Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les 20 ans des Talents Cannes Adami - Projection des courts-métrages

 

talents.jpg

Voilà un rendez-vous auquel je suis fidèle chaque année tant ces projections réservent toujours de belles surprises, a fortiori cette année puisque les Talents Cannes ADAMI fêtent leurs 20 ans.
 
Pour fêter cet anniversaire, la société de production Mon Voisin productions (Dominique Besnehard et Antoine Le Carpentier) s'est associée à l'opération Talents Cannes ADAMI 2013 pour co-produire 7 courts métrages et confier leur réalisation à des comédien(ne)s issus des promotions antérieures :
 
Aure Atika (comédienne Talents Cannes 1994)
Léa Drucker (comédienne Talents Cannes 1995)
Clément Sibony (comédien Talents Cannes 1996)
Elodie Navarre (comédienne Talents Cannes 1996)
Tomer Sisley (comédien Talents Cannes 1999)
Alice Taglioni (comédienne Talents Cannes 2002)
Pierre Niney (comédien Talents Cannes 2007).
 
Ces 7 courts métrages avaient cette année pour thème unique : les moments forts de la vie d'un acteur, d'une actrice.

 

Cette année n'a pas dérogé à la règle avec de vraies belles surprises. Je vous parlerai de chacun des films vus après le festival. En attendant, projections obligent, je vous dis simplement quelques mots sur un de mes coups de cœur de cette édition "Pour le rôle" signé Pierre Niney:

Dans ce film, François se présente pour passer un casting. Au terme d’un entretien très étrange, il découvre qu’il est en réalité au cœur d’une mise en scène mystérieuse à laquelle il va être forcé de prendre part…  

La réalisation met avant tout en valeur les jeunes comédiens François Civil, Yann Sorton, Brice Hillairet, Noémie Merlant qui, tous, en quelques minutes, grâce à une judicieuse écriture, montrent toute une palette de jeu et excellent dans ce jeu de mise en abyme, double mise en abyme même, brillamment absurde, décalé (jusque dans le décor qui n’aurait pas déplu à Jacques Tati), un jeu de rôles (au propre comme au figuré) à la fois drôle et caustique, ludique et cruel, qui possède toute l’intelligence, l’acuité du regard de son jeune et talentueux auteur.

 VERIRL

Les commentaires sont fermés.