Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cérémonie d'ouverture, film d'ouverture et conférence de presse du film d'ouverture du 71ème Festival de Cannes

 

everybody.jpg

Un bon festival, c’est souvent comme un grand film, il vous laisse heureux et exténué, joyeusement nostalgique et doucement mélancolique, riche d’émotions et de réflexions, parfois contradictoires. «Je ne me souviens plus du film, mais je me souviens des sentiments» dit Jean-Louis Trintignant en racontant une anecdote à son épouse dans le sublime film Amour de Michael Haneke, inoubliable palme d’or.

De ce Festival de Cannes 2018, je me souviendrai, je l’espère, des films (tant s’annoncent déjà marquants, voire remarquables ! ) et aussi des sentiments, espérant qu’ils ne se perdront pas dans ce tourbillon enivrant d’images, cette multiplicité de fenêtres ouvertes sur le monde. 

Quel bonheur encore cette année de vivre au centre de cette « bulle au milieu du monde » qui en est parfois aussi le reflet fracassant. Une fois de plus, l’irréalité cannoise va tisser sa toile et hisser les voiles pour un ailleurs cinématographique, modifier l’apparence de la ville pour qu’elle ne respire bientôt plus qu’au rythme haletant de 24 images par seconde, pour m’envelopper dans ses voiles et m’embarquer pour un vol de 12 jours.  Quelques perturbations ne sont pas à exclure et si l’ailleurs vers lequel m’embarque cette irréalité sera peut-être aussi déroutant, à n’en pas douter, il sera surtout réjouissant. Parce que, oui, j’ose le clamer et l’affirmer et le revendiquer : cet enthousiasme qu’il est de bon ton ici de taire pour se vanter d’être blasé et las. Cet enthousiasme et cette passion, folle et dévorante, pour le cinéma que le festival, chaque année, exacerbe un peu plus encore.

La cérémonie d’ouverture a débuté cette année par un extrait de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard. Toute la magie, la force, la beauté, la mélancolie, la joie, bref les paradoxes du cinéma, résumés en un seul extrait. Peut-être parce que  « Il y a des idées dans les sentiments ». De cette cérémonie d’ouverture, nous retiendrons le mot de Thierry Frémaux pour « Les Enfants du Paradis » qu’il a eu la délicatesse de saluer, le discours bref et non moins fort de Cate Blanchett (après des extraits qui prouvaient, pour ceux qui en auraient encore douté, à quel point elle méritait de présider le jury, elle qui a si bien su choisir les films de sa carrière, et quels films, que de grands cinéaste à son palmarès, déjà, que d'engagements !).

« Aborder chaque film avec l’esprit et le cœur ouverts,  mettre de côté nos préoccupations, nos idées reçues et nos attentes pour s’ouvrir aux récits qui vont défiler sous nos yeux. » Voilà ce à quoi nous enjoignait ce soir la présidente du jury. Quel meilleur programme que celui-ci. Comme chaque année, les extraits des films que nous allons découvrir pendant le festival me donnaient la chair de poule tant ils contenaient de promesse de cinéma. De grand cinéma. Et puis il y a eu la musique des « Moulins de mon cœur », poignante, toujours. Le petit mot de Pierre Lescure pour les « 1500 jeunes gens venant de partout ». Le clin d’œil à la Quinzaine des Réalisateurs. Et l’immense Scorsese qui, avec Cate Blanchett, a déclaré ouverte cette 71ème édition en nous rappelant au préalable que, à Cannes, tous nous partageons la « même passion » et que nous sommes « tous réunis pour célébrer le septième art. » Et bien sûr, nous retiendrons le lyrisme et l’élégance faussement nonchalante du maître de cérémonie.

En ouverture, cette année le cinéaste Asghar Farhadi avec Everybody knows (également en compétition officielle) et un casting de rêve, l’alliance parfaite pour l’ouverture, une alliance de cinéma exigeant et de casting glamour.

Synopsis :  A l’occasion du mariage de sa soeur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au coeur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Je vous reparlerai bien sûr plus longuement de ce thriller psychologique remarquablement intérprété, de sa structure labyrinthique parfaite grâce à laquelle l’émotion s’insinue progressivement. Ce petit village espagnol magnifiquement filmé constitue le cadre idéal pour ce drame poignant.

FullSizeRender.jpg

FullSizeRender 2.jpg

FullSizeRender 3.jpg

FullSizeRender 4.jpg

Passionnante fut aussi la conférence de presse au cours de laquelle le cinéaste a notamment déclaré :

"Je voulais dire que cette année est très particulière car il y a 2 films iraniens en compétition. Il y a aussi un film de mon confrère Jafar Panahi. Je lui ai parlé hier. Je continue d'espérer qu'il puisse venir et je peux, là où je suis, émettre ce message : que ceux qui peuvent prennent la décision pour le faire venir. Ce qui compte, c'est qu'il puisse voir dans les yeux des spectateurs comment son film est reçu. Je garde l'espoir qu'il puisse venir. C'est une sensation très étrange d'avoir la possibilité d'être ici et lui non. J'ai beaucoup de respect pour son courage." Asghar Farhadi.

La mise en scène maligne exacerbe l’aspect hitchcockien, indéniable, de cette histoire troublante et captivante empreinte de secrets enfouis et de mystères insondables. Ajoutez à cela un casting impeccable et vous obtiendrez un film d’ouverture idéal qui nous plonge d’emblée dans l’ambiance. Je vous en parlerai bien sûr ultérieurement plus longuement mais, demain, une journée de cinéma m’attend…

A demain pour la suite « in the mood for Cannes » après cette ouverture qui annonce déjà une compétition de haute volée.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel