Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Hirondelles de Kaboul » de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec (Un Certain Regard – Critique)

les hirondelles de kaboul.jpg

 

Synopsis :

Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies. Le geste d’un homme doux et sensible que la folie des criminels sanglants contamine par l’enfermement physique et intellectuel qu’ils lui imposent.

 Zabou Breitman met en scène pour la première fois un film d'animation avec cette adaptation du remarquable roman de Yasmina Khadra. Elle a ainsi coréalisé le film avec Eléa Gobbé-Mévellec, dessinatrice d'animation (« Ernest et Célestine » notamment à son actif comme dessinatrice, c’est ici sa première réalisation de long-métrage).

Si l’animation permet non seulement de prendre une distance relative avec l’âpreté de certaines situations et la violence aveugle des Talibans, cela donne aussi plus de force au propos du film, accentuant le contraste entre la beauté (des images, de l’amour qui unit certains personnages) et la violence effroyable (des sons, des gestes, des silences imposés aussi).

Une attention toute particulière a été portée au jeu des comédiens (qui ont réellement joué en costume leurs scènes et qui ont été ensuite dessinés avec une ressemblance avec ceux qui les interprètent), ce qui la aussi exacerbe la force du propos tant tout résonne paradoxalement avec réalisme.

Ce film bouleversant, édifiant, d’une rare sensibilité et délicatesse, est un plaidoyer poignant contre l’intolérance et l’obscurantisme. Une œuvre rendue universelle par le dessin qui renforce la facilité d’identification à ces personnages que la folie des hommes essaie de broyer et qui résistent malgré tout, et malgré leur propre folie qui menace face à cette situation effroyablement absurde et inique. Une œuvre de résistance, d’espoir, d’amour, une œuvre bouleversante d’une force inouïe portée par la musique de Alexis Rault, cette musique justement interdite mais qui, alors, résonne dans les cœurs meurtris et bâillonnés avec plus de puissance encore. Un grand film d’animation. Un grand film tout simplement.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel