Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

caméra d'or

  • La leçon de cinéma 2007 par Martin Scorsese: invité d'exception du 6Oème anniversaire du Festival

    medium_18680972.2.JPGMartin Scorsese donnera pour le 60e Festival une Leçon de cinéma d'exception : après Oliver Stone, Nanni Moretti et Sydney Pollack, il viendra évoquer son métier de réalisateur et sa passion pour le cinéma.

    En outre, Martin Scorsese, entouré de plusieurs cinéastes, annoncera pendant le Festival de Cannes le lancement de la World Cinema Foundation, vouée à la préservation et la restauration des chefs d'œuvre du cinéma mondial.

    Enfin, le Dimanche 27 mai, lors la cérémonie de clôture, il remettra le prix de la Caméra d'or au réalisateur du meilleur premier film présenté au Festival de Cannes.

    Palme d'or en 1976 avec Taxi Driver et Président du Jury en 1998, Martin Scorsese a remporté cette année l'Oscar du meilleur réalisateur et celui du meilleur film avec The Departed (Les Infiltrés).

     Pour vous donner une idée de ce que sont ces leçons de cinéma qui constituent toujours un des évènements  du Festival, ci-dessous mon récit de la leçon de cinéma donnée par Catherine Deneuve lors du Festival de Cannes 2005:

    LECON DE CINEMA DE Mme CATHERINE DENEUVE AU FESTIVAL DE CANNES 2005

    "Le premier rendez-vous de ce jeudi 12 Mai 2005 a eu lieu salle Bunuel avec "Belle de jour"...enfin Catherine Deneuve...Salle Bunuel la bien nommée donc. La petitesse de la salle procure toujours à ces rencontres avec des cinéastes ou acteurs un ton de confidence. Cette fois le confesseur a pris les traits de Frédéric Mitterrand. Agnès Varda, membre du jury, tente de se faufiler discrètement dans la salle. Peine perdue. Dans la file d'attente des spectateurs la remarquent. Ainsi glane-t-elle autant de compliments que d'applaudissements impromptus. Puis, Gilles Jacob prononce son discours comme il en réserve un à chaque personnalité du septième art ainsi invitée...le terme discours est d'ailleurs quelque peu incorrect celui-ci s'apparentant davantage à une déclaration d'amour à l'actrice. Catherine Deneuve écoute sagement esquissant de temps à autre un sourire, mi-amusée, mi-flattée ou peut-être simplement ailleurs, indifférente à des compliments maintes fois réitérés ou inquiète à la perspective d'être ainsi pour la énième fois observée, détaillée, scrutée et aléatoirement critiquée sur les outrages éventuels des ans qui l'ont pourtant épargnée. Gilles Jacob emporté par la passion révèle qu'il considère que les jurés avaient gaspillé le prix d'interprétation l'année où il ne l'avait pas remis à Catherine Deneuve pour" Le lieu du crime" de Téchiné. En guise de consolation mais surtout d'hommage du festival de Cannes, il remet donc une palme d'honneur d'interprétation à celle qu'il qualifie de "Katharine Hepburn à la française". La salle applaudit timidement. En guise de préambule elle précise qu'elle ne donnera pas de leçon, contrairement à l'intitulé de la rencontre "leçon d'actrice". Après les compliments maintes fois réitérés viennent donc les questions maintes fois réitérées: ses débuts, Françoise Dorléac, François Truffaut... A sa demande défilent quelques extraits de films dans lesquels elle n'a pas joué : "Une femme qui s'affiche" de Cukor, "Le vent de la nuit" de P.Garel, "To be or not to be" de Lubitsch...mais le vrai film n'est pas réellement sur l'écran. Quand la lumière s'éteint pour laisser place à un extrait, Catherine Deneuve, apparemment fébrile, demande à voix basse si elle peut fumer. Son micro la trahit. La salle tressaille. Un léger soubresaut d'imprévu. Dans le clair obscur alors que les images défilent sur l'écran, sa silhouette, cigarette à la main, rappelle furtivement celle des actrices des films noirs. La lumière se rallume. Elle cite Bergman, Kazan aussi beaucoup. Avec l'obscurité,l'imprévu s'est éclipsé. "

    Sandra.M