Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dardenne

  • Compétition officielle Cannes 2011 - "Le gamin au vélo" de Jean-Pierre et Luc Dardenne - Présentation

    gamin2.jpg

    2009_0520almodovar0009.JPG
    Photo inthemoodforcannes (Festival de Cannes 2009, leçon de cinéma à Cannes)

    Chaque jour, jusqu’à mon départ pour Cannes, le 11 mai, je vous ferai partager toutes les informations dont je dispose sur un film en sélection officielle avant que vous en retrouviez ici ma critique, en direct de Cannes. Je commence avec des cinéastes qui figurent dans la catégorie des « habitués » de Cannes pour reprendre le terme employé par Thierry Frémaux lors de la conférence de presse, avec rien de moins que deux palmes d’or pour ces derniers  (pour « Rosetta » en 1999, également récompensé d’un prix d’interprétation féminine,  et pour « L’Enfant », en 2005), un prix du scénario (pour « Le silence de Lorna » en 2008), sans oublier leur leçon de cinéma lors de la 62ème édition du festival (dont vous pouvez retrouver mon compte rendu, ici) …sachant que « Le gamin au vélo » est seulement leur 8ème long-métrage. Vous aurez bien entendu reconnu les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne.

    Des cinéastes qui ne cessent de me surprendre et m’éblouir et j’avoue que la bande-annonce me donne déjà des frissons.  Les Dardenne sont pour moi avant tout des directeurs d’acteurs exceptionnels (j’en veux pour preuve les deux prix d’interprétations reçus à Cannes par des acteurs de leurs films, Emilie Dequenne qu’ils révélèrent dans « Rosetta » en 1999, et pour Olivier Gourmet « Le Fils », en 2002) qui,  forts de leur expérience du documentaire, recréent une réalité  forte et crédible avec des êtres blessés par la vie dont les souffrances se heurtent, se rencontrent, s’aimantent.  Pour eux un acteur doit en savoir le moins possible et aussi en faire le moins possible: "moins tu en dis, plus le spectateur pourra investir les choses". Il faut "toujours contredire l'acteur pour qu'il soit toujours en déséquilibre et ne s'enferme jamais  dans une image de son personnage."avaient-il ainsi spécifié lors de leur leçon de cinéma, à Cannes, en 2009.

     Un cinéma réaliste, humaniste, social sans être revendicatif mais au contraire nous plongeant dans l’intimité des personnages  comme dans « le Silence de Lorna », plus parlant que n’importe quel discours politique et qui dépeint magnifiquement une douloureuse histoire d’amour entre des être au bord du gouffre, sur le fil, une histoire d’amour qui ne dit pas et ne peut dire son nom et qui n’en est que plus poignante.

     Les Dardenne restent les meilleurs cinéastes de l’instant, à la fois de l’intime et de l’universel dans lequel tout peut basculer en une précieuse et douloureuse seconde. Ils sont les maîtres d’œuvre de thrillers intimes.

    Les Dardenne sont donc cette année à nouveau en compétition (pour la 5ème fois !)  pour « Le gamin au vélo », un film d’1H27 avec Cécile de France, Jérémie Rénier, Thomas Doret, Olivier Gourmet.

    Les Dardenne qui choisissent rarement des acteurs connus mais plus souvent des non professionnels qu’ils révèlent bien souvent (comme dans « Rosetta ») ont cette fois dérogé à ce principe en faisant tourner leur compatriote belge Cécile de France.

    gamin1.jpg

    Synopsis :

    Cyril, bientôt 12 ans, n'a qu'une idée en tête : retrouver son père qui l'a placé provisoirement dans un foyer pour enfants. Il rencontre par hasard Samantha, qui tient un salon de coiffure et qui accepte de l'accueillir chez elle pendant les week-ends. Mais Cyril ne voit pas encore l'amour que Samantha lui porte, cet amour dont il a pourtant besoin pour apaiser sa colère ...

    Date de sortie en salles : 18 mai 2011

    gamin3.jpg

    Films déjà présentés à Cannes:

    2008 - LE SILENCE DE LORNA - En Compétition Réalisation, Scénario & Dialogues

    2007 - CHACUN SON CINÉMA - Hors Compétition Réalisation

    2005 - L'ENFANT - En Compétition Réalisation, Scénario & Dialogues

    2002 - LE FILS - En Compétition Réalisation, Réalisation, Scénario & Dialogues, Scénario & Dialogues

    1999 - ROSETTA - En Compétition Réalisation, Réalisation, Scénario & Dialogues, Scénario & Dialogues

    1996 - LA PROMESSE - Section parallèle Réalisation, Réalisation

    1987 - FALSCH - Section parallèle Réalisation, Réalisation

    Leur Palmarès cannois  (sans compter les prix d'interprétation évoqués plus haut):

    2008 - Prix du scénario - LE SILENCE DE LORNA - Long métrage

    2005 - Palme d'Or - L'ENFANT - Long métrage

    1999 - Palme d'Or - ROSETTA - Long métrage

    Membres du Jury:

    2006 - Caméra d’Or - Présidents

    2000 - Courts métrages – Président

     Filmographie (longs-métrages de fiction):

     1987 : Falsch

    1992 : Je pense à vous

    1996 : La Promesse

    1999 : Rosetta

    2002 : Le Fils

    2005 : L'Enfant

    2008 : Le Silence de Lorna

    2011 : Le Gamin au vélo

  • La leçon de cinéma des frères Dardenne au 62ème Festival de Cannes

    2009_0520almodovar0006.JPG
    Ci-dessus, Thierry Frémaux
    2009_0520almodovar0009.JPG
    Ci-dessus, les frères Dardenne donnant leur leçon de cinéma en salle Bunuel

    La leçon de cinéma fait partie de ces évènements du Festival de Cannes auquel j'assiste chaque année. Après Catherine Deneuve, Martin Scorsese et Quentin Tarantino (vous pouvez retrouver mes résumés de ces différentes master class sur "In the mood for Cannes" et/ sur "In the mood for cinema"), c'était cette année au tour des frères Dardenne de nous faire partager leur vision du septième art, comme d'habitude dans la petite (400 places) salle Bunuel qui confère toujours une certaine confidentialité à cette leçon, comme chaque année passionnante.

     Après une courte présentation de Thierry Frémaux, c'est  à Michel Ciment qu'est revenu le rôle d'intervieweur, plutôt facile tant les Dardenne savent partager leur passion, et semblent y prendre plaisir. Comme à chaque fois, cette leçon a été entrecoupée d'extraits ("La promesse", "Le Fils",  "Rosetta", "L'enfant", "Le silence de Lorna")  .

    Qu'ils donnent cette leçon de cinéma à Cannes semble être une évidence tant leur histoire est indissociable de ce festival qui les a révèlés et plusieurs fois couronnés: palme d'or et prix d'interprétation féminine pour "Rosetta" en 1999, Prix d'interprétation masculine pour "Le Fils" en 2002, palme d'or pour "L'Enfant" en 2005, prix du scénario pour "Le silence de Lorna" en 2008.

    Ce qui étonne d'abord c'est l'immense simplicité mais aussi complicité entre les deux frères dont les paroles jamais ne se chevauchent et dont la pensée semble être une même continuité et émaner d'une seule et même personne. Sans doute cette alchimie explique-t-elle aussi celle qui existe dans leur cinéma, c'est pourquoi aussi, ci-dessous, je citerai l'un et l'autre de manière indifférenciée.

    Ils ont commencé par évoquer l'origine de ce qui est devenu par la suite leur métier, cette "impression que la vie d'adulte était ennuyeuse et qu'au cinéma la vie était plus amusante." Armand Gatti, le poète et metteur en scène avec qui ils ont débuté comme assistants les a réunis et leur a "fait croire à la possibilité de devenir vidéastes". Ils ont en effet débuté par la vidéo et le documentaire.

    Pour eux faire un film c'est "savoir où mettre la caméra par rapport au corps du comédien et par rapport au décor".

    Ils ne se considèrent pas comme des cinéphiles.

    Ils ont également évoqué leur "goût du secret", le fait qu'un troisième regard les perturbe.

    Pour eux un acteur doit en savoir le moins possible et aussi en faire le moins possible: "moins tu en dis, plus le spectateur pourra investir les choses". Il faut "toujours contredire l'acteur pour qu'il soit toujours en déséquilibre et ne s'enferme jamais  dans une image de son personnage."

    Ils ont également évoqué "l'importance accordée à la matérialité des objets" mais aussi le fait d'être deux qui leur permet de se "sentir comme des usurpateurs honteux": "c'est parce qu'on est deux qu'on est cinéastes parce que dans le cinéma il y a trop de bruit", ajoute l'un des deux frères avec ironie... Michel Ciment demande "pour rien?". Un sourire ironique de Jean-Pierre Dardenne répond à la question.

    Enfin ils ont évoqué lechangement de style avec "Le silence de Lorna" avec un scénario plus complexe (ils ont d'ailleurs obtenu le prix du scénario pour ce film) et une caméra plus stable.

    Articles connexes: Ma critique du "Silence de Lorna", ma critique de "L'enfant"

    ,

     

     

     

     

  • La leçon de cinéma des frères Dardenne: mardi 19 mai, salle Bunuel, à 14H30

    dardenne2.jpg
    © Diaphana Films

    Après notamment Catherine Deneuve, Martin Scorsese et Quentin Tarantino, c'est aux frères Dardenne que revient cette année la lourde et passionnante responsabilité de la leçon de cinéma. Un choix qui semble aller de soi tant l'histoire des frères Dardenne est indissociable de ce festival, et tant ce festival leur a apporté:

    Biographie sélective extraite du site officiel du Festival:

    chacunsoncinema.jpg

    "Ils débutent au cinéma comme assistants du poète et metteur en scène Armand Gatti et après avoir réalisé de nombreux documentaires, passent à la fiction. La reconnaissance publique et critique arrive avec leur troisième film, La Promesse (1996).

    Depuis, ils enchaînent les succès : Rosetta, présenté en Compétition, couronné par la Palme d'or et le Prix d'interprétation féminine du Festival en 1999. Le Fils, qui vaut à Olivier Gourmet le Prix d'interprétation masculine en 2002.


    Comme Francis Coppola, Emir Kusturica, Billie August et Shohei Imamura, ils obtiennent une deuxième Palme d'or, qu'ils reçoivent en 2005 pour L'Enfant. En 2008, c'est le Prix du scénario qui leur est attribué pour Le Silence de Lorna.


    Ils affirment toujours partir de la réalité. « On parle avec les gens, ça vient nourrir énormément notre narration. On parle ensemble de ce qu’on a lu, vu, entendu. Les choses s’emboîtent petit à petit. On ne peut pas accepter un élément qui n’ait pas de nécessité matérielle. »


    Après Martin Scorsese, Quentin Tarantino mais aussi Nanni Moretti ou Wong Kar Wai, ils viendront dialoguer avec Michel Ciment de leur parcours singulier, de leur travail d’échange, d’écriture filmique à quatre mains et du sens qu’ils donnent à leur création.

    Ils accueilleront les festivaliers, cinéphiles et journalistes mardi 19 mai, salle Buñuel, à 14h30."

    Mes articles liés à celui-ci:

    - ma critique de "L'enfant"

    enfant.jpg

    - ma critique de "Le silence de Lorna"

    silencedelorna.jpg

    -La leçon de cinéma de Catherine Deneuve

    -Le leçon de cinéma de Martin Scorsese

    -La leçon de cinéma de Quentin Tarantino

    A noter: la leçon de cinéma revient en Bunuel après avoir eu lieu en Debussy l'an passé. Probablement les organisateurs comptent-ils sur une affluence moins forte que pour Quentin Tarantino. En tout cas, comptez sur moi pour y être et vous en faire le compte rendu.

  • 60 ans de récompenses

     2052296380.jpg

    1946 ex æquo L'Épreuve aka Tourments Alf Sjöberg (Suède)
      ex æquo Le Poison Billy Wilder (États-Unis)
      ex æquo La terre sera rouge Bodil Ipsen & Lau Lauritzen Jr (Danemark)
      ex æquo La Ville basse Chetan Anand (Inde)
      ex æquo Brève rencontre David Lean (Royaume-Uni)
      ex æquo Maria Candelaria Emilio Fernández (Mexique)
      ex æquo Le Tournant décisif Fridrikh Ermler (URSS)
      ex æquo La Symphonie pastorale Jean Delannoy

    (France)

      ex æquo La Dernière Chance Leopold Lintberg (Suisse)
      ex æquo Les Hommes sans ailes Frantisek Cáp

    (Tchécoslovaquie)

      ex æquo Rome, ville ouverte Roberto Rossellini (Italie)
      ex æquo La Bataille du rail René Clément ( France)
    1947 non décerné    
    1948 pas de festival cette année    
    1949 Le Troisième Homme Carol Reed (Royaume-Uni)
    1950 pas de festival cette année    
    1951 ex æquo Mademoiselle Julie Alf Sjöberg (Suède)
      ex æquo Miracle à Milan Vittorio De Sica (Italie)
    1952 ex æquo Othello Orson Welles (États-Unis)
      ex æquo Deux sous d'espoir Renato Castellani (Italie)
    1953 Le Salaire de la peur Henri-Georges Clouzot (France)
    1954 La Porte de l'enfer Teinosuke Kinugasa (Japon)
    1955 Marty Delbert Mann ( États-Unis)
    1956 Le Monde du silence Jacques-Yves Cousteau & Louis Malle ( France)
    1957 La Loi du Seigneur William Wyler (États-Unis)
    1958 Quand passent les cigognes Mikhaïl Kalatozov (URSS)
    1959 Orfeu Negro Marcel Camus ( France)
    1960 La Dolce Vita Federico Fellini (Italie)
    1961 ex æquo Une aussi longue absence Henri Colpi (France)
      ex æquo Viridiana Luis Buñuel (Espagne)
    1962 La Parole donnée Anselmo Duarte (Brésil)
    1963 Le Guépard Luchino Visconti (Italie)
    1964 Les Parapluies de Cherbourg Jacques Demy (France)
    1965 Le Knack... et comment l'avoir Richard Lester (Royaume-Uni)
    1966 ex æquo Un homme et une femme Claude Lelouch ( France)
      ex æquo Ces messieurs dames Pietro Germi (Italie)
    1967 Blow-Up Michelangelo Antonioni (Italie)
    1968 arrêté à cause des événements de mai 68    
    1969 If... Lindsay Anderson ( Royaume-Uni)
    1970 M.A.S.H. Robert Altman (États-Unis)
    1971 Le Messager Joseph Losey (Royaume-Uni)
    1972 ex æquo La classe ouvrière va au paradis Elio Petri ( Italie)
      ex æquo L'Affaire Mattei Francesco Rosi ( Italie)
    1973 ex æquo La Méprise Alan Bridges ( Royaume-Uni)
      ex æquo L'Épouvantail Jerry Schatzberg ( États-Unis)
    1974 Conversation secrète Francis Ford Coppola ( États-Unis)
    1975 Chronique des années de braise Mohammed Lakhdar-Hamina ( Algérie)
    1976 Taxi Driver Martin Scorsese (États-Unis)
    1977 Padre padrone Paolo Taviani & Vittorio Taviani (Italie)
    1978 L'Arbre aux sabots Ermanno Olmi ( Italie)
    1979 ex æquo Apocalypse Now Francis Ford Coppola ( États-Unis)
      ex æquo Le Tambour Volker Schlöndorff (RFA)
    1980 ex æquo Que le spectacle commence Bob Fosse (États-Unis)
      ex æquo Kagemusha, l'ombre du guerrier Akira Kurosawa ( Japon)
    1981 L'Homme de fer Andrzej Wajda (Pologne)
    1982 ex æquo Porté disparu Costa-Gavras (États-Unis)
      ex æquo Yol, la permission Yilmaz Güney (Turquie)
    1983 La Ballade de Narayama Imamura Shohei (Japon)
    1984 Paris, Texas Wim Wenders (RFA)
    1985 Papa est en voyage d'affaires Emir Kusturica (Yougoslavie)
    1986 The Mission Roland Joffé ( Royaume-Uni)
    1987 Sous le soleil de Satan Maurice Pialat (France)
    1988 Pelle le conquérant Bille August (Danemark)
    1989 Sexe, mensonges et vidéo Steven Soderbergh (États-Unis)
    1990 Sailor et Lula David Lynch (États-Unis)
    1991 Barton Fink Joel & Ethan Coen (États-Unis)
    1992 Les Meilleures Intentions Bille August ( Danemark)
    1993 ex æquo Adieu ma concubine Chen Kaige (Chine)
      ex æquo La Leçon de piano Jane Campion (Nouvelle-Zélande)
    1994 Pulp Fiction Quentin Tarantino (États-Unis)
    1995 Underground Emir Kusturica (Yougoslavie)
    1996 Secrets et mensonges Mike Leigh ( Royaume-Uni)
    1997 ex æquo Le Goût de la cerise Abbas Kiarostami (Iran)
      ex æquo L'Anguille Imamura Shohei (Japon)
    1998 L'Éternité et un jour Theo Angelopoulos ( Grèce)
    1999 Rosetta Luc & Jean-Pierre Dardenne (Belgique)
    2000 Dancer in the Dark Lars von Trier (Danemark)
    2001 La Chambre du fils Nanni Moretti (Italie)
    2002 Le Pianiste Roman Polanski (France)
    2003 Elephant Gus Van Sant (États-Unis)
    2004 Fahrenheit 9/11 Michael Moore (États-Unis)
    2005 L'Enfant Luc & Jean-Pierre Dardenne (Belgique)
    2006 Le vent se lève Ken Loach (Royaume-Uni)
    2007 4 mois, 3 semaines, 2 jours Cristian Mungiu ( Roumanie)

    La palme d'or en quelques chiffres et données:

    -Le symbole des palmes est tiré des armes de la ville de Cannes

    -Ce qui était initialement le Grand Prix devint la palme d'or en 1955 (il existe aussi un Grand prix aujourd'hui destiné en général à des films avec des partis pris de mise en scène relativement radicaux ), jusqu'en 1963 puis il fallut attendre 1975 pout que l'appellation soit de nouveau utilisée et c'est en 1980 que la palme d'or est devenue l'appellation officielle de la plus haute distinction du festival

    -Une seule femme a reçu la palme d'or: Jane Campion en 1993 pour "La leçon de piano"

    -Cinq réalisateurs l'ont obtenue deux fois: les frères Dardenne (de nouveau en compétition cette année),  Bille August, Emir Kusturica, Shohei Imamura, Francis Ford Coppola

  • La compétition officielle du 61ème Festival de Cannes

    Voici la liste (temporaire) de la compétition officielle du 61ème Festival de Cannes dévoilée ce 23 Avril et qui comprend pour le moment 19 films. Quelques films sont en effet encore attendus par le festival et notamment un film français. La liste définitive devrait être dévoilée dans 3 jours. Bertrand Tavernier ou Bertrand Bonello ou Laurent Cantet pourraient y figurer.

    Ajout du 1er Mai: Les films en compétition sont finalement au nombre de 22 (voir précisions en bas de cet article).

    Comme chaque année on retrouve de nombreux habitués de la Croisette comme Steven Soderbergh qui avait reçu la palme d'or en 1989 pour "Sexe, mensonges et vidéo" et qui présente cette année un film sur le Che Guevara ("Che") interprété par Benicio del Toro (déjà un prétendant sans doute au prix d'interprétation).

    On retrouve également les frères Dardenne, deux fois lauréats de la palme d'or.

    Wim Wenders, Atom Egoyan, Nuri Bilge Ceylan sont également des habitués du Festival.

    555168588.jpg

    On ne note pour l'instant que deux films français (probablement rejoints bientôt par un troisième): le film d'Arnaud Desplechin "Un conte de noël" dont la sélection n'est une surprise pour personne, un sérieux prétendant donc. "La frontière de l'aube"  de Philippe Garrel (avec notamment Laura Smet et Louis Garrel) est le deuxième film français en compétition.

    Notons que Clint Eastwood a pu présenter son film à la toute dernière minute, une version par ailleurs encore inachevée de "Changeling" (L'échange) dans lequel joue notamment Angelina Jolie.

    Je détaillerai prochainement ces informations et cette compétition qui s'annonce en tout cas alléchante. Vous pourrez par ailleurs retrouver les critiques de ces films sur ce blog en direct de Cannes.

    Nuri Bilge CEYLAN ÜÇ MAYMUN ("Les Trois singes) 1h49

    Jean-Pierre et Luc DARDENNE LE SILENCE DE LORNA 1h46

    Arnaud DESPLECHIN UN CONTE DE NOËL 2h30

    43692939.jpg

    Clint EASTWOOD CHANGELING (L'Echange) 2h20

    1733296386.jpg

    Atom EGOYAN ADORATION 1h40

    Ari FOLMAN WALTZ WITH BASHIR 1h27

    Philippe GARREL LA FRONTIÈRE DE L'AUBE 1h40

    Matteo GARRONE GOMORRA 2h15

    JIA Zhangke 24 CITY 1h47

    Charlie KAUFMAN SYNECDOCHE, NEW YORK 1er film 2h04

    Eric KHOO MY MAGIC 1h15

    Lucrecia MARTEL LA MUJER SIN CABEZA (La Femme sans tête) 1h27

    Brillante MENDOZA SERBIS 1h30

    Kornel MUNDRUCZO DELTA 1h32

    Walter SALLES, Daniela THOMAS LINHA DE PASSE 1h48

    Steven SODERBERGH CHE 4h00

    Paolo SORRENTINO IL DIVO 1h50

    Pablo TRAPERO LEONERA 1h50

    Wim WENDERS THE PALERMO SHOOTING 2H04

    Ajouts du 1er Mai, 3 films sont venus compléter cette liste:

    LAURENT CANTET Entre les murs

    JAMES GRAY Two lovers

    FERNANDO MEREILLES Blindness (Egalement film d'ouverture du Festival)