Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Festival de Cannes 2016 - Critique – LE CLIENT d’Asghar Farhadi (compétition officielle)

client2.jpg

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d'importants travaux menaçant l'immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un drame en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple.

Après Le Passé tourné en France et pour lequel Bérénice Béjo avait obtenu le prix d’interprétation féminine à Cannes en 2013, Asghar Farhadi retournait filmer en Iran. Il revient à Cannes avec ce film   dont le titre original fait écho à celui de la pièce "Mort d’un commis voyageur" d'Arthur Miller que les personnages principaux, Emad et Rana, interprètent sur scène. L’ayant lu lorsqu’il était encore étudiant le cinéaste a été marqué par l’évocation dans la pièce d’une catégorie sociale qui s'est retrouvée ruinée par le processus de modernisation rapide. Il fait ici un parallèle entre New York et la situation actuelle de l'Iran. Asghar Farhadi retrouve Shahab Hosseini qu'il avait fait tourner dans A propos d'Elly et Une Séparation, mais aussi son actrice fétiche Taraneh Alidoosti avec qui il avait collaboré sur Les Enfants de Belle Ville, La Fête du feu. 

Dès les premiers plans avec cet immeuble qui tremble et menace de s’écrouler, la panique, le bruit, le sentiment d’urgence, immédiatement nous happent, nous intriguent, nous captivent. Cet immeuble est à l’image du chaos que va devenir la vie du jeune couple mais aussi de Téhéran, villa frénétique, fourmillante, instable, vivante.

Comme dans « Le Passé », le cinéaste confronte un jeune couple à une situation dramatique, pour sonder leur âme, leur complexité, leurs contradictions mais aussi pour dresser le portrait de la société iranienne contemporaine et d’une ville moderne, tentaculaire, paranoïaque, assombrie par l’obscurantisme politique et religieux.

La mise en abyme entre la pièce et la réalité est d’une rare justesse et subtilité (jusqu’à cette robe rouge de la pièce qui rappelle celle de la prostituée de l’appartement).

A la fois thriller et film social, ce Client explore la complexité et la dualité de l’âme humaine avec un rare sens de la nuance et de la psychologie. La fin est d’une force et d’une tristesse redoutables. Impossible que ce film rare et captivant, porté par des comédiens exceptionnels, ne figure pas au palmarès.

Les commentaires sont fermés.