Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONFERENCES DE PRESSE - Page 4

  • La conférence de presse du 64ème Festival de Cannes avec Gilles Jacob et Thierry Frémaux, en direct

    cannes_30x22.jpg

    Nouveauté pour les blogs in the mood. Cette année, je serai en effet pour la première fois à la conférence de presse de l'annonce de la programmation et de la sélection officielle du 64ème Festival de Cannes par Thierry Frémaux et Gilles Jacob qui aura lieu ce jeudi 14 avril, à 11H. Je vous invite donc à la suivre en direct sur mon compte twitter (http://twitter.com/moodforcannes ) et bien sûr vous pourrez en retrouver le compte rendu détaillé dès mon retour sur http://www.inthemoodforcannes.com et http://www.inthemoodforcinema.com / en attendant d'y suivre le festival en direct, du 11 au 23 mai. (ainsi que sur http://www.inthemoodforluxe.com pour un aspect plus "gastronomique" et "festif".)

  • Conférence de presse de « La nostra vita » de Daniele Luchetti : avec Elio Germano …

    depardieu 009.JPG

    Je n'ai pas (encore) vu « La nostra vita » (le festivalier cannois se retrouve parfois confronté  à des choix cinématographiques cornéliens...), film italien de Daniele Luchetti figurant en compétition du Festival de Cannes 2010, en revanche j'ai assisté à sa conférence de presse animé par Jean Gili, en présence d'Elio Germano, prix d'interprétation masculine pour ce film (ex-aequo avec Javier Bardem qui a également reçu ce même prix pour « Biutiful ») et de toute l'équipe du film. La cérémonie de clôture a été l'occasion pour Elio Germano  de donner une fois de plus une résonance politique à ce palmarès dont le retentissement dépasse bien souvent les frontières cinématographiques, en déclarant ainsi « Je voulais dédier ce prix à l'Italie et aux Italiens qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire de l'Italie un pays meilleur malgré la classe dirigeante ».

    depardieu 010.JPG
    depardieu 015.JPG
    depardieu 016.JPG
    depardieu 018.JPG
    depardieu 025.JPG

     Voici mes photos de cette conférence et quelques extraits des différentes interventions des membres de l'équipe du film.

    Pour Daniele Luchetti, le but initial était de « faire un documentaire sur une ville balnéaire à quelques kilomètres de Rome avec des appartements peuplés de familles simples. » Ce qui l'a frappé c'est la différence entre ce qu'il voyait dans la réalité et ce qu'il voyait dans les films italiens. 

    Pour le scénariste Sandro Petraglia le « milieu est essentiel dans le film italien pour raconter l'Italie. Dans ce film il s'agit d'une famille traditionnelle normale et tout à coup survient la perte de la femme. Le père ne sait plus ce qu'il doit faire. Comment trouver un sens dans cette union familiale ? C'est un sentiment difficile en Italie qui fait que l'argent se substitue aux relations humaines mais aussi aux idéologies. » «  C'est un voyage plein de vitalité qui l'aidera à trouver une autre manière d'être avec l'autre. » « Au début, l'idée était celle de l'espace externe puis de l'espace interne émotionnel des acteurs. Il y a un problème d'identité en Italie. Notre pays en ce moment est déconnecté. »

    Selon Daniele Luchetti, il ne s'agit « pas vraiment d'une critique de la société italienne. Il s'agissait plutôt de la raconter, la regarder en s'abstrayant de tout jugement. C'est un film qui épouse une certaine miséricorde envers l'être humain. »

    Pour Elio Germano c'est l'aspect dramatique du personnage qui a été le plus difficile à affronter.

    Selon le comédien Raoul Bova, son personnage est « ingénu, mélancolique, naïf, il a beaucoup aimé la famille et voulait maintenir les vieilles traditions créées avec ses parents. » C'est un rôle qui lui a beaucoup plu en raison de la sincérité de ses personnages. « La famille est la seule chose qui puisse donner la force de surmonter certaines difficultés. C'est un personnage qui peut sembler faible et qui se dépasse pour l'amour de son frère même s'il a fait des choses qu'il ne partage pas. »

    Pour la comédienne Stefania Montorsi, son personnage est une « sorte de remplacement maternel pour ses frères mais elle n'est pas en mesure de transmettre de l'affection. »

    Pour le comédien Luca Zingaretti il y a « du changement profond dans le pays. La vie des gens s'est profondément modifiée.  L'Italie n'est pas devenue immorale mais amorale  même si la barrière entre l'immoralité et l'amoralité devient de plus en plus fine. » Son personnage, selon lui, est le reflet de ce changement, est le personnage de cette nouvelle classe sociale Il est le « résultat de la désagrégation de la société. »

  • Conférence de presse de « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb

    bouchareb 011.JPG
    bouchareb 014.JPG
    bouchareb 015.JPG
    bouchareb 017.JPG
    bouchareb 018.JPG
    bouchareb 019.JPG

    La conférence de presse du film de Rachid Bouchareb (« Hors-la-loi ») qui revenait sur la Croisette 4 ans après la présentation d' « Indigènes » en compétition, était sans aucun doute la plus attendue de ce festival en raison de la polémique évoquée dans mon article précédent. C'est pourtant ( et heureusement) le cinéma qui fut davantage évoqué lors de cette conférence. En voici un résumé.

    Rachid Bouchareb  a tout d'abord tenu à remercier Thierry Frémaux. Puis il a précisé que le film n'était « pas fait pour mettre en place un affrontement  mais au contraire pour avoir un débat .» « Que cela suscite une telle violence autour du film » est exagéré a-t-il ajouté. « Il n'y a aucune raison pour que les générations qui arrivent héritent du passé. »

    Jamel Debbouze évoquant son personnage et l'attitude qu'il aurait eu dans les mêmes circonstances : « Mon personnage ne rentre pas complètement dans la révolution. Je pense que c'est ce que j'aurais fait et en même temps ceux qui l'ont fait n'avaient pas d'autre alternative. » Rachid Bouchareb a également démenti la rumeur selon laquelle Matignon aurait fait des pressions pour que le film ne soit pas sous pavillon français au festival.

    Rachid Bouchareb a défini ainsi son film : « Mon film parle de la violence politique. Cette violence politique est liée à tout mouvement révolutionnaire et pas seulement à la révolution algérienne. » « Je voulais aussi que mon film soit un western. » Concernant la réaction parfois virulente des pieds noirs, Rachid Bouchareb a précisé : « Quand j'ai vu « Le coup de Sirocco » j'ai été très ému mais chacun a son histoire dans la grande Histoire. » « Mon film n'est pas un film contre. Il a le même esprit qu' »Indigènes ». Dans ce film chacun a sa place. La douleur c'est l'histoire de toutes les mères. C'est la meilleure réponse qu'on peut donner. »

    Pour Jamel Debbouze, « une polémique n'existe que si elle est en résonance avec le présent. Pour aborder l'avenir il faut bien avoir fait le point sur le passé. » Pour Rachid Bouchareb, le film est « un voyage dans le passé colonial. Pour moi c'est aussi découvrir des choses quand je fais un film, par exemple comment le public et la presse réagissent. »

    A la fin de la conférence Rachid Bouchareb a tenu à déclarer que « les promesses faîtes aux anciens combattants n'ont pas été tenues ». Enfin pour clore la polémique : « Je ne discuterai pas avec les gens qui veulent faire du film un champ de bataille car il y a eu trop de violence dans le passé. On ne va pas remettre ça aujourd'hui. »

  • Conférence de presse de l’équipe de « Carlos » d’Olivier Assayas

    depardieu 030.JPG
    depardieu 036.JPG
    depardieu 040.JPG

    C'est un peu tardivement hier que j'ai découvert que mon pass me donnait accès aux conférences de presse (je pensais que les télévisions étaient prioritaires et donc n'avoir que peu de chances d'y accéder). C'est avec surprise que j'ai découvert que non seulement il m'était simple d'y accéder mais qu'en plus certaines étaient très loin de faire le plein de journalistes. (A noter que vous pouvez également suivre ces conférences de presse en direct sur TV festival). Hier, j'ai donc profité de ce privilège découvert un peu tardivement en assistant à deux conférences de presse dont celle du film « Carlos » d'Olivier Assayas (je vous parlerai de l'autre ultérieurement).

    Assayas y raconte l'existence du célèbre terroriste né en 1949 à Caracas, un  triptyque pour Canal + de plus de 5H30. Pour certains, cette série tournée initialement pour la télévision n'avait pas sa place sur la Croisette. L'équipe du film est revenue sur ce sujet ainsi que les tentatives de Carlos pour faire interdire le film.

    Ainsi pour Olivier Assayas «  il y a 120 personnages dans le film. S'il avait fallu demander une opinion à chacun, on n'aurait pas envisagé de faire ce film. Carlos est une figure médiatique controversée dont les actions ont suscité des thèses contradictoires. Il ne s'agit pas d'une biographie mais d'une interprétation d'un mythe contemporain. Dire que Carlos doit être consulté est une vision très enfantine de ce que peut être le cinéma ».

     Pour l'acteur principal qui incarne Carlos, le charismatique et polyglotte Edgar Ramirez ce n'est pas « l'histoire de Carlos mais une histoire basée sur les événements publics . C'est une interprétation de la vie de Carlos. » « Le but n'était pas de faire une biographie. C'est une fiction basée sur des faits historiques. Carlos est une métaphore entre l'envie de défendre des causes collectives et les ambitions individuelles, le tout lié par le pouvoir, l'argent, le sexe, l'amour. »

     Pour le producteur, Daniel Leconte,  Carlos c'est « la figure excentrique de la violence terroriste, un décrypteur formidable de l'époque. Carlos a ainsi traversé un monde, la fin d'un monde et le début d'un autre. » 

    Assayas quant à lui s'est dit intéressé par « les contradictions qui définissent l'humanité » et que reflète la personnalité de Carlos. « Ce n'est pas un film politique mais un film sur la politique. », « Ce qui incluait de recréer la complexité de la politique », « Carlos est fascinant car déterminé par la géopolitique ».

    A un journaliste qui demandait à Olivier Assayas pourquoi il avait fait de Carlos une rockstar ce dernier a répondu : « il est une rockstar car il s'est construit comme ça. » « S'il n'avait pas été aussi visible il serait aujourd'hui libre. Il a été un visage arrogant du terrorisme. Son charisme est aussi la caractéristique de son déclin. Carlos a toujours vécu avec une image médiatique de star ».

     Pour Daniel Leconte  « Carlos a érigé le terrorisme en communication exceptionnelle. »

     Concernant le fait qu'un film initialement destiné à la télévision soit sélectionné à Cannes, Assayas a répondu que « Cannes doit rendre compte de la transformation du cinéma au présent. Tous les choix que j'ai faits relèvent de trouver ou se trouver une zone de liberté. » « Je crois que ce film bouscule autant le cinéma que la télévision. »

    Je vous parlerai ultérieurement de la conférence de presse de « La nostra vita » à laquelle j'ai également assisté hier pour aller à celle de « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb qui promet d'être mouvementée en raison de la polémique suscitée par le film. A suivre demain sur les blogs inthemood !