Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Compétition officielle - Critique de ONCe UPON A TIME IN...HOLLYWOOD de Quentin Tarantino

Once upon a time in Hollywood.jpg

Synopsis : En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus. 

Ce n’est pas un scoop : Tarantino, cinéphile érudit, aime le cinéma. A la folie.  Et chacun de ses 9 films rend un vibrant hommage au 7ème art et à ceux qui le lui ont fait aimer ainsi, passionnément. Et pour cela, la fin (en prouver avec obstination film après film le pouvoir fabuleux) justifie les moyens (jongler avec la réalité à sa guise, en faisant fi des faits et de la morale -mais l’art doit-il être moral ou la liberté des uns s’arrête-t-elle là où commence celle des autres même en art, vous avez deux heures-, comme un enfant capricieux et attachant qui veut nous persuader que son fabuleux cinéma dispose du pouvoir magique de remonter le temps, de réécrire l’Histoire avec son histoire).

C’est un cinéma de réminiscences qui joue avec nos souvenirs de cinéphile, ce qui, sans doute, explique les sentiments exaltés qu’il suscite. Ceux qui ont été bercés par ces genres cinématographiques avec lesquels il s’amuse brillamment (western, film de guerre, fable, farce, comédie, films spaghetti, séries B, films d’horreur) feront abstraction des faiblesses (le passionné n’est pas objectif et c’est bien parfois de se laisser éblouir et entraîner par la passion après tout, non ?). Les autres resteront de marbre et n’y verront qu’interminable logorrhée.

J’aime follement le western, genre qui a bercé mon enfance et ma cinéphilie, et j’aurais aimé aimer ce film à la folie, comme cela avait été le cas avec Inglourious basterds inspiré d’un film italien réalisé par Enzo G.Castellari qui  rendait déjà hommage au genre (et aux films de John Ford, de Sergio Leone avec ce mélange de mélancolie, d’humour, de pesanteur, comme c’est aussi le cas dans ce neuvième film), tout comme Kill Bill et a fortiori Django unchainded. Django était en effet un personnage emblématique des westerns spaghettis et évidemment du film éponyme de Sergio Corbucci de 1966.

Mais peut-être justement parce qu’il y a eu Inglourious basterds ce film-ci perd-il un peu de sa saveur puisqu’il en reprend les codes (un conte aux accents de western qui se termine comme une farce) et surtout la trouvaille du dénouement. Malgré cette déception relative, pourtant, ce film me revient comme un parfum entêtant, mélancolique et puissant.

Comme les images de cette époque qu’il reconstitue, avec deux acteurs hors norme dont Tarantino sublime le talent et l’art.  « Once upon a time in… Hollywood » nous replonge en 1969, les néons s’allument sur les frontons des cinémas d’Hollywood comme ceux d’un manège qui nous embarque pour un tour dans le passé.

C’est cela aussi le cinéma, un tour de magie fabuleux qui permet de réécrire la fin (cette fin de carrière qui fait peur aux personnages incarnés par Pitt et DiCaprio, cette fin inéluctable pour le spectateur qui connait l’histoire tragique de Sharon Tate, cette fin de carrière peut-être redoutée par Tarantino, et la fin du cinéma d’hier qu’il vénérait). Le cinéma qui donc défie la réalité, la fin, et la mort. Magique, décidément. Et rien que pour cette raison, cela vaut la peine de prendre un ticket pour se laisser conter cette histoire à condition d’avoir été et d’être restés des enfants cinéphiles avides d’illusions.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel