008 de la meilleure chanson. Et puis évidemment Emile Hirsch d’une ressemblance troublante avec Leonardo Di Caprio (Sean Penn avait d’ailleurs pensé à lui pour le rôle), par son jeu précis et réaliste, par sa capacité à incarner ce personnage à tel point qu’il semble vraiment exister, vibrer, vivre, mourir et renaître, sous nos yeux, est indissociable à la réussite de ce film.

    Avec ce quatrième long-métrage (après « The Indian Runner », « Crossing guard », « The pledge ») Sean Penn signe (il a aussi écrit le scénario) un film magistralement écrit, mis en scène (avec beaucoup de sensibilité, d’originalité et de sens) et mis en lumière, magistralement interprété, un road movie animé d’un souffle lyrique, un road movie tragique et lumineux, atypique et universel. 

     Vous ne ressortirez ni  indifférents, ni indemnes. Ce film va à l’essentiel, il vous bouscule et vous ensorcelle, il vous embarque bien au-delà de l’écran, dans sa quête d’absolu, de liberté, de bonheur. Un voyage aux confins du monde,  de la nature, un voyage aux confins  de l'être, de vous-même… Un film d’auteur. Un très grand film. D'un très grand auteur. Qui se termine sur des battements de cœur. Celui du héros qui renait. Au cœur de la vérité.

    Voilà qui est de très bon augure pour ce 61ème Festival de Cannes dont Sean Penn présidera le jury. De belles surprises en perspective…

    Sandra.M

  • Festival de Cannes 2008: Sean Penn, président 2008

    Après quelques mois d'inactivité, "In the mood for Cannes" reprend à l'occasion de la première annonce concernant ce Festival de Cannes 2008, ce blog continuera ainsi à être régulièrement alimenté jusqu'au prochain Festival de Cannes qui aura lieu du 14  au 25 Mai 2008 .

    J'en profite pour vous signaler la création d'un groupe Facebook dédié à ce blog et consacré au Festival de Cannes. Je vous invite à vous y inscrire: http://www.facebook.com/group.php?gid=7118648501 .

    6d02ee89b99117eab491dcc52b15bbe3.jpg

    L’info cinématographique de la semaine, c’est donc l’annonce du prochain président du jury du Festival de Cannes. Sean Penn présidera le jury du Festival de Cannes 2008 et succédera ainsi à Wong Kar Wai (2006) et à Stephen Frears (2007) qui présidait le jury du 60ème Festival. Difficile de faire mieux que cette soixantième édition et pourtant 3af2fcbdc8318ccbf3c1367196b2315c.jpgavec Sean Penn pour président cette 61ème édition s’annonce pour le mieux : un des meilleurs acteurs de sa génération-Sean Penn a 47 ans- (voire le meilleur ?) qui avait d’ailleurs reçu le prix d’interprétation à Cannes en 1997  pour « She’s so lovely » de Nick Cassavetes, un acteur aux nuances de jeu impressionnantes, à la force et à l’intensité du regard (d’acteur et de cinéaste) saisissantes,  aux choix filmographiques brillants avec très peu d’erreurs de parcours, un acteur et un personnage à fleur de peau,  un écorché vif avec une fureur de vivre à la James Dean, qui peut aussi bien jouer les personnages violents ou cyniques (souvent), dans des thrillers, que les êtres égarés, un acteur aux positions politiques affirmées notamment lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis en Irak. Voilà qui annonce de belles surprises pour le déroulement et le palmarès de cette 61ème édition! Vous pourrez retrouver des critiques de films de Sean Penn jusqu’au festival sur mon autre blog In the mood for Cannes et prochainement ma critique de son dernier film en tant que réalisateur « Into the wild », également sur In the mood for cinema.

    41007ef53ffc0c72b39369fed62d4aa8.jpg Pour moi, Sean Penn ce sont donc des souvenirs de films magnifiques en tant qu’acteur ( « 21 grammes » et « Mystic river » figurant parmi mes favoris ainsi que « The game » même si son rôle y est de moindre importance),  et réalisateur (« The Pledge », « Crossing guard »), d’un acteur qui a tourné avec les plus grands ( Sydney Pollack, Clint Eastwood, Inarritu, Woody Allen, Oliver Stone, Brian de Palma, Julian Schnabel, Louis Malle, Nick Cassavetes, et récemment avec Gus Van Sant…) souvent dans des films dits d’auteur « malgré » parfois des budgets élevés, toujours avec un vrai regard et parti pris, d’un acteur qui n’ hésite pas à accompagner des premières œuvres ou des films a priori plus confidentiels, un acteur qui fait des choix cinématographiques plutôt que commerciaux, qui réfléchit en termes d’art plus que de box office.

    Sean Penn c’est aussi pour moi le souvenir magique, étrange, surréaliste, brumeux et inoubliable d’une rencontre alors que j’étais dans le jury jeunes du Festival du Film de Paris 1998 et alors qu’il présidait le jury du festival. Comme Sean Penn n’avait pas vu de film de nos présidents du jury Nadia Farès et Thierry Frémont, une projection privée avait été organisée dans une salle de projection d’un célèbre restaurant des Champs Elysées pour nous 10 et Sean Penn. C’est là aussi qu’eut lieu la rencontre entre les jeunes cinéphiles de notre jury et l’acteur. Je me souviens d’un regard puissant et fatigué, que nous avions regardé "Les Démons de Jésus" ( !) de Bernie Bonvoisin dans une ambiance recueillie, je me souviens m’être dit que ce film et son langage argotique devait être vraiment incompréhensible, consternant et rébarbatif traduit en anglais , je me souviens qu’il avait applaudi avec beaucoup de politesse, je me souviens que ses lunettes pendant la projection dissimulaient astucieusement son regard fatigué, voire (chut, ne le répétez pas) endormi, je me souviens d’un festival qui a à jamais rendu ma passion pour le cinéma incurable entre découvertes cinéphiliques, rencontres marquantes , instants de vie et de cinéma gravés, de  « Bienvenue à Gattaca »,  « Gadjo Dilo », « Serial Lover » je me souviens de cette semaine trépidante, il y a 10 ans déjà, si proche et si lointaine,  où rien ne semblait impossible, où tout semblait irréel,   je me souviens d’un festival qui honorait alors Paris et qui a malheureusement disparu.

    059aedc197d1a3049fff2987ee627442.jpg
    Cérémonie de clôtude du Festival du Film de Paris 1998-De gauche à droite: Jean Tiberi, Sean Penn, Rona Hartner, je vous laisse deviner à qui appartient le bout de nez qui dépasse, Carmen Chaplin, deux autres membres du jury jeunes
    46884bc46e594f6950acda3f9d1174d1.jpg

      Sean Penn c’est aussi pour moi le souvenir d’un instant  involontairement dérobé, d’une silhouette solitaire, frêle et imposante, surprise lors du Festival de Cannes alors qu’il attendait nerveusement les réactions du public dans un recoin du palais des festivals alors qu’il était venu accompagner le très beau « Mystic River » de Clint Eastwood pour lequel il a d’ailleurs obtenu l’Oscar du meilleur acteur en 2004.

    « Partout dans le monde, le cinéma semble faire l’objet d’un intense renouveau : de plus en plus de films éveillent l’imaginaire et provoquent émotion et réflexion, dans l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes extrêmement talentueux. Le Festival de Cannes est depuis longtemps l’épicentre mondial de la découverte des nouvelles vagues de réalisateurs. C’est pourquoi il me tarde d’y participer cette année comme président du jury »,  a commenté Sean Penn dans le communiqué de presse du festival de Cannes.

    Je vous laisse relire son impressionnante filmographie ci-dessous plus éloquente que n’importe quel article ou discours…

    La filmographie de Sean Penn

    cd66de61f6c12e2228c40b0fa5dbae81.jpg

    -En tant qu’acteur :

    « Crossing Over » (Prochainement), de Wayne Kramer

    «  Milk »(Prochainement), de Gus Van Sant

    «  Tree of Life” (Prochainement), de Terrence Malick

    “ What just happened ?” (Prochainement), de Barry Levinson

    «  Dogtown and Z-Boys » (Prochainement), de Stacy Peralta

     « Les Fous du roi » (2006), de Steven Zaillian

     « Katrina (When the Levees Broke) » (2006), de Spike Lee  

     « L'Interprète » (2005), de Sydney Pollack

     « Bukowski » (2005), de John Dullaghan

     « The Assassination of Richard Nixon » (2004), de Niels Mueller

     « 21 grammes » (2004), de Alejandro González Inárritu

     “Mystic river” (2003), de Clint Eastwood

     “It's all about love” (2003), de Thomas Vinterberg

    “ Le Poids de l'eau » (2002), de Kathryn Bigelow  

     « Sam je suis Sam » (2002), de Jessie Nelson

    «  Hollywood sunrise” (2002), de Anthony Drazan    

     “Rosy-Fingered Dawn”: a Film on Terrence Malick (2002), de Luciano Barcaroli  

     “Avant la nuit » (2001), de Julian Schnabel

    «  Il suffit d'une nuit » (2000), de Philip Haas

     « Accords et désaccords » (2000), de Woody Allen

    « La Ligne rouge » (1999), de Terrence Malick

     « U-turn », ici commence l'enfer (1998), de Oliver Stone

     « The Game” (1997), de David Fincher 

     “She's so Lovely” (1997), de Nick Cassavetes

    “ La Dernière marche » (1995), de Tim Robbins  

     « L'Impasse « (1994), de Brian De Palma

    «  The Last party » (1993), de Mark Benjamin

     « Les Anges de la nuit » (1991), de Phil Joanou  

     « Nous ne sommes pas des anges » (1990), de Neil Jordan  

     « Outrages » (1990), de Brian De Palma  

    «  Colors » (1988), de Dennis Hopper

    « Judgement » in Berlin (1988), de Leo Penn

     « Comme un chien enragé » (1987), de James Foley

    « Shanghai surprise » (1986), de Jim Goddard

    «  Le Jeu du faucon » (1984), de John Schlesinger

    «  Crackers » (1984), de Louis Malle

    « Les Moissons du Printemps » (1984), de Richard Benjamin

     « Bad boys” (1983), de Rick Rosenthal  

    “Fast times” at Ridgemont High (1982), de Amy Heckerling

    « Taps » (1981), de Harold Becker

    -En tant que réalisateur :

    “Into the Wild” (2008)

    “11'09'01: September 11” (2002)

     “The Pledge” (2001)

     “Crossing Guard” (1995)

     “The Indian Runner” (1991)

    -En tant que scénariste :

    « Into the Wild » (2008), de Sean Penn

    « 8 (2006) », de Jan Kounen

     « 11'09'01: September 11 » (2002), de Samira Makhmalbaf

     « Crossing Guard” (1995), de Sean Penn 

     “The Indian Runner” (1991), de Sean Penn

    -En tant que producteur :

    “Into the Wild” (2008), de Sean Penn

    “The Pledge” (2001), de Sean Penn

     “Loved” (1998), de Erin Dignam

    “ Crossing Guard” (1995), de Sean Penn

     “The Indian Runner” (1991), de Sean Penn

    -En tant que producteur exécutif :

    “She's so Lovely” (1997), de Nick Cassavetes

    Et vous pouvez toujours continuer à suivre quotidiennement l'actualité cinématographique sur mon autre blog "In the mood for Cannes": http://monfestivalducinema.hautetfort.com

    Je vous invite également à découvrir mon blog consacré au Festival du Cinéma Américain de Deauville: http://inthemoodfordeauville.hautetfort.com

    Sandra.M

  • Le programme et les jurys dévoilés!

    medium_afficge.3.JPGAnnoncés ce midi, voici toute la programmation du 6Oème Festival de Cannes ainsi que ses jurys. medium_Sfar.3.JPGJ’y reviendrai très prochainement pour les commenter. En attendant, je vous laisse déguster le programme de cette savoureuse et tant attendue 60ème édition…

    Le jury des longs métrages de la compétition officielle

    Stephen Frears, Président, entouré de :

    Maggie Cheung (actrice – Hong Kong)

    Toni Collette (actrice – Australie)

    Maria De Medeiros (actrice, Réalisatrice – Portugal)

    Sarah Polley (actrice, Réalisatrice –Canada)

    Marco Bellocchio (réalisateur – Italie)

    Orhan Pamuk (écrivain)

    Michel Piccoli (acteur et réalisateur – France)

    Abderrahmane Sissako (réalisateur – Mauritanie)

    ----------------------------------------------------------------------------------

    Jury de la Cinéfondation et des courts métrages :

     Jia Zhang Ke, Président (Réalisateur-Chine)

    Niki Karimi (Actrice-Iran)

    Deborah Nadoolman Landis (Créatrice de costumes-Etats-Unis)

    J.M.G Le Clézio (Ecrivain-France)

    Dominik Moll (Réalisateur-France)

    -----------------------------------------------------------------------------------

    Jury Un Certain Regard

    Présidente : Pascale Ferran

    Jasmine Trinca

    Cristi Puiu

    Kent Jones

    Bian Qin

    --------------------------------------------------------------------

    Jury de la Caméra d’or :

    Président : Pavel Longuine

    Julie Bertucelli

    Clotilde Courau

    Renato Berta

    ----------------------------------------------------------------------------

    Sélection Officielle :

    La compétition

    Film d’ouverture : My Blueberry nights de Wong Kar Wai

    -------------

    4 Mois, 3 semaines et 2 jours - Cristian Mungiu

    Alexandra - Alexandre Sokurov

    Death proof- Quentin Tarantino

    Breath - Kim Ki-duk

    De l'autre côté - Fatih Akin

    Import / Export - Ulrich Seidl

    Izgnanie - Andrei Zviaguintsev

    La Forêt de Mogari - Naomi Kawase

    La Nuit nous appartient - James Gray

    Le Scaphandre et le papillon - Julian Schnabel

    Les Chansons d'amour - Christophe Honoré

    L'Homme de Londres - Bela Tarr

    Lumière silencieuse - Carlos Reygadas

    No country for old men - Ethan & Joel Coen

    Paranoid Park - Gus Van Sant

    Persépolis - Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud

    Promets-le moi - Emir Kusturica

    Secret sunshine - Lee Chang-Dong

    medium_zodiac.JPGTehilim - Raphaël Nadjari

    Une vieille maîtresse - Catherine Breillat

    Zodiac - David Fincher

                                                   --------------------------------------------------------------------

    Un Certain Regardmedium_regard07.JPG

    Le rêve de la nuit d’avant-Valeria Bruni-Tedeschi

    Calle Santa Fe – Carmen Castillo

    Chung Lee-Isaac-Muyurangabo

    Lola Doillon- Et toi t’es sur qui?

    Enrique Fernandes

    Cesar Charlone-El Bano del Papa

    Eran Kolirin-La Visite de la Fanfare

    Harmony Korine-Mister Lonely

    Kadri Kousaar-Magnus

    Li Yang-Mang  Shan

    Danuele Luchetti-Mon Frère est Fils Unique

    Cristian Nemescu-California Dreamin’(Sans Fin)

    Jaime Rosales-La Soledad

    Barbet Schroeder-L’avocat de la terreur

    Céline Sciamma-Les pieuvres

    Robert Thalheim-Am Ende Kommen Touristen

    Ekachai Uekrongtham-Kuaile Gonchang

    ---------------------------------------------------------

    Sélection officielle : films présentés hors compétition

     

    A Mighty Heart - Michael Winterbottom

    Boarding gate - Olivier Assayas

    Go Go Tales - Abel Ferrara

    Ocean's 13 - Steven Soderbergh

    Sicko - Michael Moore

    U2 3D - Catherine Owens & Mark Pellington

    Séances spéciales

    Chronique d'une femme chinoise - Wang Bing

    La Guerre - Ken Burns & Lynn Novick

    Le Dernier virage - Leila Conners Petersen & Nadia Conners

    Retour en Normandie - Nicolas Philibert

    Film du 60e anniversaire

    Chacun son cinéma - Théo Angelopoulos, Olivier Assayas Olivier, Bille August, Jane Campion, Youssef Chahine, Michael Cimino, Joel Coen, Ethan Coen, David Cronenberg, Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne, Manoel de Oliveira, Raymond Depardon, Atom Egoyan, Amos Gitaï, Hou Hsiao Hsien, Alejandro González Inárritu, Chen Kaige, Wong Kar-Wai, Aki Kaurismäki, Kiarostami Abbas, Takeshi Kitano, Andrei Konchalovsky, Claude Lelouch, Ken Loach, Tsai Ming-liang, Nanni Moretti, Roman Polanski, Raoul Ruiz, Walter Salles, Elia Suleiman, Gus Van Sant Gus, Lars von Trier, Wim Wenders et Zhang Yimou.

    Hommages du 60e anniversaire

    Boxes - Jane Birkin

    Centochiodi - Ermanno Olmi

    Roman de gare - Claude Lelouch

    Ulzhan - Volker Schlöndorff

    --------------------------------------------------------------

    Les rendez-vous du festival :

    -La leçon de cinéma de Martin Scorsese

    -La leçon d’acteur de Sergio Castellito

    -La leçon de musique de Howard Shore, en présence de David Cronenberg

    -Un hommage à Henry Fonda, en présence de sa fille Jane Fonda

    --------------------------------------------------------------------------------

    Cannes classics- Documentaires sur le cinéma :

    Maurice Pialat, l’amour existe par Anne-Marie Faux et Jean-Pierre Devillers

    Brando par Mimi Freedman et Leslie Greif

    Lindsay Anderson, never apologize par Mike Kaplan

    Pierre Rissient par Todd McCarthy

    ------------------------------------------------------------------------------------

    Le concert anniversaire :

    Dimanche 20 Mai, un concert public de musique de films sera organisé plage Macé.

                                   ------------------------------------------------------------------------------------

    La rencontre ouverture : Cinéma, vers le public de demain

    Débat entre professionnels sur les liens entre création cinématographique, nouvelle plateforme de promotion et de diffusion, et de l’évolution de pratique des spectateurs.

    La journée de l’Europe

    Le Festival de Cannes accueille la cinquième journée de l’Europe, samedi 26 Mai, réunissant les ministres européens de la culture et des personnalités du cinéma pour approfondir ls réflexions de la rencontre d’ouverture et chercher des solutions politiques aux mutations du paysage numérique.

                            -----------------------------------------------------------------------------------------------

    Pour en savoir plus sur les films de la Cinéfondation et les courts métrages en compétition dont je vous parlerai ultérieurement, je vous renvoie vers le site officiel du Festival de Cannes : http://www.festival-cannes.org .

    Sandra.M

  • Pascale Ferran, présidente du jury "Un Certain Regard" 2007

    medium_chatterleyb.JPGPascale Ferran présidera le Jury Un Certain Regard. Pour en savoir plus sur Un Certain Regard je vous invite à lire mon article concernant cette section:

     

                                                                 Article sur Un Certain Regard.

     

    Pascale Ferran a été sélectionnée pour la première fois au Festival en 1990 pour son court métrage le Baiser.

     

    Elle revient en 1992 comme scénariste de La Sentinelle d'Arnaud Desplechin présenté en compétition.

    En 1994, elle remporte la Caméra d'Or pour son premier long métrage Petits Arrangements avec les morts. L'Age des possibles sort deux ans plus tard.

     

    En 2006, elle réalise Lady Chatterley qui sera couronné successivement par le Prix Louis-Delluc du meilleur film français de l'année, puis par le César du meilleur film.

    La sélection du Certain Regard sera dévoilée le 19 avril.

    Une reprise de la sélection est d'ores et déjà programmée au Reflet-Médicis (Paris Ve) du 30 mai au 5 juin.
  • Stephen Frears, king of the jury 2007!

    medium_queen.JPGDeux protagonistes de ce festival 2007 sont d’ores et déjà connus: Diane Krüger qui succède à Vincent Cassel et qui présentera les cérémonies d’ouverture, le 16 Mai, et de clôture, le 27 Mai, et Stephen Frears, qui présidera  cette 60ème édition et qui, lui, succède à Wong Kar Wai, Steven Spielberg ayant paraît-il décliné l’offre pour la énième fois.  

    Le réalisateur britannique est déjà venu de nombreuses fois sur la Croisette notamment pour Prick up Your Ears en 1987 . Il  fêtera ainsi les 20 ans de sa première sélection en compétition officielle, il  avait alors reçu le prix de la contribution artistique.

    C’est en 1988 que les Liaisons dangereuses consacre son succès international. Il alterne depuis les grands films de genre (Héros Malgré lui, les Arnaqueurs) et les sujets plus intimistes ou engagés (The Snapper, High Fidelity, Dirty Pretty Things).                                                      

    Critique du dernier film de Stephen Frears, The Queen, (notamment présenté au dernier Festival du Film Britannique de Dinard) pour lequel il a obtenu de nombreuses récompenses, Helen Mirren venant notamment d’obtenir le prix de la meilleure actrice aux Oscars 2007.

    Dans The Queen, Stephan Frears nous dresse le portrait d’Elisabeth II alors que l’image du  pouvoir monarchique est ébranlé, après le séisme médiatique et émotionnel (surtout irrationnel) provoqué par la mort de Diana, le 31 août 1997. Tony Blair qui vient d’être élu perçoit la vague d’émotion et de chagrin qui submerge le pays tandis que la Reine, enferrée dans ses traditions et son orgueil reste à Balmoral, sa résidence d’été, silencieuse, distante, indifférente, refusant obstinément de mettre le drapeau en berne pour celle qui « n’appartient plus à la famille royale ». Aveugle, aveuglée par sa fierté. Tony Blair va œuvrer pour la rapprocher de ses sujets éplorés et plongés dans l’incompréhension face à son attitude aussi imperturbable que les gardes de Buckingham Palace. Helen  Mirren interprète brillamment la reine avec un mélange de froideur, de dignité, de sarcasmes jubilatoires pour le spectateur. Mais c’est aussi le portrait d’une femme qu’a voulu dresser Stephen Frears, une femme qui certes est reine d’Angleterre, une femme enfermée dans son royal rôle pleurant à la mort d’un cerf, symbole d’une liberté qu’elle ne semble plus avoir,  et qui reste de marbre à la mort de cette belle-fille qu’elle n’a semble-t-il jamais aimée. Le principal intérêt réside dans la drôlerie du contraste entre le quotidien de Tony Blair au 10 Downing street et celui de la reine à Balmoral, entre l’assurance de la reine et la maladresse de son premier ministre, contraste et drôlerie atteignant leurs paroxysmes lors de leurs épiques conversations téléphoniques. Leurs existences sont constamment mises en parallèle. L’un et l’autre regardent les informations à la télévision, informations par lesquelles ils apprennent l’accroissement irraisonné de l’émoi populaire  provoqué par la mort de Diana. La famille royale va à la chasse. Tony Blair mange ses plateaux repas. Et le prince Phillip résume la situation : « Même morte, Diana nous aura emmerdés ». Stephen Frears a eu l’intelligence de ne pas tomber dans la caricature et le rapport de force va s’inverser. Malgré les railleries de sa femme Cherie, Tony Blair éprouve une admiration presque filiale pour cette reine fière et imperturbable.  Elisabeth II va prendre conscience de sa maladresse, elle va revenir à Londres pour parler aux britanniques, le plus maladroit des deux n’étant finalement pas celui qu’on croyait. Le montage mêle astucieusement une dizaine de minutes d’images d’archives et images de fiction crédibilisant cette histoire dont nous n’avons finalement pas envie de savoir si elle est conforme à la réalité mais que nous suivons du début à la fin avec beaucoup d’intérêt tant les personnages en sont vraisemblables et d’une humaine ambivalence. Un film que la caricature, l’excès auraient desservi mais que sa mesure rend d’autant plus caustique qu’elle est  plausible notamment grâce à un scénario ciselé et grâce au judicieux choix de ses deux interprètes principaux. Peut-être pouvons-nous juste regretter que Stephen Frears ait été trop révérencieux envers la monarchie, la reine, sarcastique mais humaine, ressortant finalement grandie de ce portrait.

    Filmographie de Stephen Frears :

     Bloody United (Prochainement)

    The Queen (2006)

    Madame Henderson présente (2006)

    Le Court des grands (2005)

    Dirty pretty things, loin de chez eux (2003)

    The Deal (TV) (2003)

    Point limite (TV) (2001) 

    Liam (2001) 

    High fidelity (2000) 

    The Hi-Lo Country (1999) 

    The Van (1996)

    Mary Reilly (1996)

    The Snapper (1993)

    Héros malgré lui (1993)

    Les Arnaqueurs (1991)

    Les Liaisons dangereuses (1989)

    Sammy et Rosie s'envoient en l'air (1988)

    Prick up Your Ears (1987)

    My Beautiful Laundrette (1986)

    The Hit (1984)

    Walter and June (1983) 

    Bloody Kids (1979)

    Gumshoe (1971)

    The Burning (1967)