Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La palme d’or à PARASITE de Bong Joon-Ho (critique)

film parasite.jpg

Le jury de ce Festival de Cannes 2019 a ce soir décerné la palme d’or (à l’unanimité !) au film « Parasite » de Bong Joon-Ho.

Synopsis : Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne...

Il y a dix ans, avec son quatrième long-métrage, « Mother » Bong Joon-ho déjà nous envoûtait, nous intriguait, nous charmait, nous provoquait, nous inquiétait.  Déjà, la comédie déviait vers le thriller, progressivement, Bong Joon-ho instillant intelligemment de l'étrangeté menaçante dans des scènes quotidiennes alors à la tonalité décalée, par l'effet d'un savant sens du montage, de l'ellipse, du gros plan, du cadrage et par des plans d'une beauté redoutable. Bong Joon- ho entrelaçait tragédie du souvenir et bonheur de l'oubli, violence et amour inconditionnel, humour noir et folie, culpabilité suffocante et soleil. Film hybride, palpitant, étonnant, poignant qui n'épargnait ni les travers de la société coréenne ni les ombres et forfaits d'un inconditionnel amour maternel pour mieux encore en exalter la force renversante. Si je vous parle de « Mother » aujourd’hui c’est parce que dans son 7ème film, « Parasite » on retrouve cette habileté déconcertante du cinéaste à mêler les genres et à nous décontenancer.

Cela commence dans un appartement spartiate, insalubre, situé en sous-sol. Seule une petite fenêtre en contrebas de la rue éclaire la pièce comme une lucarne sur le monde extérieur. Là où vit la famille de Ki-taek. Des chaussettes pendent. Le wifi ne fonctionne pas. Le père balaie brutalement un insecte de la main. A l’extérieur, des agents désinfectent la zone. Tout est dit. Ils vivent comme des cloportes. Des parasites. Nous voilà prévenus. A l’opposé, les Park vivent dans une immense maison à la décoration aseptisée, avec des tableaux bien rangés et d’immenses baies vitrées qui ouvrent sur un jardin parfaitement entretenu.

« Un examen, c’est se frayer un chemin dans la jungle. », « Il faut que tu te fraies un chemin à travers l’examen et que tu le maitrises. Une seule chose compte, ta détermination. La détermination. », « Je respecte les gens qui ne dévient pas de la route », « Elle ressemble à un agneau mais à l’intérieur c’est un loup » .« Je n’aime pas les gens qui franchissent la ligne ». « Ils sentent pareil ». « Il fuirait et se cacherait comme un cafard ».

Les dialogues nous annoncent d’emblée la couleur de sorte que le virage horrifique ne nous surprend pas vraiment lorsque la famille Ki-taek est parvenue à s’infiltrer dans la famille Park par un judicieux enchainement de mensonges et stratagèmes dignes d’un palpitant thriller.

Et puis il y a cette ouverture obscure et intrigante dans la salle à manger qui semble mener vers un univers interlope et mystérieux et dont on se doute surtout qu’elle ne mène pas au paradis même si Bong Joon-Ho, là encore, nous surprend ingénieusement par ce revirement à mi-parcours. Je vous laisse le découvrir lequel.

« L’argent est un bon fer à repasser. Il efface tous les plis » peut-on notamment attendre. Comme « Mother », « Parasite » est aussi une critique acerbe de la société coréenne, mais aussi une critique plus universelle de l’uberisation et la précarisation du travail.

Chronique sociale, thriller, film d’horreur, comédie, film déroutant, drôle, violent, cruel, burlesque, film noir, « Parasite » est tout cela à la fois et plus encore. La virtuosité de la mise en scène est indéniable et épouse la folie de cette fable satirique sur les inégalités sociales. Comme si Hitchcock, Clouzot, Chabrol, Ozon s’étaient réunis pour écrire un film coréen. Bref, un film inclassable si ce n’est dans la « case » de la palme d’or que le jury vient de lui décerner.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel