Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Indigènes

  • Interview de Bernard Blancan, prix d'interprétation masculine pour "Indigènes" au Festival de Cannes 2006!

    Bernard Blancan. Les Films du Losange

    medium_indigenes.2.JPG Bernard Blancan inaugure une série d'interviews que j'ai réalisées pour ce blog. Si je l'ai choisi en premier c'est d’abord parce qu’il est emblématique du Festival de Cannes 2006 où il a reçu le prix d’interprétation masculine (ex-aequo avec les autres acteurs principaux du film : Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem et Sami Bouajila) pour sa magnifique prestation dans Indigènes de Rachid Bouchareb, le film évènement de 2006 qui comme des millions de spectateurs m’avait bouleversée et qui a d'ailleurs aussi bouleversé l’Histoire (et pas seulement celle du cinéma) puisque suite à la projection privée du film à l'Elysée le Président de la République Française a décidé « d’abolir les discriminations entre les tirailleurs et les soldats français », ensuite parce que son parcours et son passage si soudain de l’ombre à la lumière et sa vision du festival me paraissaient passionnantes, enfin parce qu’il possède lui-même un blog sur lequel il raconte ses expériences.

     

    Bernard Blancan a répondu aujourd'hui à mes questions envoyées par email. Vous pouvez retrouver ses réponses ci-dessous… J’en profite pour le remercier de nouveau. 

     

     

    Retrouvez également mes commentaires sur ce film dans mon compte-rendu du Festival de Cannes 2006.

     

    Liens, Blogs de Bernard Blancan: http://www.blancan.org et http://www.blancan.com .

     

    Sandra.M:Que symbolisait pour vous le Festival de Cannes avant d’y aller ?

    Bernard Blancan: Un temple du paraître un peu futile et vain. Néanmoins, le palmarès est très déterminant pour le cinéma.

     
    Sandra.M: Qu’est-ce qui vous a le plus marqué lorsque vous y êtes allé pour la première fois ? Etait-ce une bonne expérience ?

    Bernard Blancan: La première fois que j’y suis allé (film de Caumon, Amour d’Enfance, prix Un Certain Regard) , je m’y suis senti très mal. Pas à ma place.

    Sandra.M: Quels souvenirs gardez-vous du Festival de Cannes 2006 et de votre prix d'interprétation?

    Bernard Blancan: Cannes 2006 a été un conte de fée. J’y allais pour regarder faire les copains et, finalement, j’ai fait pleinement partie de l’aventure. Les moments forts ont été les premiers retours après la projection de presse, la conférence de presse au cours de laquelle j’ai trouvé ma place sans avoir l’impression d’être un usurpateur, la montée des marches, la projection elle-même aux côtés d’un ancien combattant (sans doute le moment le plus fort), le moment où on m’annonce que je fais partie du lot “prix d’interprétation” et pour finir, la remise du prix avec “C’est nous les Africains”...
     
    Sandra.M: Ce prix a-t-il changé beaucoup de choses pour vous?

    Bernard Blancan:Il m’a donné le diplôme que je n’espérais pas. Dès lors, je n’ai plus à me justifier d’être acteur. J’ai davantage de propositions et je suis plus “respecté”. Néanmoins, je tiens à continuer mon boulot dans le cinéma mais aussi le court-métrage et la télévision. Mais je me sens changé en profondeur. Moins dans le doute permanent.
     
    Sandra.M: J'ai parfois eu le sentiment que vous aviez été injustement moins médiatisé que vos 4 collègues également primés, comment avez-vous ressenti cela?

    Bernard Blancan: J’ai eu ma place dans les médias. Bien au-delà de ce que j’aurais pu espérer. Quand il y a eu des injustices, je l’ai signifié. Il y a eu par exemple une affiche avec la mention “prix d’interprétation” et seulement les noms de mes collègues. Je ne suis pas non plus allé à Hollywood car je n’étais pas clairement invité. Le sentiment de frustration, dès lors qu’il est exprimé et entendu ne dure pas.

    Sandra.M : Le Festival de Cannes, si excessif, peut être aussi magique que cauchemardesque ? Avez-vous une anecdote qui aille dans un sens ou dans l’autre ?

    Bernard Blancan: Magique, il l’a été dans l’ensemble. Le cauchemar (petit) c’était de voir les caméras m’éviter. On ne changera pas les média...


    Sandra.M : Si vous souhaitez vous pouvez ajouter quelques mots, notamment sur votre actualité.

    Bernard Blancan: J’ai fait un spectacle qui s’appelle “Bernard Blancan, enfin disponible” qui reprend mes expériences cannoises et jette un regard amusé et décalé sur mon parcours d’acteur. Tournée 2007/2008.