Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Présentation de « Sleeping beauty » de Julia Leigh – Compétition officielle du Festival de Cannes 2011

sleeping3.jpg

sleeping4.jpg

sleeping5.jpg

sleeping7.jpgJe poursuis mes présentations quotidiennes des films de la compétition officielle 2011 qui présente notamment comme particularité de comprendre 4 films réalisés par des femmes, fait rare puisque bien souvent aucun film réalisé par une femme ne figurait en compétition et puisqu’une seule femme a reçu la récompense suprême, la palme d’or : Jane Campion, en 1993, pour « La Leçon de piano ». Cela tombe bien puisque Jane Campion a soutenu le projet de Julia Leigh.

« Sleeping beauty » est le premier film (voilà qui devrait faire taire ceux qui reprochent au festival de choisir toujours les mêmes cinéastes) de l’australienne Julia Leigh, une romancière à succès qui avait vu son premier roman porté à l’écran (« The Hunter »). « Sleeping beauty » est néanmoins son premier scénario original.

C’est Emily Browning qui incarne le rôle principal, cette belle au bois dormant d’un genre particulier,  un rôle très différent de celui qu’elle incarnait dans « Sucker punch » de Zack Snyder. Mia Wasikowska avait été auparavant pressentie mais a été embarquée sur d’autres projets.

 Son sujet audacieux, mi-conte de fées, mi-érotique,  aurait d’ailleurs suscité la controverse en Australie suite à son obtention d’aides publiques. Emily Browning incarne en effet ici « une dormeuse» : elle se drogue, oubliant le lendemain matin ce que les hommes ont fait avec son corps

Un film portait déjà ce titre, réalisé par James B.Harris.

Casting : Emily Browning, Michael Dorman, Mirrah Foulkes, Rachael Blake, Ewen Leslie

Synopsis : Ce que les hommes lui font la nuit, elle ne s’en souvient pas quand le jour se lève…  Une jeune étudiante qui a besoin d’argent multiplie les petits boulots. Suite à une petite annonce, elle intègre un étrange réseau de beautés endormies. Elle s’endort. Elle se réveille. Et c’est comme si rien ne s’était passé…

 

Les commentaires sont fermés.