Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Semaine de la Critique

  • Miguel Gomes, Président du Jury du Grand Prix Nespresso de la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2013

    Miguel Gomes

     

    Le réalisateur portugais Miguel Gomes présidera le jury long métrage de cette 52e édition de la Semaine. Entouré de quatre journalistes internationaux, il remettra comme ses prédécesseurs Bertrand Bonello (Aquí y allá de Antonio Méndez Esparza) et LEE Chang-dong (Take Shelter de Jeff Nichols) le Grand Prix Nespresso de la Semaine de la Critique. Reconnu de ses pairs en s’imposant avec seulement trois films de long métrage, Miguel Gomes incarne parfaitement la mission qui est celle de la Semaine : découvrir de nouveaux auteurs à travers une première ou seconde œuvre et les révéler sur la scène internationale.

     

    « Je suis très fier de pouvoir aider un film en le primant » dit t-il. « Bien que je sois en train de terminer un court métrage et la préparation d’un prochain long métrage, c’est une expérience à laquelle je n’ai pas su résister. »

     

    Après des études à l’Ecole supérieure de théâtre et de cinéma de Lisbonne, Miguel Gomes publie de nombreux articles sur le cinéma dans la presse portugaise. Après plusieurs courts métrages, il signe en 2004 un premier long, La Gueule que tu mérites, suivi en 2008 de Ce cher mois d’août, sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs. En 2012, la Berlinale dévoile son troisième et somptueux long métrage, Tabou, un film sur la construction et le déclin de l'imaginaire occidental. Doublement récompensée du Prix de la critique internationale, la FIPRESCI, et du Prix Alfred-Bauer, cette œuvre magistrale témoignant d’une rare maturité de cinéaste fait l’unanimité.

     

    La Semaine ne pouvait rêver meilleur ambassadeur pour récompenser l’un des 7 réalisateurs en compétition. Modèle s’il en est d’une nouvelle génération de cinéastes internationaux, fervent cinéphile, ancien critique et réalisateur, Miguel Gomes se réjouit de remettre le Grand Prix Nespresso de la Semaine de la Critique à l’un de ces nouveaux auteurs.

     

    « En tant que metteur en scène, Président d’un jury de critiques internationaux, j’ai l’intention d’être très démocratique et ouvert. Tous les films proposent un pacte avec le spectateur, il doit pouvoir y projeter son propre univers, sa propre sensibilité. Je vais essayer de trouver ce chemin dans ces premières œuvres »

     

  • Programme de la Semaine de la Critique 2010

    Hier, je vous dévoilais le programme de la Quinzaine des Réalisateurs 2010. Vous pouvez désormais accéder au programme de la Semaine de la Critique 2010 en cliquant ici.

    semaine.jpg
  • Exclusivité mondiale : le 1er extrait de "Sound of Noise" de Ola Simonsson & Johannes Stjärne Nilsson

    sounds2.jpg

     Je ne vous ai pas encore parlé de touscoprod mais il ne serait pas étonnant que vous en ayez déjà eu des échos, ces derniers, en un an, ayant réussi à s'imposer et à se forger une solide réputation sur la scène cinématographique. Leur dispositif est aussi simple que judicieux puisqu'il permet aux spectateurs de coproduire des films proposés sur leur site, un large choix récemment élargi aux courts-métrages! Quiconque peut donc devenir producteur!

     Parmi les films proposés, l'un d'entre eux peut difficilement passer inaperçu, il s'agit de "Sound of Noise" , un film suèdois de Ola Simonsson & Johannes Stjärne Nilsson, un premier long métrage qualifié de "thriller musical" sélectionné à la Semaine de la Critique 2010.  Ils ont déjà fait parler d'eux avec un premier court métrage, "Music for one apartment and six drummers" sélectionné au Festival de Cannes en 2001 et récompensé par plus de 30 prix internationaux. Ils sont revenus sur la Croisette en 2006 à la Semaine de la Critique avec un autre court, "Woman and Gramophone".

    Synopsis: L’officier de police Amadeus Warnebring est né dans une illustre famille de musiciens et, ironie du sort, il déteste la musique.
     Un groupe de musiciens déjantés – mené par la belle et révoltée Sanna- décide d’exécuter une œuvre musicale apocalyptique en utilisant la ville comme instrument de musique… Leur art dévoyé provoque chaos et désordre dans la cité. Warnebring s’engage alors à corps perdu dans la traque de ces terroristes musicaux. Lorsqu’il réalise que la jeune femme qu’il aime en secret fait partie de ce gang, il ne voit plus qu’une solution, entrer dans le monde qu’il a fui toute sa vie, le monde terrifiant de la musique.

    Touscoprod vient de m'envoyer un premier extrait en exclusivité! Enjoy et si coproduire ce film vous tente, cliquez ici pour en savoir plus.

    Je vous parlerai à nouveau très prochainement de touscoprod sur In the mood for Cannes au sujet du dispositif aussi original qu'intéressant mis en place par leur site pour le Festival de Cannes 2010.

  • Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2010- Appel à candidatures

    critique.jpg

    Comme je vous le disais il y a une dizaine de jours déjà, comme chaque année, je serai à Cannes pendant la totalité du festival pour vous faire un compte rendu en direct sur In the mood for Cannes et sur In the mood for cinema . Si vous avez entre 15 et 18 ans et rêvez vous aussi de partir pour la Croisette, alors lisez ce qui est dessous et qui pourrait bien vous intéresser...

    La 49e Semaine de la Critique se déroulera à Cannes du 13 au 21 mai 2010. Plus ancienne section parallèle du Festival de Cannes, la Semaine de la Critique se consacre depuis ses débuts à la découverte de nouveaux talents et favorise leur émergence.  De nombreux réalisateurs aujourd'hui reconnus ont été découverts à la Semaine de la Critique, parmi lesquels Ken Loach (Kes, 1970), Wong Kar Wai (As Tears Go By, 1989), François Ozon (Sitcom, 1998), Alejandro Gonzales Iñarritu (Amores Perros, 2000)...

    Glissez-vous dans la peau d'un critique à Cannes durant la Semaine de la Critique du 13 au 23 mai 2010!

    Durant une semaine, huit groupes de trois lycéens vont s'improviser critiques , assister à des projections  de la section parallèle de la Semaine de la Critique et rédiger seul ou à deux des critiques, dont les meilleures seront publiées dans des médias partenaires. Les lycéens vont également constituer un jury qui décernent le Prix OFAJ de la (Toute) Jeune Critique au meilleur long métrage de la Sélection. Par ailleurs, deux Prix de la Meilleure Critique récompenseront la meilleure critique française et la meilleure critique allemande parmi les contributions des lycéens.

    Conditions de participation:

    ✒ Vous êtes lycéen âgé de 15 et 18 ans

    ✒ Passionné de cinéma, vous souhaitez échanger des idées sur les _films visionnés

    ✒ Vous aimez rédiger

    ✒ Vous disposez de connaissances de base en allemand qui vous permettent de discuter avec les participants allemands

    ✒ Vous constituez un groupe de trois élèves accompagnés d'un enseignant

    Merci de faire parvenir votre candidature (non manuscrite) en français par mail en format pdf ou doc à : cannes@ofaj.org  contact : Anna Cavillan  cavillan@ofaj.org

    Date limite de dépôt de candidature :30 mars 2010

    L'OFAJ invite quatre groupes français et quatre groupes allemands à Cannes.

    Il prendra en charge les frais de voyage, d'hébergement et de repas (demi-pension) ainsi que les accréditations pour la Semaine de la Critique du 13 au 21 mai 2010. Vous pouvez télécharger le dossier de candidature directement sur le site de l'ofaj :  www.ofaj.org/cannes ou sur www.semainedelacritique.com. Les lauréats de la meilleure critique seront invités à la Berlinale en 2011.

  • Le programme de la Semaine de la Critique 2009

    semaine.png

    PROGRAMME DE LA 48ème SEMAINE DE LA CRITIQUE

     

    COMPETITION  

    Long-métrages / Feature films

     

    Huacho d'Alejandro Fernández Almendras (Chili / France / Allemagne)

    Ordinary People de Vladimir Perisic (Serbie / France)

    Lost Persons Area de Caroline Strubbe (Belgique)

    Adieu Gary de Nassim Amaouche (France)

    Mal día para pescar (Bad Day to Go Fishing) d'Alvaro Brechner (Uruguay / Espagne)

    Sirta la gal ba (Whisper with the Wind) de Shahram Alidi (Irak)

    Altiplano de Peter Brosens et Jessica Woodworth (Belgique / Allemagne / Pays-Bas)

    Court-métrages / Short films

     

    Together d'Eicke Bettinga (Allemagne / Royaume-Uni)

    Noche adentro de Pablo Lamar (Paraguay)

    Runaway de Cordell Barker (Canada)

    C’est gratuit pour les filles de Marie Amachoukeli & Claire Burger (France)

    Tulum (La virée) de Dalibor Matanic (Croatie)

    Logorama de François Alaux, Hervé de Crécy, Ludovic Houplain (H5) (France)

    Slitage (Seeds of the Fall) de Patrick Eklund (Suède)

    SEANCES SPECIALES LONGS METRAGES

    SPECIAL SCREENINGS FEATURE FILMS  

    Soirée d’ouverture / Opening Night

    Rien de personnel de Mathias Gokalp (France) 

    Film des Parrains / Godfathers’s movie

    Hierro de Gabe Ibañez (Espagne)   

    SEANCES SPECIALES COURTS ET MOYENS METRAGES

    SPECIAL SCREENINGS SHORT AND MEDIUM LENGHT FILMS

    Soirée de clôture / Closing Night

    La baie du renard de Grégoire Colin (France)

    1989 de Camilo Matiz (Colombie) 

    Faiblesses de Nicolas Giraud (France)

    6 Hours de Moon Seong-hyeok (Corée du Sud)

    Les Miettes de Pierre Pinaud (France)

    Elo de Vera Egito (Brésil)

    Espalhadas pelo ar (Dispercées dans l’air) de Vera Egito (Brésil)

  • Programme de la Semaine de la Critique 2008

    58161039.jpgPremière section parallèle du Festival de Cannes, la Semaine Internationale de la Critique se consacre à la découverte des jeunes talents.

    Dès sa création en 1962, elle s’est fixée pour mission de mettre à l’honneur les premières et deuxièmes œuvres des cinéastes du monde entier.

    Cliquez ici pour lire ma présentation de la Semaine de la Critique et mes articles sur ses éditions précédentes.

    Voici le programme de la Semaine de la Critique 2008:

    Ouverture
    Areia
    de Caetano Gotardo, Brésil (court-métrage)
    Les sept jours de Ronit et Shlomi Elkabetz, Israël/France

    La Compétition

    Longs métrages


    Das fremde in mir / The Stranger in Me d’Emily Atef , Allemagne
    Aanrijding in Moscou / Moscow, Belgium de Christophe van Rompaey, Belgique - 1er film
    Better Things de Duane Hopkins, Royaume-Uni - 1er film
    La sangre brota de Pablo Fendrik, Argentine
     Les grandes personnes d’Anna Novion, France - 1er film
    Snijeg / Snow d’Aida Begic, Bosnie/France - 1er film
    Vse umrut a ja ostanus / Everybody Dies But Me de Valeria Gaia Germanica , Russie - 1er film

    Les Spéciales

    Longs métrages

    Rumba de Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy, Belgique

    Révélation FIPRESCI de l’année
    Lake Tahoe de Fernando Eimbcke, Mexique

    Palmarès Festival de Morelia
    Mi vida dentro de Lucia Gaja, Mexique

    Courts et moyens métrages

    Court métrage
    L’ondée
    de David Coquard Dassault, France/Canada

    Moyens métrages français
    Les Paradis Perdus de Hélier Cisterne. France
    Les filles de feu de Jean-Sébastien Chauvin, France

    Moyens métrages internationaux
    Young Man Falling de Martin de Thurah, Danemark
    A Relationship in Four Days de Peter Glanz, Etats-Unis
    Clôture
    Beyond the Mexican Bay
    de Jean-Marc Rousseau, France/Mexique (court-métrage)
    Desierto adentro de Rodrigo Pla, Mexique

    Courts métrages

    Ahendu nde sapukai / I Hear Your Scream de Pablo Lamar, Argentine/Paraguay
    Skhizein de Jérémy Clapin, France
    Next Floor de Denis Villeneuve, Canada
    A espera de Fernanda Teixeira, Brésil
    Ergo de Geza M. Tothn, Hongrie
    Nosebleed de Jeff Vespa, Etats-Unis
    La copie de Coralie de Nicolas Engel, France

    Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma du meilleur court métrage 2007
    Taxi Wala
    de Lola Frederich, France

    Prix Découvertes SPFCC - Rencontres Henri Langlois de Poitiers
    Graffiti
    de Vano Burduli, Géorgie/Russie

    Révélation FIPRESCI de l’année
    The Runt
    d’Andreas Hykade, Allemagne

    Palmarès Festival de Morelia
    Peces platano de Natalia Beristain, Mexique

    La Collection Canal + : Ecrire pour un chanteur
    La Pomme de Newton
    de Vincent Vizioz avec Mathieu Boogaerts. France
    C’est pour quand ? de Katia Lewkowics avec Benjamin Biolay. France
    La dinde d’Anna Margarita Albelo avec Sheila, France
    La consulltation de Frédérick Vin avec Jeanne Chehral. France
    Chang Juan de Claudine Natkin avec Alain Chamfort. France
    Demain peut-être de Guilhem Amesland avec Oxmo Puccino. France
    Là où je pense de Bénédicte Portal avec Rachid Taha. France
    Parade nuptiale d’Emma Perret avec Arno. France
    Site officiel de la Semaine de la Critique: http://www.semainedelacritique.com
  • La (toute) jeune critique: dans la peau d'un critique de cinéma!

    1379518130.jpgVous avez entre 15 et 18 ans? Vous aimez écrire? Vous voulez assister à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2008? Alors lisez bien ce qui suit! C'est peut-être votre chance!

    LA (TOUTE) JEUNE CRITIQUE À CANNES: DANS LA PEAU D’UN CRITIQUE DE CINÉMA! DU 14 AU 25 MAI 2008

    La Semaine Internationale de la Critique et l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) invitent 32 lycéens français et allemands de 15 à 18 ans à rédiger des critiques de films pendant une semaine à Cannes. Déposez votre candidature dès maintenant! Glissez-vous dans la peau d’un critique à Cannes durant la Semaine Internationale de la Critique du 14 au 25 mai 2008. Séances de cinéma le matin, rédaction de critiques l’après-midi. Durant une semaine, 8 groupes de 4 lycéens vont s’improviser critiques de film chaque jour dans le cadre du Festival de Cannes, assister à des projections des films de la section paralèle de la Semaine Internationale de la Critique et rédiger seul ou à deux des critiques, dont les meilleures seront publiées dans des médias partenaires. Les lyçéens constituent également un jury qui décerne le Prix OFAJ/TV5MONDE de la (Toute) Jeune Critique au meilleur long métrage de la Sélection.

                                                                                        Conditions de participation
    • Vous êtes lycéen et vous avez entre 15 et 18 ans.
    • Passionné de cinéma, vous souhaitez échanger des idées sur les films et vous aimez rédiger.
    • Vous disposez de connaissances en allemand qui vous permettent de discuter en allemand avec les autres participants.
    • Vous déposez votre candidature au sein d’un groupe constitué de quatre élèves accompagnés de leur enseignant.

      Date limite de dépôt de candidature: 10 avril 2008

    L’OFAJ invite quatre groupes français et quatre groupes allemands à Cannes. Il prendra en charge les frais de voyage, d’hébergement et de repas (demi-pension) ainsi que les accréditations pour la Semaine de la Critique du 14 au 25 mai 2008. Vous pouvez télécharger le dossier de candidature directement sur notre site Internet www.ofaj.org ou sur www.semainedelacritique.com . Les lauréats de la meilleure critique seront invités à la Berlinale 2009.

    Sandra.M

  • Programme de la Semaine internationale de la Critique 2007

    medium_semaine.JPGLongs-métrages

    A via láctea (La voie lactée) de Lina Chamie (Brésil)

    Funukedomo, Kanashimi No Ai Wo Misero (FUNUKE, Show Some Love, You Losers !) de Daihachi Yoshida (Japon)

    Nos retrouvailles de David Oelhoffen (France)

    Voleurs de chevaux de Micha Wald (Belgique / France / Canada)

    Párpados azules d’Ernesto Contreras (Mexique)

    XXY de Lucía Puenzo (Argentine / Espagne / France)

    Meduzot (Les méduses) d’Etgar Keret & Shira Geffen (Israël/France)

    Court-métrages

    Um ramo (Un rameau) de Juliana Rojas & Marco Dutra

    Madame Tutli-Putli de Chris Lavis & Maciek Szczerbowski

    Saliva d’Esmir Filho (Brésil)

    Rabbit Troubles de Mitovski & Kalev

    Fog (Brouillard) de Peter Salmon (Nouvelle-Zélande)

    La route, la nuit de Marine Alice Le Du (France)

    Both de Bass Bre’che (Royaume-Uni / Liban)

    Coup de coeur

    El asaltante de Pablo Fendrik (Argentine)

    Soirée d’ouverture

    medium_heros.JPGHéros de Bruno Merle (France)

    Soirée de clôture

    Expired de Cecilia Miniucchi (Etats-Unis)

    Documentaire

    The Mosquito Problem and Other Stories d’Andrey Paounov (Bulgarie / Etats-Unis / Allemagne) 

    Séance "Très Spéciale"

    El orfanato (L’orphelinat) de Juan Antonio Bayona (Espagne)

    A l’intérieur de Julien Maury & Alexandre Bustillo (France)

    Séance spéciale au palais

    Malos hábitos (Mauvaises habitudes) de Simón Bross (Mexique)

    Moyens métrages

    Primrose Hill de Mikhaël Hers (France)

    Situation Frank de Patrik Eklund (Suède)

    Prix du syndicat français de la critique du meilleur court métrage 2006

    Chambre 616 de Frédéric Pelle (France)

     Gael García Bernal sera l’ambassadeur de la 46e édition de la Semaine de la Critique

    Révélation Fipresci de l'année

    yo de Rafa Cortéz (Espagne)

    Séance en partenariat avec RFI

    Ezra de Newton Aduaka (France / Autriche / Nigeria)

    La Collection Canal+ Ecrire pour...

     Arno, Benjamin Biolay, Mathieu Boogaerts, Alain Chamfort, Oxmo Puccino, Rachid Taha, Jeanne Cherhal, Diam’s, Olivia Ruiz, Sheila

    Prenez de jeunes réalisateurs de courts métrages, ajoutez des chanteurs confirmés enchantés à l’idée de faire leurs premiers pas de comédiens, proposez aux premiers d’écrire des films sur mesure pour les seconds, laissez les Courts et Créations mélanger le tout et vous obtiendrez la nouvelle COLLECTION ECRIRE POUR… !    

     Kozak d’Olivier Fox (France)

    Le Créneau de Frédéric Mermoud (France / Suisse)

    La 17e Marche de Karim Adda (France)

    Chute libre d’Olivier Dorigan (France)

    Un train de retard de Jeanne Gottesdiener (France)

    Pour connaître l'intégralité de la programmation de la Semaine de la Critique et les horaires des projections, je vous renvoie au Site officiel de la Semaine de la Critique.

  • Semaine de la critique: présentation

    Bien sûr la compétition de la Sélection Officielle projetée au Palais des Arts est celle qui reçoit le plus d’échos médiatiques mais en parallèle existent d’autres sélections parfois aussi, voire plus intéressantes. La  première d'entre elles a été  créée en 1962. Il s'agit de la Semaine de la Critique.

     Remarque: Contrairement aux autres articles de ce blog entièrement personnels, ce à quoi je tiens tout particulièrement, ce blog voulant adopter un ton singulier et ne surtout pas se contenter de faire un "copier coller",  exceptionnellement, afin de présenter au mieux et avec le plus de fidélité possible cette Semaine de la Critique je me suis permis de reprendre certaines expressions du site internet de la Semaine de la Critique, néanmoins les deux critiques qui suivent sont bien entendu entièrement personnelles.

    La Semaine Internationale de la Critique se consacre ainsi depuis ses débuts à la découverte des jeunes talents. Dès sa création par le Syndicat Français de la Critique de Cinéma en 1962, elle s’est fixée pour mission de mettre à l’honneur les premières et deuxièmes œuvres des cinéastes du monde entier. Bernardo Bertolucci, Ken Loach, Wong Kar Wai, Jacques Audiard, Gaspar Noé, Arnaud Desplechin ou encore François Ozon ont fait leurs débuts à la Semaine de la Critique. Un rôle de tête chercheuse qui lui a permis, ces dernières années, de faire découvrir et de primer Amores Perros du Mexicain Gonzalez Iñarritu (qui a depuis réalisé 21 grammes), Respiro d’Emanuele Crialese, Depuis qu’Otar est parti de Julie Bertuccelli , Brodeuses d’Eléonore Faucher et Les Amitiés maléfiques d’Emmanuel Bourdieu. Depuis 3 ans, la Semaine de la Critique est en haut de l’affiche de Cannes pour avoir remporté 3 Caméras d’Or consécutives (meilleur premier film à Cannes toutes sections confondues) : Reconstruction de Cristoffer Boe (2003), Or (Mon trésor) de Keren Yedaya (2004) et Moi, toi et tous les autres de Miranda July(2005).
    La Semaine de la Critique propose une programmation très sélective de 7 longs et 7 courts métrages. Elle accueille également des films hors compétition qui témoignent de démarches et de regards originaux et réserve une place toute particulière aux courts et moyens métrages. Ouverte au grand public pour lequel elle multiplie les projections et les rencontres avec les réalisateurs, la Semaine développe aussi un travail sur le jeune public à travers la (Toute) Jeune Critique, une opération réunissant à Cannes une cinquantaine de lycéens français et allemands autour de la critique de cinéma dont je vous reparlerai prochainement à l’occasion d’un article consacré aux divers moyens de venir accrédité au festival.

    Cette année la Semaine de la Critique se déroulera du 17 au 25 Mai 2007.

                      CRITIQUES DE FILMS PRESENTES A LA SEMAINE DE LA CRITIQUE

    Je vous propose les critiques de deux films projetés et remarqués lors de l'édition 2005 de la Semaine de la Critique : tout d'abord La petite Jérusalem de Karin Albou. Ce film y a été présenté en 2005 et a reçu le prix SACD du scénario, ensuite Moi, toi et tous les autres de Miranda July qui a obtenu la caméra d’or et le grand prix de la Semaine de la Critique 2005.

    medium_petite.JPG

    La petite Jérusalem est un quartier de Sarcelles, en banlieue parisienne où de nombreux juifs ont émigré. Laura (Fanny Valette), 18 ans, est tiraillée entre  son éducation religieuse  et ses études de philosophie qui la passionnent et lui offrent une autre vision du monde. Alors que sa sœur Mathilde (Elsa Zylberstein) tente de redonner vie à son couple, Laura succombe à ses premières émotions amoureuses. Karin Albou « esquive », avec la même subtilité que le film éponyme, ce qui aurait pu être une caricature sur la banlieue, nous livrant un film au discours et aux questionnements identitaires et philosophiques universels. Le titre renvoie autant à la judéité qu’à la féminité, au fond les deux sources d’atermoiement du personnage principal. Est-on libre en enfreignant la loi ou en la respectant ? Loi du désir ou loi religieuse ? Loi philosophique ou Torah ?  Laura oscille entre l’un et l’autre, entre ses désirs et la raison, sa liberté et la loi, le choix de sa propre loi ou l’obéissance à la loi -religieuse- pour finalement trouver le chemin de sa propre liberté. Je vous laisse découvrir l’itinéraire tortueux et passionnant, passionné aussi, qu’elle aura emprunté pour y parvenir.  Karin Albou nous fait cheminer dans sa conscience fiévreuse, sans jamais juger, nous laissant parfois choisir, douter avec elle, nous renvoyant habilement et constamment à nos propres questionnements. Un film sur le doute amoureux, philosophique, religieux qui n’en laisse planer aucun quant au talent de sa réalisatrice et de son interprète principale. Les dialogues sont aussi bien écrits que les silences, admirablement filmés, plongés dans une obscurité métaphorique. Un film intense sur la liberté. Libre. Mon coup de cœur du festival…du film américain, aussi français soit-il. 

     medium_moi.JPGAvec Moi, toi et tous les autres , son premier long-métrage, c’est  un tout autre univers que nous invite à découvrir l’actrice, scénariste, réalisatrice, Miranda July, et déjà tout simplement à « un univers » qui la caractérise d’emblée, qui ne ressemble à aucun autre.  Elle y interprète (filme et scénarise aussi donc) Christine Jesperson, une jeune artiste touchante et spontanée, qui mélange dans son quotidien, art et réalité. Richard Swersey, vendeur de chaussures, père de deux garçons et tout juste redevenu célibataire, est prêt à tenter de nouvelles expériences. Mais quand Christine entre sur la  pointe des pieds dans sa vie, il panique… Dès les premières images, nous sommes envoûtés par ce monde qu’elle retrace, qui est le nôtre et pas tout à fait, plutôt le nôtre vu par le prisme de son singulier regard. La difficulté de communiquer est là encore au centre de l’histoire. Les moyens de communiquer n’ont jamais été aussi rapides et nombreux et pourtant la communication s’avère plus difficile que jamais avec ces « tous les autres » plus proches et plus lointains qu’ils ne l’ont jamais été, le paradoxe d’une mondialisation qui enferme plus qu’elle n’ouvre au monde et aux autres. A une célérité déconcertante tout peut alors basculer dans l’interdit ou la poésie, et Miranda July n’oublie ni l’un, ni l’autre. L’art contemporain auquel s’est adonnée la réalisatrice et que pratique son personnage principal imprègne également fortement le film et lui procure cet aspect iconoclaste, celui d’une œuvre lunaire et riche, à la fois poétique et réaliste, en tout cas attrayante du début à la fin, nous hypnotisant comme un œuvre d’art moderne, aux contours et au signifié flous dont on ne demande qu’à percer le délicieux mystère… Entre l’art et la réalité, pourquoi faudrait-il choisir ? Pourquoi ne pas faire de sa vie un art ? Le plus beau des défis, certainement. J’attends avec impatience son deuxième film, le prochain voyage dans son univers esquissé, si  intelligemment dépeint.

    Sandra.M